On est plusieurs à avoir changer d'école secondaire au cours de notre adolescence. Des films comme Mean Girls ou l'Homme parfait nous montrent que c'est vraiment pas si pire que ça être la p'tite nouvelle et qu'on finit toujours par être full populaire à la fin (Ok, mettons que Cady l'a pas eu super facile, mais c'est elle qui l'a cherché). 

Bref, j'ai des petites nouvelles pour ceux qui pensaient réellement que ça se passait de même. J'ai moi-même déménagé entre le secondaire 2-3 et je peux vous affirmer que c'est pas toujours aussi simple. Et là, je te parle pas de changer d'école avec celle voisine dans la même commission scolaire. Non non, je parle de déménager à quelques heures de route. Question que personne te connaisse...

À lire aussi: 

Pour tous les curieux qui se demandent comment ça se passe vraiment, une rentrée dans une nouvelle école, ou pour ceux qui l'ont eux-mêmes déjà vécu, voici le vrai résumé de la vie d'une p'tite nouvelle:

18. Tes adieux avec tes anciens amis ont été déchirants.

Tu voulais tellement pas les quitter et tu ne voulais pas non plus qu'ils t'oublient après 2-3 jours et qu'ils te remplacent avec la première venue. Pour t'encourager, tes parents te disaient que tu te ferais des nouveaux amis, mais t'en voulais pas d'autres (j'peux tu les amener dans mes valises, please?).


17. Tu le savais pas encore, mais ça allait vraiment devenir tes «anciens amis».

On se promet qu'on va se revoir le plus souvent possible, mais la vérité, c'est qu'on a pas encore d'auto et que mom douce est vraiment tannée de faire le taxi. Alors, on se tient à jour par textos, puis après un certain temps, on se voit juste dans le fil d'actualité de l'autre.  



16. Mais pour l'instant, tu les textais tout le temps.

T'avais les deux mains scotchées après ton cell. Peu importe la situation, tu les informais de tout, tout, tout! Ça pouvait être aussi minime que «omg, ya une fille avec le même chandail que moi», mais tu devais parler avec quelqu'un!


15. Ça t'a pris 1 semaine choisir ton ensemble pour ton premier jour d'école.

T'es même allée magasiner un ensemble pour être certaine que tu sois parfaite. Pis quand t'es revenue chez vous avec tes nouveaux achats, tu as probablement hésité chaque seconde en te disant que tu aurais du prendre le ptit haut noir au lieu du blanc. #Struggle


14. Et la veille de ce premier jour, t'as pas réussis à fermer l'oeil de la nuit.

T'étais vraiment trop stressée. Demain, c'était le jour le plus important de ta vie (c'est ça que tu te disais en tout cas). Tu te voyais déjà toute seule longeant les murs des corridors comme un ptit chiot apeuré. 



13. Trouver où était l'arrêt d'autobus scolaire = Un challenge.

Oui, en banlieue, on utilise les gros autobus jaunes. Mais c'était jamais clair où était l'arrêt le plus près de chez toi, et tu t'imaginais déjà en train de le manquer en attendant à un coin de rue nowhere pour te ramasser à marcher jusqu'à l'école. 


12. Si t'as réussi à le prendre, tu t'es précipité sur le premier banc libre que t'as vu.

L'idée de te diriger vers les derniers bancs, impossible. Et tu voulais tellement pas demander «Est-ce que je peux m'asseoir avec toi» dans la peur de te faire dire non. Alors, t'as spotté un banc encore libre vers le milieu bin parfait pour tes petites foufounes. 


11. Les 3 premiers jours, t'avais l'air d'un chien errant.

Ça vient pas avec un map ici? Quand un cours finissait, t'étais déjà à la recherche du prochain pour ne pas arriver en retard. C'était définitivement ton pire cauchemar. Si t'arrivais en retard, il fallait que tu te justifies avec ton prof et être le centre de l'attention. Allo NON.


