L'endroit où on vit a une pas mal grosse influence sur notre personne. Même si le pays dans lequel on habite a son importance dans nos coutumes, dans nos habitudes, sur notre personnalité et aussi sur nos goûts personnels, j'ai l'impression que notre ville nous influence tout autant (sinon plus) parce que les personnes d'une ville à une autre peuvent être pas mal différentes...

Sans vouloir avoir l'air freak, j'aime ça, observer les gens qui sont autour de moi. J'aime ça, les regarder et voir à quel point je leur ressemble ou à quel point je suis différente d'eux.

Dans notre belle métropole, il y a des Montréalais mais aussi des banlieusards. Étant donné que je vis en banlieue à Montréal (tsais, Pointe-aux-Trembles, ça fait pas très très ville), je suis un peu entre les deux et j'arrive à me reconnaître dans le comportement des deux... Si tu te demandais ce qu'un banlieusard a l'air à Montréal (ou ce que t'as l'air si tu es notre voisin d'en bas), voici 11 manières de le reconnaître facilement quand il est en ville !

1. Il tourne à droite sur une lumière rouge

L'autre jour, j'en ai vu un faire ça sur Saint-Laurent, vers midi. Disons que mes yeux me sont quasiment sortis de la tête parce qu'il y avait clairement des autos qui s'en venaient dans sa direction... J'ai eu ben ben peur pour sa vie et celle de ses enfants, et je suis prête à mettre ma main au feu que ce petit bonhomme ne venait pas de la ville.

Je veux ben croire que c'est pas nécessaire sur toute l'île de Montréal (tsais, dans un trou perdu ben, ben creux comme mon quartier à 4h00 du matin, y'a peut-être un chat mais certainement pas d'humain), mais dans le centre-ville, c'est une question de vie ou de mort !


2. Il sonne la clochette d'autobus pour débarquer au terminus

Tsais, la fameuse phrase Terminus, tout le monde débarque existe pas pour rien. Au terminus de l'autobus, tout le monde sort parce que c'est justement la fin du trajet. Le banlieusard connait pas trop ce principe-là et/ou il ignore tout simplement que c'est bel et bien le terminus.


3. Il s'arrête de descendre/de monter à gauche dans les escaliers roulants du métro

On s'entend que c'est pas dans le top 15 des don't à Montréal pour rien ! On le sait, cher habitant de la Rive-Sud, que tu ignores tout simplement à quel point certains Montréalais sont pressés. Je parle en mon nom, mais je te pardonne (si tu recommences pas)...


4. Il te demande tes indications ou il fixe intensément Google Maps à un coin de rue

Son problème, c'est même pas son sens de l'orientation déficientil est tout simplement incapable de se diriger dans Montréal parce que c'est pas sa ville et, même s'il vient une fois de temps en temps pour profiter de nos bars débilement-géniaux, ben il la connait pas comme le fond de sa poche.


5. Il maîtrise mieux son français que son anglais

Ça se peut très bien qu'il parle anglais aussi bien qu'un étudiant en troisième année de bac à McGill, mais on s'entend que Montréal est probablement la ville la plus bilingue du Québec. Quand tu te déplaces en banlieue, le nombre de personnes qui maîtrisent bien anglais chute souvent... Au moins, on peut leur accorder le fait que ce ne sont pas leurs efforts qui manquent !


6. Il te parle de la ville comme si c'était le Diable incarné

Encore là, ça concerne pas tout le monde, mais c'est parfois pas drôle, ce qu'on dit de nous de l'autre côté des ponts. Depuis que j'habite à Montréal et que mes amis se sont en partie exilés pour la banlieue, j'en ai entendu des drôles (et des moins drôles)... Même si les plus grosses villes sont parfois un peu plus dangereuses que les plus petites, notre métropole est reconnue pour être l'une des plus sécuritaires en Amérique du Nord. Pas pire, non ?


7. Il ne sait pas trop quoi faire quand il croise un itinérant

Il doit tu le regarder ? Lui répondre quand il lui adresse la parole ? Rendre son sourire ou garder son air bête ? Ton banlieusard d'ami te dit pas tout ça, mais tu vois quand même son débat interne quand il croise un itinérant parce qu'il sait juste pas trop quoi faire de sa peau...


8. Il paye avec son petit change pour avoir son passage dans le bus

S'correct s'il a besoin de vider tes 25 sous une fois de temps en temps, mais c'est peut-être pas à son entrée dans le bus de la ville que c'est le moment le plus pertinent de le faire...


9. Il a une crise cardiaque pendant les heures de pointe

MY GOD, des autos partout, des personnes partout, des bouchons partout, au secours, il va MOURIR ! À part si c'est lui qui conduit pour la première fois à Montréal et si ça adonne que c'est aux sorties de travail, ben il va survivre même s'il ne le sait pas encore parce que c'est le quotidien de tous les habitants de l'île qui y survivent chaque jour.


10. Il passe 10 000 millions de remarques sur le trafic

Ça nous arrive peut-être de chialer, mais on a une préférence pour la modération parce qu'on a compris après tout ce temps que ça ne servait tout simplement à rien de se plaindre... À force, on a bien compris que ça allait pas faire avancer les autres voitures plus rapidement !


11. Et sur les Montréalais qui conduisent un peu trop dangereusement à son goût

À force d'avoir entendu des commentaires sur notre conduite et d'avoir vu qu'on foirait plus notre test pratique de conduite que la moyenne au Québec, ben j'en suis venue à la conclusion que notre manière de conduire n'était pas la plus rassurante et la plus irréprochable au monde.

Les commentaires sont maintenant fermés.
Paramètres de compte
Notifications
Favoris
Me déconnecter

Enregistre cet appareil afin de recevoir des notifications