AH le secondaire. Probablement la période la plus tumultueuse, la moins élégante,  et où l'on commence tous à apprivoiser la vie de manière plus que maladroite. Pour certains, ces cinq années sont remplies de bons souvenirs, de découvertes, d'aventures et d'amitiés. Pour d'autres, c'est un joyeux mélange de constants questionnements, de dégoût face à toute, d'odeur de swing et de rumeurs sur le fait que Stacey est enceinte du prof de géo.

Je ne pense pas du tout que les écoles secondaires privées sont nécessairement meilleures que les écoles publiques. On ne se cachera toutefois oas que c'est assez différent. Il y a certains struggles que tous les étudiants issus du privé ont vécus et qui ont teinté le passage obligé du secondaire.

J'en ai relevé 28 qui vont clairement te ramener dans le temps, te faire sourire ou pleurer, ça dépend.

via @ms.kittin

1. Rouler la jupe de ton uniforme

Avec les surveillantes un peu rondelettes qui couraient dans les couloirs avec leurs règles pour mesurer la distance entre le bas de ta jupe et ta rotule.


2. Tu as appris que maintenant, il y a des shorts dans les jupes

Impossible de regarder en dessous et impossible de la rouler. Bien joué, Piacente, bien joué.


3. Passer un après-midi avec ta mère au Piacente

Ou le Placenta comme on aimait tant l'appeler avec notre sagesse d'ado de 13 ans. Passer des heures à checker et essayer le linge laite que tu devras porter pour les dix prochains mois. Et la couturière là-bas mettait toujours ta jupe trop longue. Maudite stock up.


4. La facilité avec laquelle tu pouvais avoir une retenue

Un retard = 1h de retenue. T'as pas ta calcu en math = 1h de retenue. Ça monte vite sur un temps. Et dépendant de l'école que tu fréquentais, les heures pouvaient s'accumuler en retenue de 3h le vendredi après l'école, ou bien tu pouvais en avoir une tous les jours de la semaine en finissant l'école. Gros fun.


5. Les retenues à des heures pas possible

Le vendredi après l'école? Ark. Le samedi matin? Ouin, non, ça adonne pas vraiment dans mon horaire, et dans celui de mes parents non plus.


6. Les examens d'entrée sont n'importe quoi

Tout le monde pense les avoir échoués, jusqu'à ce que tu reçoives ta lettre d'acceptation. Tu te dis que il n'y avait juste pas de bonne réponse dans le fond. Ils ont pris ceux ayant été capables de rester jusqu'à la fin du test sans brailler.


7. Même avec l'uniforme, on se jugeait quand même

Les souliers en arrivant à l'école, ton sac à dos, ta coupe de cheveux, ton manteau d'hiver, ta boîte à lunch, ta veste Volcom, toute.


8. Tu étais jaloux de l'action qu'il y avait à l'école publique où tes amis allaient

Y'avait toujours quelque chose qui se passait. Une journée sans quelque chose d'hilarant à raconter? Impossible.


via @danetutton

9. Tu n'as jamais vécu de food fight

C'était même pas envisageable. Avec les 40 surveillantes postées aux quatre coins de la cafétéria et les caméras de surveillance, c'était impossible de faire ça subtilement. Et la conséquence: la mort ou pire, le renvoi.


10. Tes amis habitaient tous loin de chez toi

Comme les admissions ne fonctionnent pas avec le code postal, tu vas à l'école avec du monde qui habite à 45 minutes de chez vous. Et pour faire exprès ta bestie habite à l'autre bout du monde. Le struggle pour tes parents d'avoir à te faire des lifts.


11. Ton costume de collégienne n'était pas sexy pour personne

Le mythe de la collégienne coquine avec sa petite jupe et ses bas aux genoux? Nop. Surtout quand tu avais des pants que tu pouvais dézipper pour en faire de superbes shorts. Vomi. Et je suis certaine que ce n'est plus un fantasme pour tous les gars de ta cohorte.


