Ça fait 18 ans que je vis au Québec. J'ai 22 ans, je suis née en Afrique (plus précisément au Bénin) mais je m'identifie un peu plus à la culture d'ici que celle de mon pays natal. J'ai beau être super bien intégrée à la culture québécoise, y'a une chose qui me différencie (même si on est en 2017) des autres: ma couleur de peau. Ben oui, j'suis noire.


À lire aussi:


Malgré le fait que je me sois super bien intégrée à la culture d'ici, y'a eu plusieurs fois où j'ai senti qu'être une minorité visible a été un obstacle dans ma vie. 

En voici quelques exemples:

1. Se faire poser des questions bizarres

Est-ce que t'es venu sur un bateau?

Comment t'as appris à parler français?

Est-ce que c'est dur de communiquer avec tes parents vu qu'ils parlent pas français?

Pourquoi t'es venu au Canada?

Mais tu viens d'où, pour de vrai?

On dit souvent qu'il n'y a pas de questions stupides, seulement des réponses stupides. Des fois, les questions que je reçois me font douter de cette affirmation. Souvent, ces questions sont posées dans le plus grand respect et c'est juste de la curiosité. Mais quand tu te fais demander « comment tu te sens par rapport à l'esclavage? » et d'autres trucs absurdes comme ça... C'est juste décourageant.


2. Avoir de difficulté à me trouver une job

J'ai eu tellement de misère à trouver ma première job! J'allais déposer des CV partout dans ma ville, et on ne m'a jamais rappelé. En fait, ma première job, je l'ai eu JUSTEMENT parce que je suis noire. J'ai travaillé pour le gouvernement, et on m'a clairement dit qu'on m'avait engagé pour faire de la discrimination positive. 

La discrimination positive, c'est un moyen de favoriser certains groupes de personnes victimes de discrimination systématiques. En gros, on m'a donné une job PARCE QUE j'étais noire. (Littéralement. C'était ma première job et donc j'avais pas grand compétence.)

Je suis certaine que je ne suis pas la seule minorité visible à avoir de la difficulté à me trouver une job. Certaines personnes ont toutes les compétences nécessaires... mais pas le bon nom de famille ou prénom.


3. Se faire massacrer mon prénom/nom

J'ai la chance d'avoir un prénom nord-américain. Jessica, c'est assez basic merci. Mais si tu t'appelles Mamadou, Imène ou Minh-Vy, tu dois clairement être habitué à ce que les gens massacrent ton prénom. Ils savent pas comment l'épeler, te demandent d'où ça vient, ou pire : te renomment sans ton consentement. 

J'vais juste t'appelle Steve. Ça te va?

Non.


À lire aussi:


4. Devoir travailler 2x plus fort

Ma mère m'a toujours dit que je devais travailler 2x plus fort parce que je suis immigrante. Et 2x plus fort parce que je suis une femme. Et je la crois. C'est pas parce qu'on a fait des progrès depuis des dizaines d'années que le travail est fini. J'aurai toujours à travailler plus fort que quelqu'un d'ici pour arriver aux mêmes fins.


5. Avoir des factures de téléphone beaucoup trop élevées

Quand t'as de la famille qui vit sur un autre continent et que tu dois les appeler (parce que tsé, faut tout de même rester en contact), la facture peut monter rapidement. Évidemment, il y a les cartes d'appel pré-payées... mais ça aussi, ça coûte cher! Une chance que Skype existe.


6. Les jugements

Les gens trouvent que tu « sens les épices ». Que tu manges « spécial ». Que tu parles « drôle ».

Ils assument aussi que t'es bon dans certaines disciplines. Si t'es asiatique, t'es automatiquement bon en maths. Si t'es noir, tu sais automatiquement bien danser. Et j'en passe!


7. Vivre dans l'incertitude

J'ai comme conviction que tout être humain naît avec du bon en soi. Mais il y a de l'injustice partout. Tu sais jamais si les gens en ont après toi pour ta couleur de peau, tes origines ou si c'est juste la vie qui est faite comme ça. Est-ce qu'on t'as pas rappelé pour cet emploi parce que t'es une minorité visible ou parce que quelqu'un de meilleur a été choisi? Est-ce que cet inconnu a été méchant avec toi parce qu'il est raciste ou juste parce qu'il a eu une mauvaise journée? Est-ce que t'as moins de match sur Tinder parce que t'es immigrant ou juste parce que tu pognes pas? C'est ça, vivre avec l'incertitude. C'est ça, être une minorité visible.


Malgré tous ces struggles, je suis fière de la personne que je suis et jamais je ne vais laisser quelqu'un me diminuer à cause de ma couleur de peau, de mes origines, de mon nom de famille ou de quelconque autre trait distinctif. Pis tu devrais pas non plus!


À lire aussi:

Les commentaires sont maintenant fermés.
Paramètres de compte
Notifications
Favoris
Me déconnecter

Enregistre cet appareil afin de recevoir des notifications