Beaucoup d'encre a coulé dans les derniers jours sur les Terrasses Bonsecours, qui ont du répondre à des accusations de racisme cette semaine. L'établissement du Vieux-Montréal a donné sa propre version des faits, mais depuis, des clients et des ex-employés ont témoigné sur ces allégations.

En début de journée le jeudi 9 juillet, les Terrasses Bonsecours ont affirmé via un communiqué que l'incident en question découlait d'une erreur dans la réservation, tout en présentant leurs excuses aux personnes concernées.

Contacté par Narcity, le directeur général des Terrasses, Andy Aboushaybeh, a exprimé son incompréhension face aux accusations.

« Les accusations de racisme sont vraiment choquantes et douloureuses pour moi et mon établissement », a-t-il affirmé.

« Ça fait 35 ans que je suis dans l'industrie et ma clientèle est basée sur l'aspect humain, je ne choisis pas un client pour sa couleur ou ses origines. »

Tous les employés ne semblent pas être d'accord avec cette vision.

 

Sur la publication Facebook des Terrasses, une jeune femme affirmant y avoir travaillé en tant que serveuse raconte que l'établissement aurait un quota de personnes de couleurs pouvant entrer, et que le personnel aurait un nom de code pour les Noirs.

Une ex-employée, qui a accepté de parler à Narcity sous le couvert de l'anonymat, affirme quant à elle n'avoir jamais été témoin d'acte ou de propos racistes aux Terrasses.

En tant que serveuse pendant 2 étés, c'est plutôt la culture de l'entreprise qui l'a choquée. « Les employés sont des numéros et ils vont faire leur gestion d'employés par la peur », raconte-t-elle. 

D'autres clients ont témoigné avoir subi des traitements discriminatoires, ou du moins différents, de la part du personnel des Terrasses.

Linda, une jeune femme noire, nous a confié avoir fait une réservation le 25 juin dernier avec un groupe d'amies.

Sur place, elle s'est fait dire qu'elle n'aurait droit à une table que pour 2 heures, une information qui selon elle n'était pas donnée sur le site web.

 

« J'avais l'impression qu'il ne croyait pas qu'on était en mesure de dépenser », explique-t-elle.

Après plusieurs échanges houleux avec le personnel, Linda est restée avec le sentiment d'être traité différemment des autres clients, qui autour d'elle étaient majoritairement des hommes blancs.

« C'était un très mauvais service, mais seulement envers moi, pas autour de moi », ajoute-t-elle.

Makaveli, un homme noir, nous a dit avoir eu une expérience similaire. Lors de leur passage aux Terrasses, son groupe et lui ont attendu près de 45 minutes avant d'être servis.

« Chaque fois qu'on parlait à un employé, on nous répondait avec mépris », raconte-t-il.

« On aurait dit qu'on était les seuls à être traités ainsi, comme si nous n'étions pas de vrais clients et qu'on les suppliait d'être ici. » (traduction libre)

Makaveli affirme qu'il est toujours prudent avant d'accuser qui que ce soit de racisme, mais que dans ce cas-ci, le message des Terrasses semble être « Nous avons déjà notre clientèle régulière et n'avons pas besoin de vous ».

 

Outre les accusations de racisme, Andy Aboushaybeh a aussi expliqué la réponse des Terrasses sur Facebook, que beaucoup ont critiqué.

Il précise que tous les gérants ont accès aux réseaux de l'établissement et qu'un d'entre eux a répondu sur le vif, sans consulter la direction.

Cette personne, nouvellement employée, a aujourd'hui quitté son poste, d'un commun accord avec les Terrasses.

M. Aboushaybeh compte par ailleurs rendre disponible sur le site web des Terrasses une ligne directe pour que les clients puissent le contacter si une telle situation se reproduit.

Les commentaires sont maintenant fermés.
Paramètres de compte
Notifications
Favoris
Me déconnecter

Enregistre cet appareil afin de recevoir des notifications