Le Québec modifie ses règles linguistiques pour exiger que les détaillants ajoutent une description française pour aller avec le nom anglais de leur marque commerciale. Sans nécessairement traduire le nom ou altérer la marque originale, ce qui est de juridiction fédérale. Hélène David, la ministre de la culture, dit que ceux qui ne l'ont pas déjà fait devront rajouter un slogan qui applique cette nouvelle loi. Que ce soit pour faire une description des produits ou des services.

Mme. David explique que les modifications seront présentées en septembre et si tout va bien, en place d'ici 2016. La semaine dernière, le premier ministre Philippe Couillard suggérait que le gouvernement serait en mouvement de resserrer le projet de la loi 101 -la loi sur la langue de la province- pour obliger les principaux détaillants à se conformer. Ce projet affectera 20% des commerces au Québec, le reste étant déjà conforme. Par exemple, Starbucks qui ajoute «café» à son nom ou tout magasin de meubles Crate and Barrel ajoute le «maison».

Le gouvernement regardera éventuellement les possibilités de fournir des fonds pour aider les entreprises à compenser les coûts de transition. En avril, la Cour d'appel du Québec a confirmé la décision du tribunal inférieur et a jugé que les chiens de garde de la langue de la province ne pouvaient pas forcer les entreprises telles que Best Buy, Old Navy et Costco à ajouter une composante française à leurs noms. Stéphanie Vallée, la ministre de la Justice, a déclaré mercredi que le gouvernement ne fera pas appel.

Les commentaires sont maintenant fermés.
Paramètres de compte
Notifications
Favoris
Me déconnecter

Enregistre cet appareil afin de recevoir des notifications