Cette semaine a lieu la Marche pour le climat à Montréal et pour cette occasion, on entend beaucoup parler de la participation de la jeune militante suédoise Greta Thunberg, âgée de 16 ans. Après avoir beaucoup fait parler d’elle pour ses actions pour l’environnement en 2018 ainsi que son voyage en bateau afin d’émettre le moins d’émissions de carbone possible cette année, elle vient maintenant dans la métropole pour marcher aux côtés du ministre de l’Environnement. Cela dit, nous avons également une jeune fille canadienne qui milite pour l’environnement, voici donc 7 faits à savoir sur la jeune activiste Autumn Peltier, la Greta Thunberg du Canada.

Originaire du territoire Anishinawbe sur l’île Manitoulin située au nord de l’Ontario, Autumn est une militante autochtone âgée de 15 ans. Cela dit, son jeune âge ne l’a pas empêchée de devenir une activiste reconnue et profondément impliquée dans des causes environnementales au Canada.

1. Elle a été surnommée la guerrière de l’eau

En effet, au Canada, les régions habitées par les peuples autochtones vivent une grave crise de l’eau, alors qu’ils sont sous l’avis de faire bouillir leur eau avant de la consommer depuis une période choquante de 20 ans. Autumn est donc reconnue comme une fervente défenderesse de la propreté des eaux.

2. Elle milite depuis qu’elle a 8 ans

C’est à 8 ans qu’elle a commencé à s’impliquer dans la cause pour une eau propre en suivant l’exemple de sa grand-tante Josephine Mandamin.

3. Elle a confronté Justin Trudeau

Elle a démontré qu’elle n’avait pas froid aux yeux en confrontant Justin Trudeau, lui offrant un verre l’eau et en déclarent qu’elle était fâchée de sa décisition par rapport aux pipelines, lors d'un rassemblement de l'Assemblée des Premières Nations.

4. Elle est reconnue tant au niveau national qu’international

Après sa confrontation avec Trudeau, les membres du Conseil des jeunes de l’Assemblée des Premières Nations ont été si touchés par sa bravoure, qu’ils ont créé des fonds pour aider à protéger l’eau pour les générations futures. Par la suite, elle a également participé à de nombreux évènements internationaux, elle a même représenté le Canada lors du « Children’s Climate Conference » en Suède.

5. Elle a été nommée commissionnaire en chef de la protection de l’eau

En effet, alors que la position était précédemment occupée par sa grand-tante, Autumn a été nommée commissionnaire en chef de la protection de l’eau par la Nation Anishinabek.

6. Elle a déjà été nominée une dizaine de fois pour divers prix 

Nominée 3 fois pour le Prix international de la paix pour les enfants, elle à également récemment gagné le Young Leader Award en Ontario et a été nommée dans le Top 30 under 30 in North America for Environmental Education making a difference.

7. Son combat est intersectionnel 

La Fédération des Femmes du Québec souligne que « la question de la lutte contre le réchauffement climatique n’est pas un vase clos. Elle s’imprègne aussi des représentations sexistes et racistes de nos sociétés occidentales. » Ainsi, en prenant parole en tant que jeune femme autochtone, Autumn apporte une visibilité au combat climatique, mais aussi aux femmes autochtones qui sont ignorées même si elles militent depuis longtemps dans les premières lignes de la lutte pour le climat, faisant de la question climatique un enjeu féministe et antiraciste.

 

Les commentaires sont maintenant fermés.
Paramètres de compte
Notifications
Favoris
Me déconnecter

Enregistre cet appareil afin de recevoir des notifications