Le titre est accrocheur, mais je pense que mes parents m’ont jamais vraiment fait l’éducation sexuelle, en fait. L’internet et les applications sont rendues à un tel point que je crois que c’est eux, en 2017, qui font vraiment l’éducation sexuelle aux ados.

Mais quand j’étais plus jeune, Facebook, Snapchat, Insta et tout de tralala n’existait pas. L’époque où, pour se connecter sur les internet, il fallait utiliser la ligne téléphonique. Je sonne comme un dinosaure en ce moment, mais Facebook a seulement 13 ans, et Instagram a 7 ans, quand même. 


À lire aussi :


On avait donc une option, et c’était d’apprendre de ce qu’on voyait le plus : les films d’ados. En réécoutant ces films, je découvre des choses que ma perception innocente de l’époque n’avait pas saisies, et je remarque aussi des choses importantes : ces valeurs que j’ai sans même savoir pourquoi. 

Ces films ont été bénéfiques pour plusieurs raisons. Voilà 13 choses pertinentes qu’ils m’ont apprises :

via GIPHY

Clueless : C’est parfait d’attendre la bonne personne pour perdre ta virginité.

Si Cher nous a appris une chose, autre que « grades are never truly final », c’est que peut importe ton âge, la petite pression de perdre ta virginité peut être vraiment épuisante et ridicule. Juste parce que tes amis l’ont fait, ça ne veut pas dire que tu ne devrais pas attendre la bonne personne et le bon moment. Elle nous a appris qu’il n’y a rien de mal à être aussi sélectif avec les hommes qu’avec nos chaussures et que ça n’influence aucunement ta popularité (si importante pour certains). 


Pretty Woman : Se protéger, ça n’a pas à être malaisant.

« I'm a safety girl. » Pretty Woman, c’est un classique. L’histoire d’amour hollywoodienne où un homme riche tombe en amour avec une prostituée et la sort de ce milieu. Dans ce film, Vivian exprime très bien une règle de base : la protection. Se protéger est super important : tu ne sais jamais où ton partenaire est allé avant toi (et peut-être que celui-ci ne le sait même pas, avec l’alcool et tout, on ne sait jamais) et ça ne devrait même pas être une question de se protéger ou pas. En plus, avec tout ce qui est sur le marché, il y en a vraiment de toutes les sortes, tailles et même couleurs. 

PS. Si tu veux mon conseil d’amie, reste loin des Fire& Ice 


via GIPHY

10 Thing I Hate About You (10 choses que je déteste de toi) : Protège-toi, parce que tu ne veux vraiment pas être une « 16 and pregnant » par accident.

OK. Peut-être que leur père est un peu parano. Mais la fameuse camisole dans ce film m’a clairement donné envie de me protéger. Tout père devrait l'avoir.


10 Things I Hate About You (10 choses que je déteste de toi): Tu ne peux pas assumer savoir ce que les gens font de leur corps. 

En plus de la paranoia du père de Kat et Bianca (pour une fille vierge et une fille qui a fait l’amour une seule fois), il y a le moment où Bianca fouille la chambre de sa sœur. Selon elle, petite culotte noire = relations sexuelles. En plus d’être vraiment absurde, ça prouve une chose : tu ne peux pas essayer de deviner la vie sexuelle des autres. Les apparences ne veulent rien dire, et, de toute façon, ça ne concerne personne d’autre. 


via GIPHY

She’s All That (Elle a tout pour elle) : T’as pas à coucher avec la personne qui te sort.

Dans le film, c’est le classique de : « je l’amène au bal, on va finir ça à l’hôtel ensemble ». J’adore Laney d’avoir des valeurs, et d’avoir mis son pied au sol. Ce n’est pas parce qu’une personne t’amène au bal, à un mariage où à n’importe quel événement que tu lui es redevant de quoi que ce soit. 


via GIPHY

The Girl Next Door (La fille d'à côté): Les acteurs pornos sont des humains avec des sentiments, comme nous tous. 

