La seule raison pour laquelle je ne fume pas, c'est que ça ne me fait pas sentir bien. J'ai une tendance à être plutôt anxieuse et la marijuana empire mon état. J'ai l'impression que mon cœur bat trop vite pour le temps qui passe, que les gens autour de moi me jugent et que tout ce que je dis ou fais n'a aucun sens. Puis, j'ai une certaine aversion pour le cannabis pour des raisons plus personnelles. Encore à ce jour, j'ai de la difficulté à voir des gens que j'aime s'ils ont fumé. Ce qui est mental, parce que techniquement, je n’ai aucune raison valable de me sentir comme ça. Je suis même totalement pour la légalisation du cannabis. Puis je devrais être capable de faire ce compromis, avec le nombre de personnes qui m'ont déjà enduré sous l'influence de l'alcool...

Même si ce n'est pas pour moi, je me souviens de certains moments que j'ai vécus sous l'influence de la marijuana qui étaient complètement fous. Juste parce que j'ai vraiment l'impression d'être lucide. De comprendre des choses que je n'aurais jamais saisies en étant à jeun. Puis que les gens qui sont gelés avec moi sont dans la même zone. À un autre niveau de connexion avec l'univers. Je l'ai vécu, ce fameux sentiment-là, mais ce n'était pas assez pour aimer ça. C'est peut-être mon besoin de ne faire « qu'un » avec mon corps qui me ramène à un stress et une angoisse constante, d'être trop consciente du paraître. Je préfère quelque chose qui me fait décrocher et qui m'enlève toutes mes inhibitions comme la boisson. Ce qui est très très loin d'être mieux. Ça se peut que ce soit moi le problème, je ne sais pas.

Une fois, j'étais assise sur une roche toute seule en plein milieu d'une chute d'eau dans le bois pendant qu'on séchait l'école, des amies et moi. On a fumé. Et beaucoup trop, dans mon cas. Elles étaient plus loin. Je regardais les paysages avec une impression que j'étais exactement là où je devais être. Quand elles m'ont dit que c'était le temps de partir, je me souviens de m'être sentie figer sur la roche. Je n'étais pas capable de me lever ou de répondre. Elles attendaient après moi, mais je ne pouvais rien faire. Il n'était pas question que je traverse ce plan d'eau. J'angoissais. Mon beau moment était terminé.

Une autre fois, j'étais à l'arrière d'une voiture. J'avais trois heures de route à faire. C'est la dernière fois que j'ai fumé, à ce jour. Le 8 avril 2015. C'était peut-être ma dixième fois, dans ces eaux-là en tout cas. J'ai eu envie de le vivre comme une expérience. Après avoir fumé le joint, j'ai pris mon iPhone et j'ai commencé à taper dans mes notes tout ce que je ressentais. Absolument tout.

J'ai décidé aujourd'hui de vous partager un résumé de ce que j'ai écrit, 7 mois plus tard:

« On dirait que les tounes de Bob Marley ralentissent. Je ressens un filtre verdâtre devant mes yeux. Je pense à mes réactions après qu'elles aient eu lieu. Mes mouvements ralentissent. J'ai des envies de rire subites. J'angoisse. J'ai un comportement obsessif. Je viens d'effacer le mot compulsif. Je ne sais plus. Le son voyage. J'ai l'impression de voir l'intérieur de ma tête. Les images passent rapidement. J'ai peur du jugement. Instinct créatif. Envie de mettre des images sur le son. Envie de me filmer toute seule, gelée. Voir de quoi j'ai l'air. J'ai la gorge sèche. Facilité à imaginer des dessins animés. J'imagine un plan fvcked up. J'ai oublié ma précédente idée. Trouver ça drôle parce que j'ai vraiment oublié. Ce que je voulais dire c'est que je me sens trop lâche pour accomplir le plan fvckep up. Je suis pour la légalisation du cannabis. Quand une chanson joue, j'ai l'impression de savoir si l'artiste était défoncé en la faisant. Parce que je suis dans la même zone. J'ai envie de manger, mais je sais que je n'ai pas faim. Soudain talent pour faire des associations des visages. Difficile d'utiliser une logique mathématique. Marvin Gaye utilise beaucoup de « G » dans ses chansons. Penser à ce que j'ai l'air. Oublier le moment présent. Pensée présente partie. Imaginer accident de voiture et douleur de l'approche de la mort vraiment clairement. J'ai l'impression que mes dents et mes gencives sont plus petites par le senti quand je les frotte avec ma langue à l'intérieur. Parler de moi en « on ». Pourquoi? Je suis juste moi. Un gars c'est toujours plus sexy habillé. Plein d'idées, pas envie d'appliquer. Mémoire de marde. Je pense que je suis toujours buzzé dans la vie. Pas envie de discuter. Imagine le son dans un tunnel. Même si tu ne chantes plus, même ton que le silence et que la reprise de la voix. Ne quitte pas le tunnel. Seule au monde. »

Je ne comprends même plus la fin de ce que j'ai écrit. Je ne me souviens plus non plus de ce que je ressentais réellement. Je trouve simplement fascinant de me relire et de voir la différence avec ce qui se passe dans ma tête normalement. À quel point, tout le monde doit fonctionner différemment si mon propre mental peut me jouer des tours à ce point.

C'était mon analyse de la dernière fois que j'ai fumé, il y a 7 mois.

Les commentaires sont maintenant fermés.
Paramètres de compte
Notifications
Favoris
Me déconnecter

Enregistre cet appareil afin de recevoir des notifications