Le talent de chez nous. Vous pouvez me critiquer, me juger ou me dire que c'est vraiment mainstream, mais j'adore regarder (et surtout écouter) le Gala de l'ADISQ. Ça a beau être organisé par l'industrie, dès que le Gala commence je remarque seulement la tonne de talent qu'on a au Québec. Avec les années, ce sont peut-être mes goûts musicaux qui ont simplement changé, mais je trouve que la qualité de la musique québécoise a tellement évolué et a progressé. On retrouve de vrais petits bijoux et tellement de talents dans un seul album.

J'adore voir l'évolution d'un artiste québécois. On met tellement tout notre cœur dans un projet qui nous tient. Vivre de ce que l'on aime faire est probablement un des plus beaux cadeaux qu'on peut avoir. Se réveiller chaque matin et créer pour s'exprimer est probablement un des plus beaux métiers qui existent. Alors lorsqu'on prend le temps de faire une soirée pour célébrer les réussites des gens de chez nous, je ne peux qu'aimer ça.

Plusieurs moments de l'édition de cette année m'ont marquée, m'ont rendue fière. J'ai listé mes moments préf personnels, en tant que fan de talent d'ici. La prochaine fois que tu passes devant un magasin de disques, pense à découvrir un nouvel artiste qui vient de chez vous. Ils ont encore plus de talent que tu ne pourrais le penser.

Crédit photo - Radio-Canada

1. Louis-José Houde qui dit les vraies affaires.

Depuis maintenant dix ans, Louis-José Houde a su animer et bien s'approprier ledit gala avec brio. D'un humour réfléchi et maîtrisé à la syllabe près, on a du plaisir à écouter l'ADISQ entre autre grâce à lui. N'étant pas dans l'industrie musicale, on sait tout de même très bien qu'il est un mélomane et qu'il s'y connait dans l'industrie du spectacle. Il sait nous faire rire et réfléchir. Cette année, il s'en est prit à Spotify et toutes les différentes applications qui nous permettent d'écouter de la musique gratuitement, mais qui enlèvent beaucoup de revenu aux artistes.

“Tsé le gars qui a inventé Spotify?…. Bien trouvez-le….. Pis faites-y mal.”


2. Ariane Moffatt à l'apogée de sa carrière

Une artiste qui a su se démarquer d'année en année et qui a su, encore une fois, pour son dernier album, attirer l'attention. La preuve, la chanteuse est repartie avec les Félix d'interprète féminine et de l'album de l'année. Dans ses discours, on a pu la voir fière, émotive et user d'humour en affirmant "Je m'y attendais tellement". Des artistes sincères et remplies de talents, on aime.


3. Philippe Brach comme découverte de l'année

Du talent à l'état pur. On se rappelle que les révélations des dernières années ont été Klo Pelgag, Les Soeurs Boulay, Lisa Leblanc et Bernard Adamus. Toutes des personnalités qui ont gagné à se faire connaître et qui prouvent qu'elles méritent ce titre à travers leurs albums. Le plus récent de Philippe Brach, Portraits de famine, a su faire son point. J'espère pour vous que vous l'avez déjà écouter/que vous oserez l'écouter bientôt.


Crédit photo - Radio-canada

4. La performance de Fanny Bloom, Marie-Mai et Ariane Moffat. #Girlspower

Les trois réunies sur scène, elles ne formaient qu'une boule d'énergie explosive. Contrairement à plusieurs chanteuses populaires qui se servent parfois de leur image superficielle pour avoir l'attention médiatique, ces trois femmes sont la preuve que le talent sera toujours supérieur. Même si les trois n'ont jamais été aussi belles physiquement, on les aime en premier pour tout ce qu'elles apportent en richesse à la musique bien de chez nous.


Crédit photo - Radio-canada

5. Jean Leloup

On le connait sous toutes ses humeurs, mais cette année Jean Leloup nous a laissé croire qu'il sait créer remarquablement, et ce, sans saut d'humeur. Repartant avec les Félix d’interprète masculin, d'auteur compositeur de l'année et de chanson de l'année, il s'en est aller simple, mais digne à lui-même. Jean Leloup, c'est un artiste unique et je crois qu'on est fière de dire qu'il vient du Québec.


6. Hommage à Dominique Michel

D'année en année, les hommages de l'ADISQ se suivent et ne se ressemblent pas. Cette année, c'est à Dominique Michel (aka. Dodo) qu'on a lancé un message d'amour et de reconnaissance. Parce que c'est important de reconnaître ce qu'une seule personne apporte à tellement de gens.


7. Fred Pellerin qui remporte l'album folk de l'année

Parce que cette catégorie prend de plus en plus d'ampleur, avec la musique folk qui envahit nos radios et nos playlists personnelles. Même si Louis-Jean Cormier (une des sensations de l'heure, on va se le dire) était dans cette même catégorie, j'ai adoré que Fred Pellerin soit le gagnant de cette catégorie. On l'a connu depuis le début pour son côté qui sort de l'ordinaire et on reconnait son talent dans son unicité.


8. Galaxie pour groupe de l'année

Un groupe qui a commencé underground et qui s'est fait connaitre grâce à une de leur chanson dans une pub, ils en ont fait du chemin pour se retrouver Groupe de l'année 2015. Au début de ce texte, je parlais de voir évoluer un artiste et en être fière, eh bien Galaxie est un bon exemple. Y'a de quoi être fière de venir du Québec, lorsqu'on peut se faire représenter par tant de talents diversifiés!


Bonus: Vincent Vallières est le nouveau Jean Leloup

Crédit photo - Radio-canada

L'erreur est humaine. Même dans des Galas. Comme lorsque le prompteur pointe sur Vincent Vallières, alors qu'on présente Jean Leloup. Oups!

Les commentaires sont maintenant fermés.
Paramètres de compte
Notifications
Favoris
Me déconnecter

Enregistre cet appareil afin de recevoir des notifications