10. Et t'as pas été capable de dîner.

Tu trouvais ça drôle quand les filles dans les films allaient manger dans les toilettes, mais là,  tu riais un peu moins. On s'entend que yétait pas question que t'ailles t'enfermer dans la cabine du fond pour manger ton sandwich. Alors, t'as pas mangé pendant un ptit bout, anyway t'avais même pas faim.


9. La première semaine, tu t'es plus parlé à toi-même qu'à d'autres élèves.

«Ce gars-là est pas laid. Pas laid pentoute même.» et «Ça, c'est clairement la gang des populaires.» et «Je me ferai jamais d'amis ici, c'est sûr. Je vais finir toute seule.» et «Je me demande si mes anciens amis pensent encore à moi.» et «...»


8. Quand tu te promenais dans les couloirs, tous les regards étaient jetés sur toi.

C'est pas long que tout le monde se connait dans une cohorte. Alors quand toi t'arrive, t'es comme le nouveau jouet. Tout le monde veut savoir t'es qui. Pour les gars, t'es de la viande fraîche et pour les filles, soit une future nouvelle bff ou une compétition à surveiller. #Vive le secondaire. 


7. Se mettre en équipe de 2 la première semaine, #Help.

Évidemment, tout le monde se connait et forme des équipes entre eux. Alors toi t'es là, tu regardes de gauche à droite en espérant que quelqu'un te demande de se mettre avec toi, mais ça finit que le prof jumelle à une autre équipe ou avec l'autre élève qui a pas d'amis. 


6. On t'avait affectueusement rebaptisée la p'tite nouvelle.

C'est bien beau que tu t'appelles Cloé, Audrey ou Camille, mais pour les 2 prochaines semaines, c'est la ptite nouvelle. Aucune négociation. 


5. Tes demandes d'amitié sur facebook ont explosées.

Des listes de nom à ne plus finir et yen a même pas un dont tu te souviens, oups. Et si tes anciens amis sont encore dans le portrait, ils ont probablement commenté des trucs du genre «Another one» ou «Un jeu de mot avec son nom» sur tes nouvelles amitiés. #Merci guys.


4. Et tu passais ton temps à stalker les autres élèves.

Maintenant que vous étiez amis sur facebook, tu pouvais tous les stalker. Qui avait fréquenté qui. Qui était ami avec qui. Qui pratiquait quel sport. Qui avait redoublé 2 fois. Qui avait l'air de la gang de populaire. Qui avait l'air un peu trop badboy... 


3. Tu répondais toujours aux mêmes questions.

C'est quoi ton nom? D'où tu viens? Pourquoi t'as déménagé? Tu habites sur quelle rue? Tu pensais même écrire une biographie et en distribuer une copie à tout le monde pour éviter de dire toujours les mêmes choses.


2. Tu te demandais vraiment dans quel gang tu allais finir.

On va se le dire, c'est pas aussi simple que ça en a l'air. Au secondaire, oui yen a des plus populaires que d'autres, mais le règne animal est pas mal moins implanté que dans les films américains. Alors à chaque fois que quelqu'un passait à côté de toi, tu te demandais si vous alliez être amis. 


1. Tes parents te demandaient un compte rendu précis à chaque soir.

«Oui ça c'est bien passé. Non personne ne m'a intimidé. Oui je me suis fait des amis(petit mensonge #1). Oui les cours sont l'fun (petit mensonge #2, depuis quand c'est supposé être le fun de toute façon?). 


(Bonus) À chaque jour, tu te rappelais que tu pouvais tout recommencer à 0.

J'te connais pas, tu me connais pas non plus, mais il nous est tous déjà arrivé un moment dans la vie où a voulu tout recommencer à 0. Cette fois, c'était ta chance, parce que personne ne savait ton passé et t'étais pas obligé de leur en faire part si tu en avais pas envie. Alors tu pouvais devenir qui tu veux, enfin!


À lire aussi:

Les commentaires sont maintenant fermés.
Paramètres de compte
Notifications
Favoris
Me déconnecter

Enregistre cet appareil afin de recevoir des notifications