Le Québec est allé un peu trop loin dans ses démarches de déconfinement, selon le premier ministre de l'Ontario. Ce mardi 28 avril, durant son point de presse quotidien, Ford a insisté sur le fait qu'il n'emboîterait pas le pas à François Legault et que les écoles de sa province ne rouvriraient pas de si tôt. Il indique qu'il n'est « pas prêt à prendre de chance ». (traduction libre)

Ce 27 avril, Doug Ford a annoncé son plan pour la réouverture de l'Ontario lorsque la situation sera mieux. 

Toutefois, il n'a pas spécifié de date précise où ce dernier pourrait être mis en place.

Pendant ce temps, également ce lundi, le premier ministre du Québec François Legault a annoncé que les écoles primaires et préscolaires ouvriront à la mi-mai et que les enfants devront se conformer aux mesures de distanciation sociale.

Lorsqu'on lui a demandé, durant son point de presse quotidien, si Legault pourrait potentiellement « prendre plus de risques » que Ford, le premier ministre ontarien a répondu : « Cela dépendra du premier ministre Legault ».

« Nous suivons les conseils de nos experts en santé et nous ne voulons pas mettre nos enfants en danger. C'est vraiment notre priorité. » (traduction libre)

« Je ne vais pas mettre nos enfants dans une salle de classe pleine, je ne vais tout simplement pas faire ça », a continué Ford. (traduction libre)

« Nous devons protéger nos enfants à tout prix et nous allons prendre notre décision d'ici la fin du mois, à mesure que nous avancerons. Mais non, je ne ferais pas ça en Ontario. » (traduction libre)

Même si la province a apparemment atteint son sommet en matière de transmission communautaire et que l'évolution du nombre de cas tend vers la diminution, Ford a quand même prolongé les mesures d'urgence en Ontario. 

La date de retour à l'école des enfants a déjà été repoussée au 31 mai prochain.

Selon les dires de Rosa Saba du Toronto Star, Legault s'est fait interroger par rapport aux commentaires de Ford et au fait qu'il ne veut pas mettre les enfants en danger.

Le premier ministre du Québec aurait répondu que c'est la meilleure décision à prendre pour ces derniers. 

Il indique que les risques potentiels reliés à cette décision ont bien été étudiés.

Selon CBC, plusieurs parents ne voudraient tout de même pas renvoyer leurs enfants dans les écoles au Québec.

Rappelons que la décision revient toujours aux parents et que le retour en classes n'est pas obligatoire. 

Plusieurs mesures seront d'ailleurs mises en place pour ceux qui doivent étudier à distance, a annoncé le ministre de l'Éducation et de l'Enseignement supérieur, Jean-François Roberge, ce lundi 27 avril.


Cet article traduit de l'anglais a initialement été publié sur Narcity Canada.


Les commentaires sont maintenant fermés.
Paramètres de compte
Notifications
Favoris
Me déconnecter

Enregistre cet appareil afin de recevoir des notifications