Les gens ont tellement tendance à déshumaniser ces personnes, des fois ça m’écœure. Danielle prouve un point dans ce film, et qui commence par le consentement : alors qu’elle remarque que Matthew l’espionne alors qu’elle se déshabille, elle se venge en le faisait courir dans la rue en sous-vêtements pour lui faire comprendre une chose : ce que c’est que de se faire regarder dans son intimité alors qu’on ne le veut pas. Ce n’est pas parce que tu travailles dans l’industrie du sexe que tu as envie de te faire regarder en tout temps, et même t’en faire parler. Ces personnes ont des personnalités et des émotions. Ils sont plus que des simples objets sexuels. 

À lire aussi : Une danseuse montréalaise répond aux questions que tu as toujours voulu lui poser


Crual intentions (Un Pari Cruel) : Le sexe ne devrait jamais servir d’arme pour blesser les gens. 

Ce vieux film (qui gagne à être vu) tourne autour de manipulations en échange de sexe. Évidemment, à long terme, on réalise que c’est horrible comme philosophie et que se servir de son corps pour arriver à ses fins ne sera jamais OK. Kathryn, la méchante du film, nous fait aussi réaliser une chose : le ridicule du double standard. Un gars qui couche avec plein de filles c’est correct, mais une fille qui veut faire la même chose ne le serait pas? Mais pourquoi?


via GIPHY

Thirteen : Ne fais rien que tu n’as pas vraiment envie de le faire juste pour devenir populaire.

Dans sa quête de popularité, Tracy commence à voler et à consommer au point d’oublier des parties de sa vie et faire des choses regrettables. Tout ça pour quoi? Pour être amie avec Evie, la fille super populaire et cool. Dans le film, elle a ses premières relations sexuelles avec un gars qu’elle ne connaît même pas à côté de son amie qu’elle copie, et commence à s’habiller de manière beaucoup trop osée pour ses 13 ans, au point d’en foutre sa vie en l’air. La conclusion? Elle se ramasse évidemment seule, parce que ça ne finit jamais bien de faire des choses dégueulasses qui ne vont pas avec ta personnalité juste pour l’attention.


Easy A (Tout pour un A): Ce qui se passe dans ton lit ne concerne que toi.

Qu’on en parle en bien ou en mal, peu importe, l’important c’est qu’on en parle..Ou pas. Dans Easy A, Olive part des rumeurs pour dorer la réputation sexuelle de certaines personnes. Le plan, qui semblait cool à la base, dégénère rapidement. Avec du recul, l’actrice réalise le pouvoir des rumeurs et tout ce qu’elles peuvent démolir sur leur passage. Tiens-toi loin des rumeurs, et garde ta vie sexuelle pour toi exclusivement.


via GIPHY

Degrassi (OK, ce n’est pas un film, mais bon) : S’habiller de manière provocante pour se faire remarquer n’est pas une bonne idée

Oui, ça va marcher. Mais pas de la bonne manière. Se respecter et respecter son corps est toujours la bonne méthode. 


via GIPHY

Degrassi : Non, c’est non.

La scène où Paige se fait violer a définitivement marqué mon enfance. Peu importe, ce que tu portes, et si tu accompagnes une personne dans une chambre, ça ne veut pas dire que ça autorise la personne à coucher avec toi. Tu peux commencer, et changer d’idée à mi-chemin, et non va toujours rester non. « Asking for it », ça ne devrait jamais exister comme terme. 


Pleasantville (Bienvenue à Pleasantville): La masturbation est normale, pour les filles aussi. 

Dans les films d'ados, il y a beaucoup de masturbation, mais c'est toujours des gars. Dans Bienvenue à Pleasantville, Jennifer explique la masturbation à sa mère, Betty, et la vie de Betty est changé. Surtout: les tabous tombent. Même en 2017, la masturbation des hommes est beaucoup plus représentée que celle des femmes. 


via GIPHY

American Pie (Folies de graduation): Ne mange pas la tarte trouée qui traîne sur le comptoir.

Je dis ça de même... 

via GIPHY

C'est une blague, la vraie leçon dans American Pie, c'est NE TE DÉSHABILLE JAMAIS DEVANT UNE WEBCAM...Ou Snapchat, je sais que t'as pas de webcam, on est en 2017.


Autres articles qui vont t'intéresser:

Les commentaires sont maintenant fermés.
Paramètres de compte
Notifications
Favoris
Me déconnecter

Enregistre cet appareil afin de recevoir des notifications