Alors qu'une manifestation pour le définancement de la police prenait place, samedi après-midi, à Montréal, des actes de vandalisme ont pu être observés sur la statue de John A. MacDonald, qui a été déboulonnée et décapitée par des manifestants. Contre toutes marques de violence, Valérie Plante et François Legault ont condamné ces actes

Ce sont sur leurs réseaux sociaux respectifs que les deux figures politiques ont tenu à afficher leur désaccord quant aux actions posées, samedi après-midi. 

Valérie Plante « déplore fermement les actes de vandalisme qui ont eu lieu cet après-midi dans le centre-ville de Montréal, qui ont mené au déboulonnement de la statue de John A. Macdonald », dans une publication sur ses comptes Twitter et Facebook.

La mairesse de Montréal continue en précisant que de tels gestes ne peuvent être acceptés ni tolérés. 

Elle ne se montre pas indifférente à la situation qui choque les Montréalais. « Nous savons que certains monuments historiques, ici comme ailleurs, sont au cœur de débats émotifs », écrit-elle.

Plante affirme préférer conserver de tels monuments historiques, en les mettant en contexte, plutôt que de les retirer. 

« Je suis également en faveur d’ajouter des monuments qui seront plus représentatifs de la société à laquelle nous aspirons toutes et tous », souligne-t-elle. 

La mairesse termine en déplorant que samedi, les gestes posés n'étaient pas pacifiques et elle souhaite qu'aucun citoyen n'ait recours au vandalisme. 

De son côté, François Legault a catégorisé la destruction du monument comme « inacceptable », dans une publication sur son compte Twitter

Il mentionne qu'il est nécessaire de combattre le racisme, mais que « saccager des pans de notre histoire n'est pas la solution ».

Selon le premier ministre, le vandalisme « n'a pas sa place dans notre démocratie et la statue doit être restaurée ».

 

Plante affirme également que le bureau d’art public allait sécuriser le périmètre et coordonner la conservation de la statue.

« En consultation avec les experts en patrimoine à la Ville de Montréal, nous prendrons le temps d’analyser la suite à donner », conclut-elle en ajoutant que le SPVM a ouvert une enquête. 

On se rappelle que le traitement du premier PM du Canada, John A. MacDonald, envers les Autochtones durant son règne a été dénoncé par de nombreux individus au cours des années, et c'est pourquoi le monument en son honneur a subi des dommages. 

Les commentaires sont maintenant fermés.
Paramètres de compte
Notifications
Favoris
Me déconnecter

Enregistre cet appareil afin de recevoir des notifications