Sign in
FR - Nouvelles

Des passagers québécois potentiellement exposés au coronavirus dans un vol sont recherchés

Ils ont voyagé avec Air Canada de l'Iran vers Montréal le 14 février dernier.

Durant la fin de semaine qui vient tout juste de passer, une passagère qui a fait escale à l'aéroport de Montréal pour un vol en direction de Vancouver, le 14 février dernier, a été confirmée comme étant atteinte du coronavirus COVID-19. Depuis, plusieurs attendent des nouvelles de la situation au Québec et voilà que les autorités de la santé publique ont annoncé être à la recherche d'une quarantaine de personnes qui auraient côtoyé la patiente durant le vol en provenance d'Iran.

C'est lors d'un point de presse tenu par le Dr Horacio Arruda, directeur national de la Santé publique du Québec, que ces détails ont été dévoilés au public. 

Une enquête épidémiologique à propos de la dame atteinte par le virus a été faite et c'est grâce à celle-ci que les autorités ont pu mener une analyse de ses contacts étroits durant ses différents segments de vol. 

Suite à cette analyse, des passagers susceptibles d'avoir été exposés au virus — qui se transmet par gouttelettes, rappelle M. Arruda — ont été identifiés.

[facebook https://www.facebook.com/radiocanada.info/videos/216070942848229/?__xts__[0]=68.ARBXCwPKgidVvNFU26JzWavsdgMUtRMfhXynLGWnte-Ii6PJh2UwUQ4_pkunxLbffNXQ6utSSJ1MLse9EvBZes0zQ9nLTwDCD8mWByuvBQU5loTGkjniPZu7og3eyDn_vAis5X8AWgnrqYn5HJc3K-QKTx5fZI0_f8_ndwigxiADuJpJDJEA6KxHFyeKJXiV7p0wJDrzZEnHJ6xCf84ZK0BqUUC5wlWooWSI-xCojAYLitHgAaUK3r5WvEl-QlfH1ltwzRGrK7dB-VMwnSD-0zJ1OhK_FSLpUVvwH3DA9cCK6TN68_pRi-YuBD3MfCeFxruCUViUPx3SCSU&__tn__=-R expand=1]

En effet, durant le point de presse, Horacio Arruda a indiqué que la Santé publique est « en train de contacter les personnes qui ont été proches de la patiente dans l'avion » et que ces dernières se feront suggérer l'isolement volontaire en plus du fait d'aller passer des tests pour s'assurer qu'elles ne sont pas atteintes par le coronavirus.

Il a aussi profité de l'occasion pour assurer que la situation demeure la même au Québec, où aucun cas d'infection n'a été identifié.

Selon Arruda, « le risque n'est pas plus élevé pour le Québec présentement ».

Les précautions demeurent donc les mêmes. Il faut tousser dans son coude ou dans un papier-mouchoir, prendre soin de jeter ces derniers et, bien sûr, se laver les mains fréquemment.

Au total, au Canada, seulement onze cas ont été confirmés jusqu'à présent, plus un potentiel. Ces derniers sont en Ontario et en Colombie-Britannique.

Ailleurs dans le monde, la situation est bien différente de celle au Canada. En effet, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a même avisé les gens de se préparer à une éventuelle pandémie lors d'une conférence de presse tenue très tôt ce lundi 24 février.

La situation épidémiologique est donc à surveiller de près, alors qu'il y a présentement « une augmentation importante de cas à l'extérieur de la Chine », encore une fois selon Horacio Arruda.