12. Ça fait pas longtemps qu'il n'y a pas plus de soeurs ou de frères qui enseignent

Et pour une raison qu'on ignore, les profs en parlent avec grande nostalgie.


13. Les examens du Ministère de l'Éducation en fin d'année étaient une joke

Comparativement aux examens que l'on avait à faire tout au long de l'année, les finaux étaient d'une facilité déconcertante. Cristi, j'ai des examens de math qui avaient été préparés par Einstein.


14. Ça te prenait 8h trouver quoi mettre pour ta journée couleur

La seule journée où tu pouvais montrer ta personnalité par ton style vestimentaire. Tu te devais d'être sur la coche.


15. Il y avait quand même toujours un gars qui arrivait en uniforme

Soit il avait oublié, soit il ne voulait pas se faire chier.


16. Mais le pire: les journées couleurs thématiques

Obliger de se mettre en bleu pour le jour de la Terre. Cool, je vais me mettre en jeans. Non non. Juste le chandail que vous pouvez choisir. Grr. Et si tu arrivais avec un chandail rouge, les surveillantes se faisaient un malin plaisir de te faire porter du vieux linge d'édu.


17. Il y en avait toujours un gang qui prenait le classement des écoles ben au sérieux

Ça change rien. On va tous finir avec un DES pareille.


via @devibration

18. La ride de bus pour te rendre à l'école était interminable.

Il y a beaucoup d'étudiants qui viennent de loin dans les collèges privés. La route était assez longue pour faire une sieste, manquer ton arrêt et te ramasser à la gare de bus scolaires. #truestory


19. Tes parents te rappelaient sans cesse (et le font encore) combien coûtait une année à ton école

Oui oui, c'est beau, j'ai compris.


20. Les enfants autour de toi étaient atrocement riches

Recevoir une Audi à 16 ans parce que tu as passé ton permis de conduire? Rien de plus normal, voyons.


21. Tu capotais au cégep lorsque des élèves remettaient des travaux sur des feuilles mobiles, à la mine, pas de page de présentation

Quel manque de méthodologie! Et tu repenses à la retenue que tu aurais eue si tu avais osé remettre un travail dans cet état.


22. Les vêtements d'éducation physique battaient des records de laideur

Sérieusement, les chandails et shorts oversized. Ou encore, les filles qui gardaient leur bas aux genoux avec leurs vieilles shorts car elles avaient oublié une paire de rechange. Je l'ai trop faite.


via @roksanaryszkiewicz

23. Ne pas avoir les bas de la bonne couleur

Les bas étaient une partie TRÈS IMPORTANTE de l'uniforme. Des bas roses ou oranges? 1h de retenue.


24. Un voyage par année

À chaque année, l'école organisait toujours un trip de weekend en bus voyageur. Plus tu vieillissais, plus vous alliez loin. Reste que les destinations n'étaient jamais très excitantes: Niagara Falls, Boston, Ottawa. Meh. Pas le genre de chose qui te fait tripper à 14 ans.


25. Redoubler n'était pas une option

Trop poche? Renvoyé!


26. Il y avait toujours une rivalité avec l'école secondaire la plus proche

Privée ou publique, peu importe, on était toujours mieux.


27. La joie d'avoir une case individuelle

Tu pouvais puer des pieds en toute tranquillité dans tes vieux souliers en cuir du Piacente, tu avais en masse de place pour tous tes trucs, mais, tu étais le seul a blâmer si tu te faisais pogner par les chiens renifleurs.


via @marieeveaudy

28. Malgré tout, t'es quand même content d'être allé au collège

Ça te donne une bonne base pour continuer tes études et tu ne peux pas vraiment chialer sur l'enseignement. Oublie pas de remercier tes parents.


Pis? T'ennuies-tu du collège?

Suis-nous sur Snapchat: @narcitymontréal

Les commentaires sont maintenant fermés.
Paramètres de compte
Notifications
Favoris
Me déconnecter

Enregistre cet appareil afin de recevoir des notifications