Avec l’art, il est possible d’aborder tous les sujets et le cinéma permet d’ailleurs d’ouvrir le dialogue sur de nombreux tabous de la société, d’entretenir des débats et montrer des réalités diverses. Alors que la liste des nouveautés de septembre est maintenant disponible, l’arrivée de Cuties/Mignonnes sur Netflix fait réagir les Québécois, tout comme plusieurs personnes à travers le monde.  

Selon le synopsis produit par la plateforme, le film présente
Amy, âgée de 11 ans, qui tente d’échapper au dysfonctionnement de sa famille en se joignant à une clique de danse à l’esprit libre nommée « Cuties », qui développe sa confiance en elle grâce à la danse.

Le film d’origine française d’abord sortie en avril 2020 fait maintenant polémique au moment où il s’apprête à faire ses débuts sur la plateforme de streaming en septembre.

Netflix a déjà réagi aux commentaires en changeant l’image promotionnelle, qui montrait les jeunes filles dans plusieurs positions de twerk :

« Nous sommes profondément désolés pour les illustrations inappropriées que nous avons utilisées pour Mignonnes/Cuties. Ce n’était pas adéquat ni représentatif de ce film français qui a remporté un prix à Sundance. Nous avons maintenant mis à jour les images et la description. » 

Si plusieurs Québécois trouvent également que cette image est de mauvais goût, d’autres soutiennent que le film entier est source de problèmes.

C’est d’ailleurs ce qu’explique la pétition, signée par 306 119 personnes au moment d’écrire ces lignes, qui circule présentement sur Change.org :

« Alors que nous devenons de plus en plus conscients de l’horreur du trafic sexuel d’enfants et des abus sexuels d’enfants, nous devons nous unir pour mettre fin à TOUTES ses formes.

Une façon d’y parvenir est d’annuler les émissions et les films qui exploitent nos enfants!

Le film Cuties montre des enfants habillées de manière provocante, dansant sexuellement et est évalué comme approprié pour les téléspectateurs adultes seulement. » 

Il y a tout de même des membres du public qui déplorent l’utilisation de l’image promotionnelle, mais qui ne voit pas le sujet du film de la même manière, dont cet internaute : 

« Affiche mal habile (voir indécente) pour laquelle Netflix s’est excusée et a rapidement produit un autre visuel. […] Mais c’est clair que ça n’est pas une œuvre qui fait l’apologie de l’hypersexualisation des jeunes filles…

La réalisatrice s’interroge. Cette danse est-elle un moyen d’émancipation ou, à l’inverse, un autre moyen d’oppression, dans une démarche par conséquent contradictoire?

[…] Finalement, Maïmouna Doucouré se demande ce que représente le fait d’être une femme, et y répond au bout du compte de manière simple : leur liberté de choisir qui elles sont et ce à quoi elle ressemble doit être la plus grande possible. »

La sortie du film sur Netflix est prévue pour le 9 septembre 2020.

Les commentaires sont maintenant fermés.
Paramètres de compte
Notifications
Favoris
Me déconnecter

Enregistre cet appareil afin de recevoir des notifications