Ce n'est pas un secret, le prix des appartements à Montréal fait écarquiller les yeux de bien des Québécois. Par contre, ces derniers sont, dans la majorité des cas, beaucoup moins chers qu'ailleurs au pays. En effet, les coûts reliés à la location d'un logis dans les grands centres comme Vancouver ou Toronto sont encore pires. Malgré tout, la situation inquiète présentement, puisque les logements de Montréal sont de moins en moins abordables. 

La Société canadienne d'hypothèques et de logement (SCHL) a publié une enquête ce mercredi 15 janvier à propos de la situation des logements locatifs au Canada.

Ceux-ci sont affichés à des prix de plus en plus élevés. En 2019, une augmentation de 3,4 % a frappé le marché montréalais, comparativement à 2,8 % l'année précédente. 

Cette tendance pourrait faire en sorte que ton loyer coûte encore plus cher dans le futur.

C'est que le taux d'innocupation à Montréal est à son point le plus bas depuis 15 ans. En fait, la métropole partage le même taux que Toronto, soit 1,5 %, où la situation est semblable.

Pratiquement tous les logements étant occupés, l'offre est nettement plus petite que la demande, ce qui permet aux propriétaires d'augmenter considérablement les prix.

La SCHL recommande d'ailleurs la construction de plus d'immeubles locatifs afin qu'il soit plus facile et plus abordable pour tous de se trouver un logis. 

Les locataires à faible revenu sont particulièrement touchés par les augmentations et se retrouvent dans des situations précaires.

La mairesse a réagi à cette nouvelle via Twitter.

Valérie Plante affirme que « l’heure est plus que jamais à l’action », communiquant son intention de tenter de trouver une solution au problème.

Elle explique aussi que son administration travaille à régler la situation, mais qu'ils ne peuvent enrayer le tout à eux seuls :

« Notre administration travaille sans relâche pour développer des logements adaptés aux besoins et au budget des Montréalaises et des Montréalais, notamment par l’entremise de notre Stratégie 12 000 logements sociaux et abordables, mais nous ne pouvons tout faire seul. »

Présentement, les appartements locatifs de l'île sont cependant bien moins chers qu'ailleurs au pays.

Par exemple, un loyer moyen de deux chambres à Toronto coûte 1 562 $, contre 1 748 $ à Vancouver et 855 $ dans la métropole québécoise.

C'est en se comparant qu'on se console, comme on dit. 

Les commentaires sont maintenant fermés.
Paramètres de compte
Notifications
Favoris
Me déconnecter

Enregistre cet appareil afin de recevoir des notifications