Je dois le confesser: j'ai déjà fait partie des « haters » d'Élisabeth Rioux et les influenceuses du genre. Bon, « haters », le terme est fort, mais mettons que ces gens-là me passaient 10 pieds par-dessus la tête. Je voyais ces jeunes comme Alicia Moffet (qui avait 18 ans) passer sur les réseaux sociaux, et c'était clairement pas une fille de 7 ans de moins que moi qui allait « influencer » ma vie.

Puis, ma job dans les médias m'a un peu « forcé » à connaître Élisabeth Rioux, une des plus grandes stars d'Instagram de notre époque. J'ai finalement eu un girl crush sur cette jeune femme super transparente avec qui j'ai parlé à plusieurs reprises qui est pleine d'ambition, et pas mal comme nous tous, au final. Bon, elle a beaucoup d'argent et semble avoir une vie de rêve, mais quand tu prends la peine de regarder ce qu'il y a derrière les photos, tu découvres une jeune femme qui travaille fort, et qui vit avec son lot de joies, de tristesses, et d'insécurités.

Les insécurités, c'est quelque chose qu'Élisabeth essaye de faire disparaître avec sa compagnie, et c'est quelque chose que j'admire beaucoup de la mentalité d'Hoaka. Elle n'hésite pas à mettre des femmes de toutes silhouettes sur ses photos, et même parler elle-même de ce qu'elle aime et aime moins de son corps.

@hoaka_swimwearembedded via  

Alors qu'elle avait, par le passé, parlé de ses complexes pour son nez, elle a hier publié une vidéo sur son compte Instagram pour montrer ses différents maillots. Dans celle-ci, on voit Élisabeth, aussi rayonnante que d'habitude, qui montre ses maillots et son copain qui fait des niaiseries. C'est assez cute.

Accompagnant la vidéo, ce message: 

OH AND, look at my hairy body, it might be different from you but it's me and I am not dirty, just human 😋 loving myself with my differences (and not flaws or imperfections, I hate those words) 

« OH ET, regarde mon corps poilu, il est peut-être différent du tien mais c'est moi et je ne suis pas sale, juste humaine. :) Je m'aime avec mes différences (et pas mes défauts ou imperfection, je déteste ces mots). »

Via Elisabeth.rioux

J'ai dus regarder la vidéo plusieurs fois pour comprendre de quoi elle parlait. Puis j'ai compris: Élisabeth parle sans doute de son poil de bedon, que plusieurs femmes ont, et elle n'a pas peur d'en parler.

Je dois avouer que ça fait du bien, une femme aussi célèbre et enviée qu'Élisabeth Rioux, qui parle de son corps imparfait, et surtout du fait qu'elle s'aime malgré ses petites « différences ». Oui, vous me direz qu'elle n'a aucun complexe à avoir, mais c'est pas mal ça la base des complexes féminins: toutes ces femmes qui se comparent et remarquent des « imperfections » que seules elles voient. 

Et si on pensait comme Élisabeth, pour un instant, ça ferait du bien non?

La vidéo complète ici: 

The @hoaka_swimwear try-on you've been waiting for 🤷🏼‍♀️ it is not complete cause we have so many colors and SO MANY TO COMES that I can't show right now 😎 I feel so blessed to design kinis 👙 material is neoprene, it is not the same as usual kinis you have 🤙🏽 we ship worldwide 🌏 most of the bottoms I am wearing are bootykini but you can also spot the modern and hip bottom ANDDD a new one that isn't out yet 😜 bigger tryon coming on my channel just before summer 👅 OH AND, look at my hairy body, it might be different from you but it's me and I am not dirty, just human 😋 loving myself with my differences (and not flaws or imperfections, I hate those words) music : stargazing- kygo 🎶

Une publication partagée par Elisabeth Rioux 👙 (@elisabeth.rioux) le

Les commentaires sont maintenant fermés.
Paramètres de compte
Notifications
Favoris
Me déconnecter

Enregistre cet appareil afin de recevoir des notifications