Le président américain Donald Trump récidive encore une fois et imposera à nouveau un tarif douanier de 10 % sur l’aluminium canadien dès le 16 août. Cette décision fait réagir au pays et le premier ministre du Québec François Legault ne semble pas en être ravi.

C’est une impression de déjà-vu qui atteint l’industrie de l’aluminium du Canada. 

Alors que le président Trump imposait en 2018 des tarifs sur l’acier et l’aluminium d’ici, à la veille du nouvel accord de libre-échange entre le Mexique, les États-Unis et l’Unifolié, l’ACEUM, son administration a décidé de refaire le coup.

Sur Twitter, François Legault a tenu à répondre à l’annonce surprise du chef d’État américain.

Se disant « très déçu », M. Legault compte se battre pour « défendre les travailleurs québécois de l'aluminium », peut-on lire dans sa publication.

La députée de Bertrand et ministre des Relations internationales, Nadine Girault, a elle aussi tenu à réagir, affirmant que « la décision de l'administration américaine est un pas en arrière, particulièrement dans le contexte de l'entrée en vigueur du nouvel ACEUM ».

« Nous ferons front commun », a-t-elle écrit sur Twitter.

Pourquoi de tels tarifs, soudainement ? Car « le Canada profitait de nous, comme d’habitude », selon Donald Trump.

Du moins, c’est ce qu’il a affirmé lors d’une allocution en Ohio, jeudi, dans une usine de fabrication d’électroménagers. 

« L’industrie de l’aluminium a été décimée par le Canada, très injuste pour nos emplois et nos grands travailleurs de l’aluminium » (traduction libre), a affirmé Donald Trump sous des applaudissements d’employés. 

Le Canada n’a toutefois pas tardé à répliquer à ces nouveaux tarifs douaniers.

La vice-première ministre Chrystia Freeland a expliqué, dans un communiqué: « En période de pandémie mondiale et de crise économique,  la dernière chose dont les travailleurs canadiens et américains ont besoin est l'imposition de nouveaux tarifs douaniers . »

 

Elle a affirmé qu'Ottawa imposera lui aussi des droits de douane, comme en 2018.

Cette fois-ci, le montant s'élèvera à 3,6 milliards de dollars, et ce, sur plusieurs produits américains.

Mme Freeland donne 30 jours au gouvernement américain pour changer son fusil d'épaule. 

Les commentaires sont maintenant fermés.
Paramètres de compte
Notifications
Favoris
Me déconnecter

Enregistre cet appareil afin de recevoir des notifications