J'pensais jamais dans toute ma carrière écrire sur Carlos Desjardins. Mais là, ça suffit. Il faut qu'on en parle. Il faut que J'EN parle. Je me retiens depuis trop longtemps.

À lire : Carlos Desjardins accusé de production, possession et de distribution de pornographie juvénile

Si tu ne connais pas Carlos Desjardins, c'est un jeune homme qui est suivi par beaucoup (trop) de gens au Québec. Il a des dizaines de milliers d'abonnés qui le suivent sur Facebook et Snapchat. 

@carlosdesjardinsssembedded via  

J'aimerais dire qu'il est connu pour les bonnes raisons, qu'il est talentueux et/ou qu'il est inspirant... Mais je ne sais toujours pas pourquoi il est autant connu. Il fait des vidéos sur Facebook et a l'air d'être un promoteur pour des clubs, si on se fit à ses publications sur Snapchat. Mais à part donner l'impression de vivre une vie de débauche, j'sais pas trop ce que Carlos Desjardins fait, ni pourquoi il est pertinent.

@carlosdesjardinsssembedded via  

Ça fait plusieurs mois que je suis Carlos sur Snapchat. Je sais très bien ce que vous allez me dire:

Si t'aimes pas ce qu'il fait ou qui il est, t'as juste à pas regarder ses Snapchat!

C'est ce que je ferais si j'étais une personne (a)normale. Soyons honnêtes: on est en 2017. Tout le monde aime s'exposer, tout le monde aime espionner les gens. C'est malsain, mais c'est siiii divertissant de suivre les aventures d'autres personnes.

Sauf qu'honnêtement, la story Snapchat de Carlos Desjardins est pour le moins... comment dire... honteuse. J'ai jamais autant facepalm devant mon écran. Chaque fois que j'ouvre une story Snapchat de Carlos Desjardins, je meurs un peu à petit feu. J'ai un peu envie de m'arracher les yeux avec une cuillère en plastique (tsé, celles qui cassent à rien) et de les asperger d'acide.

On va me dire que j'exagère, mais quand vous aurez vu les captures d'écran que j'ai prises dans les dernières semaines (oui, j'ai préparé mon dossier), vous allez comprendre.

Cette semaine, Carlos a eu un moment de nostalgie et a décidé de se remémorer les différentes étapes de son ascension au statut de King du Québec (lol):

 

Minimum 100 photos par jour. Il se sentait comme Justin Bieber.

 

C'était un king à l'âge de 16 ans, il pouvait avoir toutes les filles qu'il voulait.

À 16 ans, il avait couché avec plus de filles que Dan Bilzerian.

Pas croyable.

Chaque jour de la semaine, il avait 4 filles différentes chez lui ou sur lui. 

C'est le Zayn Malik du Québec. Le king.

The only one, that way. The only way.

Il admet qu'il était le pire player du monde et qu'il changeait de fille comme il changeait de paire de boxer.

C'est, selon lui, la personne la plus recherchée sur Facebook. Il est au top de tout le monde. Chaque jour, les gens parlent de lui et tout le monde au Québec le connait.

Ce que j'aime de Carlos, ou du moins du « personnage » qu'il montre sur les réseaux sociaux, c'est son humilité. Jamais il ne se croit meilleur qu'un autre.

Jamais il ne dénigre les gens, surtout pas les filles. Jamais.

10/10 pour la belle présentation.

Le problème, c'est pas Carlos. Le problème, ce sont toutes les filles. Selon lui, ce sont toutes des fvck girls.

Toutes. Des. Fvks. Girls.

Un gars fantastique, qu'il dit.

Carlos, j'te connais pas. J'te connais pas, mais avec l'image que tu véhicules sur les réseaux sociaux, ça n'augure pas bien. J'te souhaite du plus profond de mon coeur de rencontrer la bonne fille pour toi. Mais honnêtement, le fait de mettre toutes les filles dans le même panier ne t'aidera pas beaucoup. C'est pas parce que tu t'entoures des mauvaises personnes que toutes les filles du Québec sont des mauvaises filles, des fvck girls. 

C'est pas en objectifiant sans cesse les filles que tu vas gagner leur respect. C'est pas en montrant à tout le Québec au complet à quel point tu fais de l'argent, à quel point t'es famous, à quel point tu bois et tu prends de la drogue, à quel point tout le monde t'aime (ou te hate) que tu vas être au top. 

Je vis un grand malaise intérieur lorsque je regarde les Snapchat stories de Carlos Desjardins, et je sais que je ne suis pas la seule. J'suis personne pour lui faire la morale, mais au moins, on peut en parler ensemble... right

J'suis consciente que lui donner autant d'attention ne va pas aider en sa cause... Mais maintenant qu'on en a parlé, n'en parlons plus jamais. Please. Sur ce, j'm'en vais le unfollow de Snapchat. J'ai peur de pogner le cancer des yeux.

À lire : Carlos Desjardins accusé de production, possession et de distribution de pornographie juvénile


Les commentaires sont maintenant fermés.
Paramètres de compte
Notifications
Favoris
Me déconnecter

Enregistre cet appareil afin de recevoir des notifications