Nos premières fois à quelque chose, ça nous marque à vie. Je l'sais que tu te rappelles comme si c'était hier de la première fois qu'un gars t'a dit qu'il t'aimait plus qu'il aimait ses autres chums de filles, de la première fois que t'es allée all the way avec quelqu'un et même de le première fois que t'as eu le cœur brisé par un gars qui t'aimait pas autant que toi tu l'aimais...

Ce serait l'fun qu'on les réussisse, nos premières fois, pour qu'on ait la chance d'avoir une belle première expérience, question de pas avoir peur de toutes les autres expériences qui s'en viennent et qui seront pas des premières, mais malheureusement, ça arrive souvent qu'on se plante parce qu'on savait pas trop comment nous y prendre!

Aujourd'hui, ça nous tentait ben gros de te raconter comme notre premier french s'est passé, faque on a décidé de te raconter notre fameuse première fois... Enjoy (pis partage-nous la tienne dans les commentaires, si t'es hot de même).

Vanessa | Le t-shirt à 40 piasses

C'était d'une tristesse. Comme la fin improvisée d'un film à petit budget. J'avais embrassé des p'tits gars sur la joue quand j'tais à l'âge de jouer au cloche-pied pis de gueuler Marco Polo, mais mon premier vrai french était à 15 ans. L'âge auquel je pognais des ondes à cause de mes broches pis que je trouvais ça hot de porter des bas collants rose avec une jupe carottée d'école privée.

Bref, y s'appelait Gabriel pis à ma souvenance, il s'appelle encore de même. Y'avait le cheveux frisé pis c'était sa fête. Y'avait clairement pas d'alcool d'impliqué parce que c'tait chez ses parents pis que je voulais pas avoir l'air épaisse devant ses p'tits amis. J'avais ben de l'expérience en beuverie, moi qui m'étais déjà saoulée au Sour Puss en jouant à Serpents et Échelles.

Pour sa fête, j'y avais acheté un t-shirt de Pink Floyd à 40 piasses pis ma mère trouvait que j'abusais un peu 'ses bords, a savait qu'on allait probablement pas finir nos jours ensemble. Au moins, y'était ben content.

Comme j'étais vite en affaire pis que je voulais tester mon sex appeal malgré le pourcentage de métal que j'avais dans' bouche, je lui ai dit d'un air désinvolte la veille de sa fête: « Ce sera pas juste ton cadeau de fête que je vais te donner demain! ;) ». AH! La magie d'MSN! Donc c'est d'un air plus ou moins assumé que nous nous sommes frenchés dans son portique avant que ma mère vienne me chercher. Y'a eu ben de la langue qui se tournait ce jour-là.


Véronique | Les oignons dans le coin sombre

J'avais 14 ans pis ça devait faire genre quatre mois que je tripais sur ce gars-là. Il le savait depuis un p'tit moment, mais on sortait pas encore ensemble parce qu'il hésitait encore entre moi et une de mes amies (ouaiiis, jeune de même, y'en avait déjà un qui avait appris à garder plusieurs plans de rechange, tsé)... Finalement, sur l'heure du midi, à l'école, on s'est trouvé un p'tit coin sombre (genre littéralement, c'était dans un passage qui menait à une sortie à l'extérieur et il y avait pas de lumière) et, comme on dit, ÇA S'EST DONNÉ!

Mettons que c'était pas l'expérience la plus excitante de ma vie, t'sais, il avait pas la meilleure haleine du monde à cause des oignons qu'il avait mangés dans sa salade grecque. Il avait pas trop l'air de savoir ce qu'il faisait, moi non plus, au fond, et j'pense que j'ai figé un gros cinq secondes parce que je me demandais quossé qu'il était en train de faire avec sa langue...

Faque, en gros, on peut résumer mon french à un goût d'oignon, un coin sombre et des langues qui savent pas où se mettre. 


Marylou | Le siège passager.

Je venais de finir mon secondaire deux, du haut de mes 14 ans. J'avais la vie devant moi pis j'avais décidé ce soir-là d'aller à l'après-bal des secondaires 5 de mon école, avec des amies. Parce qu'on était cool, tsé. J'me souviens d'avoir pris deux bières pis de commencer à sentir l'effet de l'alcool en moi. J'voulais pas être saoule donc j'ai décidé d'arrêter parce que j'avais en tête de me lancer dans l'vide, cette soirée-là, pis de tenter de frencher le gars que j'avais en tête depuis le début de l'année.

C'était un de mes amis, y'avait 16 ans pis j'trouvais que c'était beau un gars avec une calotte par en arrière. J'le trouvais cool pis y m'intimidait un peu. On était dans son char, j'étais assise côté passager, lui conducteur, pis un couple d'amis était assis en arrière à se frencher depuis une demie heure. Ledit gars a décidé de venir me rejoindre côté passager, pis je sais pas si vous le savez mais normalement tu t'assis pas deux sur un siège passager d'une voiture.

Faque ça a pas pris de temps que nos langues se sont rapprochées, j'vous dirais. J'me souviens que pendant qu'on s'embrassait j'me demandais si moi je frenchais bien. J'voulais pas trop mettre ma langue ou pas assez. J'trouvais qui frenchait bien pis j'avais pas l'goût que ça arrête. Ça a finalement arrêté quand on a entendu le couple d'amis en arrière qui riait un peu à nous voir aller. On s'est revu la langue une autre fois après dans une soirée, pis j'me souviens qu'il m'a dit sur MSN une semaine plus tard que ça irait pas plus loin lui pis moi. J'ai dû mettre un émotionne d'un bonhomme triste ou une fleur fanée dans mon nick pendant 2 semaines après.


Emmanuel | Le placard magique

J'avais l'âge de la maturité puisque j'avais 13 ans 1/2! Dans le cadre de la fête d'une fille de mon école, j'étais invité à participer lors d'une après-midi, musique de jeunes, bonbons, gâteaux et premiers jeux "coquins" entre filles et garçons. Après avoir bu quelques verres de jus d'orange, une part de gâteau préparée par ma maman et quelques pas de danses indescriptibles, on a décidé tous ensemble de jouer au "jeu du placard". Qu'est-ce que le jeu du placard? Très simple, c'est comme le jeu de la bouteille... sauf que tu frenches dans un placard et dans le noir complet!

Après avoir fait tourner la bouteille, je me retrouve dans un placard avec une fille qui avait la réputation de se laisser frencher facilement. Effectivement, elle n'a pas attendu très longtemps puisqu'elle m'a sauté dessus au bout de trois secondes dans ce pseudo placard (en fait on était dans des toilettes), c'était mon premier french à vie! Deux choses à retenir, je ne savais pas trop comment il fallait faire donc la fille a dû avoir une entorse de la langue sur le premier french et un surplus de salive dans sa bouche. La deuxième chose, c'est qu'il y en a eu deux de suite! Un avec appareil dentaire, pas les bagues, mais l'appareil dentaire avec un faux palais et donc facile à enlever. Le deuxième french a été donc plus sympathique pour moi et j'espère pour elle même si je pense qu'elle a du avoir une deuxième entorse de la langue en moins de deux minutes.

Conclusion, je me souviendrai toujours de mon premier french, dans le noir, avec appareil dentaire et du deuxième sans. Après cette expérience, j'ai pris une décision, j'ai enlevé mon appareil pour les prochains frenchs!


Jessica | Le french invisible

* Censuré *

Les commentaires sont maintenant fermés.
Paramètres de compte
Notifications
Favoris
Me déconnecter

Enregistre cet appareil afin de recevoir des notifications