Je suis à l'étape de ma vie, où je vois l'arrivée de ma vie d'adulte s'approcher à grands pas, c'est-à-dire chercher un boulot pour grande personne. En effet, dans moins de 6 mois, je termine mon baccalauréat pour aller travailler dans la cour des grands. Laquelle? Aucune idée. Il y a de quoi s'inquiéter, je sais! Parce que dans la vie, il y a deux types de personnes.

Celles qui, depuis leur très jeune âge, connaissent leur métier de vie et leur carrière les attend après leurs études. Le genre de personnes dont l'avenir est déjà prédéterminé. Puis, il y a les autres, dont moi, qui accumulent un bagage d'études par-ci et par-là, sans toutefois se diriger vers une direction précise. Il faut dire que je ne l'ai jamais eu « ce flash » m'orientant vers mon métier de rêve.

Par ailleurs, je sais indéniablement que j'étudie dans la branche qui me passionne et que les portes qui s'ouvrent à moi sont vastes. Voire, qu'il sera difficile de faire un choix. Et c'est ce qui rend cette tâche si compliquée aussi! Parce qu'il n'y a peut-être rien de concret qui m'attend après mes études, sauf un éventail de possibilités.

Il est certain que j'ai hâte de lâcher les bancs d'école et de cesser de courir entre deux emplois à temps partiel. Parce que la vie d'adulte, c'est valorisant : c'est l'accomplissement de toutes nos années scolaires. Et crois-moi que j'en ai à célébrer. Mais quand j'y pense, la vie d'étudiante n'est pas si mal non plus. Pas si mal quand je pense à l'idée que j'upgrade, très bientôt pour devenir une adulte.

Parce que, lorsqu'on devient une adulte, on ne rit plus. C'est une étape importante et elle est d'un non-retour. Une prise en main de soi s'exige. Avec la fin de mon parcours scolaire qui approche, je sais qu'il faudra que j'enterre mon rythme de vie cacophonique d'étudiante. Que je devrais le troquer contre quelque chose que je ne connais pas encore, mais que j'aimerais repousser encore un peu. Quelque chose où je devrais, fort probablement, me plier à un emploi du temps qui me dictera des tâches à accomplir. J'ai déjà entamé, récemment, une étape dans ma future vie d'adulte avec l'achat de ma première maison, à l'automne dernier. Une chose à la fois please.

Il n'y a rien de mal à aimer la vie d'étudiante, non? C'est le pied! Je fais constamment de nouvelles rencontres à l'université : mon social est au max. Je n'ai pas de grandes responsabilités stressantes au boulot : pas de grosse attentes à rendre à mes boss. J'ai un horaire de job qui s'accommode à merveille avec mes études et mon rythme de vie vu qu'il me permet d'aller à des 5 à 7 ou, encore, à des 5 à 11 puisque je peux m'offrir des grasses matinées. J'ai la belle vie, quoi! Pourquoi voudrais-je devenir une adulte quand tout sonne pour rimer avec routine et stress? J'ai l'impression qu'un tailleur bien serré m'attend, et qu'une fois dedans, aucun excès ne sera toléré. Un style de vie monotone, sans rebondissement.

Puis, je ne veux pas me faire peur, mais je sais ce qui m'attend une fois que la carrière est entamée. Une fois qu'un équilibre financier est trouvé, tout découle! Je parle, des trois responsabilités l'une après l'autre. Toutes mes copines me l'ont confirmé et ça semble inévitable. Un coup que l'emploi professionnel est assuré, c'est l'achat d'une maison en couple qui suit et après boum, vous tombez enceinte. Par chance, j'ai peut-être brisé ma chaîne des responsabilités en commençant par l'achat de maison. Qui sait ce qui m'attend? :)

Crédit photo - elalami_boutaina28

Les commentaires sont maintenant fermés.
Paramètres de compte
Notifications
Favoris
Me déconnecter

Enregistre cet appareil afin de recevoir des notifications