La question du racisme systémique a beaucoup fait parler ces dernières semaines et a poussé plusieurs à libérer leur parole et dénoncer des situations qu'ils jugent discriminatoires. C'est le cas d'une cliente des Terrasses Bonsecours qui accuse l'établissement de racisme.

Dans une publication faite plus tôt cette semaine sur la page Facebook des Terrasses Bonsecours et désormais supprimée, une femme noire a raconté s'être vue refuser l'accès à l'établissement le 4 juillet dernier malgré avoir fait une réservation.

Après avoir attendu en file à l'entrée, la femme et son groupe d'amis se sont fait dire que leurs noms ne figuraient pas sur la liste. La cliente affirme pourtant avoir reçu une confirmation par courriel et avoir échangé des textos avec le personnel.

On lui demande alors de patienter. « Nous avons patienté 45 minutes sans parler », explique-t-elle.

« Les groupes défilaient. Toutes les personnes non noires sont entrées, leurs noms étaient sur la liste mais pas le nôtre. À un moment, nous fûmes choqués de voir un groupe de 15 personnes non noires rentrer alors qu'ils nous avaient mentionné [...] qu'on ne pouvait pas être plus de 10 personnes, directive que nous avions respectée. »

La femme explique ensuite qu'une personne se présentant comme gérant leur a demandé de partir sans offrir aucune forme de dédommagement.

Dans son récit, la cliente affirme avoir été confrontée à une attitude « arrogante et impolie » de la part du personnel.

Dans une publication Facebook publiée le 6 juillet, les Terrasses Bonsecours ont indiqué ne faire aucune discrimination basée sur la culture, la religion ou la couleur de peau et avoir une équipe diversifiée et de toutes origines.

Ils affirment aussi que leur capacité réduite les force à devoir refuser des clients et qu'ils doivent régulièrement essuyer insultes et menaces de la part de personnes mécontentes des règles.

La publication des Terrasses a reçu plus de 450 commentaires, qui pour beaucoup refusent d'accepter les excuses de l'établissement, certains allant jusqu'à appeler à son boycott. 

On peut aussi lire d'autres témoignages de personnes qui semblent avoir vécu le même genre de situation dans ce resto-bar de Montréal. 

Sur Instagram, l'établissement a maintenant désactivé les commentaires.

VIDÉO POPULAIRE Les services secrets canadiens cherchent des employés qui parlent une de ces 5 langues

Les commentaires sont maintenant fermés.
Paramètres de compte
Notifications
Favoris
Me déconnecter

Enregistre cet appareil afin de recevoir des notifications