Plus tôt cette semaine, un mouvement est devenu viral sur les réseaux sociaux alors que le #PrayForAmazonia était partout, dont au Québec. En effet, de nombreuses célébrités et personnes d'influence ont dénoncé le silence des médias sur l'immense incendie qui ravage la forêt amazonienne depuis maintenant plus de trois semaines. Cependant, il semblerait que plusieurs images virales des feux en Amazonie qui ont circulé à travers le monde sont en fait des photos datant de plusieurs années ou prises dans une autre région. 

C'est l'Agence France Presse de Rio de Janeiro, au Brésil, qui a fait savoir aujourd'hui que, involontairement, les personnalités publiques ont partagé des images trompeuses. Parmi elles, on ne compte pas seulement des célébrités américaines comme Madonna et Leonardo Di Caprio, mais aussi des personnes politiques comme le président français Emmanuel Macron et même notre premier ministre Justin Trudeau. 

Effectivement, Justin Trudeau a repartagé le Tweet de Macron en affirmant qu'avec la tenue du G7 ce weekend, les dirigeants doivent « agir pour l'Amazonie et notre planète ». Ceci est une bonne nouvelle certes, car la situation est véritablement critique, mais la photo qu'ils ont utilisée ne montre pas les incendies qui font rage présentement. 

Macron a indiqué dans sa publication que cette photo a été prise par le photojournaliste Loren McIntyre. Cependant, celui-ci est décédé en 2003. Ainsi, la date exacte de la prise de ce cliché n'est pas connue, mais elle date certainement de plus de 16 ans. 

Cette autre publication qui a massivement circulé au Québec alors qu'elle a été partagée, par notamment Élisabeth Rioux, Cindy Cournoyer, Marina Bastarache et plusieurs autres personnalités publiques québécoises, contient aussi de vieilles photos, comme celle-ci qui date de 1989, selon AFP.

D'autres images provenant du Pérou seraient aussi devenue virale, alors que le Pérou n'est pas affecté par les incendies, pour l'instant, malgré que le pays demeure en alerte.

Les feux de forêt en Amazonie touchent principalement le Brésil, la Bolivie et l'Argentine en ce moment, mais menacent effectivement de se propager.

Malgré cette désinformation, la situation demeure critique alors que l'Amazonie est considérée comme le poumon de la Terre produisant 20% de notre oxygène. Ce mouvement de dénonciation et de conscientisation a tout de même eu du positif alors que les dirigeants influents semblent vouloir se pencher sur une solution afin d'agir rapidement. 

Photo de couverture utilisée à titre indicatif seulement.

 

Les commentaires sont maintenant fermés.
Paramètres de compte
Notifications
Favoris
Me déconnecter

Enregistre cet appareil afin de recevoir des notifications