Aujourd'hui, c'est ma 23e Saint-Valentin. J'en ai passé quelques unes accompagnée, quelques unes seule, et dans les deux cas je m'en suis plutôt bien portée.

Après une rupture, c'est clairement plus difficile par contre. Cette journée-là te rentre dedans comme un éclair par temps orageux. Dans ta tête, y'est loin de faire beau et de la lumière, t'en vois pas bin bin.

Comme pour toute première tempête, tu sais pas trop comment réagir. Imagine-toi un homme des cavernes découvrir le feu, ça peut être douloureux. Mais avec le temps, tu apprends à gérer et tu passes à travers plus facilement.

Parce que même si je dis oui à l'amour, oui à le vivre, oui à l'exprimer, je dis non aux dépenses excessives, aux belles apparences, aux rêves éphémères vendus et prônés par la société.

Aujourd'hui, j'en ai vu des photos d'amoureux défiler dans mon fil d'actualité. Est-ce que j'ai été jalouse? Pas une seule fois, promis. La plupart de ces gens se disputent l'autre moitié de l'année, se laissent une bonne trentaine de fois et jouent avec leurs émotions comme s'ils étaient des marionnettes (oui, je généralise).

L'amour, ça devrait pas être d'acheter un collier pour dire « désolé mon amour de t'avoir négligé », d'apporter des roses pour dire « j'aurais pas du m'emporter comme ça la dernière fois », de louer une chambre d'hôtel pour dire « toi aussi tu mérites que je m'occupe de toi au lit ».

Non. Déjà, la Saint-Valentin ne devrait pas être une affaire de couple. Du moins pas que ça. Si le 14 février doit vraiment exister, faisons-le vivre d'amour. Pas d'apparence et de matérialisme. Faisons-en quelque chose de différent. Quelque chose de vrai et de pur.

Apprenons à dire merci. Apprenons le partage. Que ce soit de prendre deux minutes pour écouter un inconnu partager avec toi ses craintes et ses peines, ses joies et ses espoirs. Que ce soit pour prendre ta mère dans tes bras un peu plus fort, un peu plus longtemps. Ou simplement pour écrire une lettre à ta meilleure amie, celle qui t'endure et te motive un peu chaque matin à poursuivre ta quête vers le bonheur.

Chante une chanson à ta grand-mère, lis un livre à ton filleul. Dessine ton copain pour rire, et pour créer de beaux souvenirs. Fais-le aujourd'hui, et un peu plus chaque jour.

Je dis pas non à l'amour. Je dis non à cette fausse représentation, qui ne fait qu'encourager le système capitaliste et culpabiliser les gens qu'on étiquette comme étant « seuls ».

On leur fait croire qu'ils ne sont pas aimés, seulement parce qu'ils ne sont pas en couple. Mais moi, mon entourage, il m'aime, et je l'aime. C'est vraiment un non-sens inutile et affligeant que de faire penser à ces gens qu'ils valent moins que les autres, simplement parce qu'ils contribuent moins ou pas du tout à l'énorme revenu que rapporte le 14 février aux commerces.

T'es pas seul. Pis t'as aussi le droit de prendre cette journée-là pour toi. De te donner une tape dans le dos pis de te dire que t'es magnifique. Ça, c'est de l'amour propre. Pis c'est pas narcissique. C'est nécessaire.

C'est pourquoi je dis non, non à la Saint-Valentin comme on l'entend aujourd'hui, et oui à l'amour sous toutes ses formes.

Je t'aime.

Les commentaires sont maintenant fermés.
Paramètres de compte
Notifications
Favoris
Me déconnecter

Enregistre cet appareil afin de recevoir des notifications