De nombreux survivants d’actes d’agressions et de harcèlement sexuel, violent ou psychologique ont mis fin à leur silence dans les derniers jours au Québec, causant une vague de dénonciations colossale. Plusieurs vedettes font partie des noms dévoilés et suite à plusieurs témoignages, David Desrosiers quitte Simple Plan et le groupe annonce prendre une pause.

Plusieurs pages Instagram commençant par « victims_voices » suivi par le nom d’une région regroupent des témoignages de survivantes et de survivants. 

D’autres choisissent d’utiliser leurs propres plateformes pour révéler leurs expériences et les personnalités publiques font partie de ce mouvement, autant avec leurs expériences qu’en étant pointées du doigt. 

Alors que certains de ses agissements ont été dénoncés sur les réseaux sociaux, le bassiste du groupe Simple Plan, David Desrosiers a partagé un message officiel sur sa page Instagram.

C’est très tard le 9 juillet que l’homme a publié le message, dans lequel il s’excuse pour ses actions.

Il explique avoir pris conscience des gestes qu’il avait posés et de leur répercussion.

« J'ai donc pris la décision de me retirer du groupe et d'aller chercher de l'aide professionnelle afin de m'éduquer et d'agir de façon appropriée à l'avenir », écrit-il.

David Desrosiers termine en demandant pardon pour le tort qu’il a causé.

Au même moment, le groupe pop punk canadien a publié sa propre déclaration, s’excusant pour les agissements de leur membre. 

Ils affirment prendre un moment pour réfléchir et mettre en place des « lignes directrices » pour ne plus se retrouver dans ce genre de situation.

L’un des témoignages anonymes déclare ceci sur la manière dont il opèrerait :

« Il choisit ses proies dans les fans de son band, comme ça elles se taisent et croient que la façon dont il les traite c’est normal. Il joue par menace, menace d’empêcher une fan d’aller à un spectacle ou de la faire sortir de la salle si elle y est, si cette dernière a fait quelque chose qui lui plaît pas.

Je sais qu’il y a des dizaines de filles qu’il a traitées de la sorte, qui ont peur d’en parler parce qu’il est dans un gros band. »

Ce serait donc ce type de récit qui aurait permis à Desrosiers de réaliser l’étendue des répercussions de son comportement, et qui l’a convaincu de quitter Simple Plan pour chercher de l'aide.


On rappelle à toute personne victime d’agression sexuelle que plusieurs ressources existent, comme le Centre pour les victimes d’agression sexuelle de Montréal (CVASM), qui couvre tout le Québec, disponible 24/24 7 jours semaine au 1 888 933-9007.

Les commentaires sont maintenant fermés.
Paramètres de compte
Notifications
Favoris
Me déconnecter

Enregistre cet appareil afin de recevoir des notifications