La légalisation du cannabis arrive très bientôt au Québec et il faut s'assurer que le tout soit bien encadré. La conduite avec des facultés affaiblies fait partie des préoccupations, et si on connait la machine qui va assister les policiers dans le dépistage, on apprend cependant que leur formation est assez... bof.

À lire aussi: On sait officiellement comment les policiers vont tester le cannabis au volant

En ce moment, l'école nationale de police pour former ses troupes à la détection du cannabis envoie une partie des élèves en Californie pour suivre une formation. La formation là-bas est efficace et fait appel à des réels cas d'intoxications au cannabis. En revanche, la formation américaine est en anglais et l'école doit payer des traducteurs pour accompagner les policiers francophones. 

Là où ça devient un peu absurde, c'est que, pour éviter de devoir embaucher des traducteurs, l'école nationale de police fait appel à des comédiens pour simuler l'effet du cannabis... Cette méthode est vivement critiquée par plusieurs avocats criminalistes qui travaillent actuellement à contester ces techniques d'enseignement.

La situation est qualifiée d'absurde par un ancien agent évaluateur de la police rapporté par La Presse. Selon lui, il y a également des effets physiques de l'effet du cannabis, comme l'état des pupilles, qu'un comédien ne peut tout simplement pas simuler.

Quelque temps après l'annonce de la date officielle de la légalisation du cannabis, on apprenait que les policiers ne pensaient pas pouvoir remplir l'objectif de former au moins 2 000 effectifs à temps pour le 17 octobre. Comme la légalisation arrive dans environ un mois, on peut s'inquiéter sur la façon dont sera gérée le cannabis au volant.

À lire aussi: Les policiers au Québec ne sont pas prêts pour la légalisation du cannabis


 

Les commentaires sont maintenant fermés.
Paramètres de compte
Notifications
Favoris
Me déconnecter

Enregistre cet appareil afin de recevoir des notifications