Dans la foulée de créations artistiques qu'apporte la pandémie à travers le monde, certains ressortent du lot et connaissent un succès monstre auprès de leur communauté. C'est ce que vit le jeune humoriste de la relève, Danick Martineau, avec sa chanson sur la COVID-19 qui a récolté plus d'un demi-million de vues en moins d'une journée.

Les mesures de distanciation sociale semblent apporter un certain vent de fraicheur au Québec alors que de nombreux artistes se sentent inspirés par le sujet. Certains lancent des soirées d'humour virtuelles, d'autres créent des illustrations humoristiques autour des événements.

On assiste même à la naissance de vidéoclips plutôt rocambolesques qui mettent en scène des textes à tomber par terre. Les artistes créent des adaptations de chansons connues pour y modifier les paroles et partager une parodie au sujet du coronavirus.

On nous parle de la pénurie de papiers de toilette, de produits désinfectants et même de certains aliments. D'autres caricatures abordent la mode des gants ou des masques pour se protéger dans les endroits publics.

Leur mission première est de réduire l'anxiété qui prône depuis la semaine dernière en abordant les répercussions avec un ton absurde.

Dans sa version, Danick Martineau donne l'impression d'amener une vision plus jeune du phénomène en chantant des paroles comme: « L'année prochaine à Noël, je demande juste du Purell pis un masque aussi, de préférence un Nike. »

Dans une adaptation instrumentale de la chanson populaire Someone You Loved de Lewis Capaldi, il s'immerge dans un de ses vidéoclips qui emprunte plusieurs clichés à la musique pop.

Il n'y a rien de mieux que de se divertir en écoutant les nouvelles vidéos virales qui sont publiées à une vitesse fulgurante ces derniers jours. 

Bref, on comprend que les compositions des humoristes et des amateurs sur le Web font fureur. Il suffit de prendre ces interprétations au deuxième degré pour pouvoir en rire un bon coup.

La version « milléniale » de Danick Martineau est maintenant un incontournable de cette pandémie alors que le nombre de visionnements augmentent à vue d'oeil.