Après un premier débat en anglais et un second en français, voilà qu’hier avait lieu le premier débat officiel en langue anglaise organisée par le consortium indépendant chez CBC et Radio-Canada. Cette fois-ci, les six principaux chefs des partis fédéraux y étaient; Elizabeth May du Parti vert, Justin Trudeau du Parti libéral, Andrew Scheer du Parti conservateur, Maxime Bernier du Parti populaire, Yves-François Blanchet du Bloc québécois et Jagmeet Singh du Nouveau Parti démocratique. Plusieurs enjeux ont été abordés, dont la Loi 21 sur la laïcité au Québec et ça n'a pas plu à tout le monde.  

Le débat électoral diffusé chez CBC et plusieurs autres plateformes était divisé en cinq catégories: l'abordabilité et l'insécurité économique,  l'environnement et l'énergie, les questions autochtones, le leadership national et mondial, la polarisation, les droits de la personne et l'immigration. 

Lors du second segment du débat portant sur les droits de la personne, l'animatrice Althia Raj a invité la Loi 21 sur la laïcité de la Coalition Avenir Québec au débat. Elle l'a décrit comme étant « discriminatoire », affirmant que le chef néodémocrate Jagmeet Singh n'avait «pas eu le courage » d'affronter cette loi, lui qui a basé sa campagne électorale sur le courage. Ça n'a pas fait le bonheur de tout le monde.

En revanche, plusieurs Canadiens et Québécois s'affichent totalement en désaccord avec la Loi 21 sur la laïcitié de la CAQ qui est très controversée depuis son adoption.

Certains ont donc voulu faire savoir que ce n'était pas tout le Québec qui était pour la loi 21. 

« Cher Canada, Ne laissez plus jamais Yves-François Blanchet vous convaincre que la Loi 21 est une «valeur québécoise». Il y en a plusieurs d'entre nous ici au Québec qui sont contre et qui résistent. Nous sommes aussi Québécois qu'eux. »

«Persone n'a le courage de dire que la Loi 21 est raciste. Personne», a affirmé la commentatrice politique Tasha Kheiriddin.

 

Justin Trudeau a rapidement tenté de se distinguer en se disant surpris du fait que Jagmeet Singh s’oppose à la loi 21, mais qu'il exclue complètement la possibilité de la contester.

En réponse, Singh, le tout premier chef d'un parti fédéral de minorités visibles, a dit que que « chaque jour » de sa vie il se bat « contre un projet de loi comme le projet de loi 21 ». 

Yves-François Blanchet, quant à lui, s'est fait le porte-parole des « 70 % de Québécois » qui appuient la loi 21 en soulignant que les autres participants à ce débat avaient tous « un problème avec la laïcité ».

Le prochain et dernier débat, en français, aura lieu sur les ondes de Radio-Canada le 10 octobre prochain, à 20h. Les chefs et la cheffe discuteront d'économie et de finances, d'environnement et d'énergie, d'identité, d'éthique et de gouvernance, de politique étrangère et d'immigration et, finalement, de services aux citoyens.

Les commentaires sont maintenant fermés.
Paramètres de compte
Notifications
Favoris
Me déconnecter

Enregistre cet appareil afin de recevoir des notifications