Mobile sign in image
Sign in
FR - Nouvelles

Écrasement en Iran: Justin Trudeau confirme la thèse des missiles et il veut des réponses

Il s'agirait tout de même d'un «geste accidentel».
Écrasement en Iran: Justin Trudeau confirme la thèse des missiles et veut des réponses

Le monde est toujours sans réponse depuis le drame ayant frappé de plein fouet la communauté iranienne du Canada. Lors d’un point de presse à Ottawa, ce jeudi, le premier ministre Justin Trudeau a confirmé la possible thèse d’un missile ayant abattu accidentellement le vol 752 de l’Ukraine Internationale Airlines (UIA), causant l'écrasement d'avion en Iran qui a tué 176 personnes, dont 63 Canadiens. 

« Nous avons des renseignements provenant à la fois de nos alliés et de nos propres services, a déclaré M. Trudeau, lors du point de presse. Ces renseignements indiquent que l’avion aurait été abattu par un missile surface-air iranien. Cela pourrait avoir été accidentel. »

Le vol PS752 d’UIA, en route vers l’aéroport international Boryspil de Kiev en partance de Téhéran, a cessé de transmettre des données quelques minutes seulement après son décollage.

L’impact aurait eu lieu peu de temps après que l’Iran ait lancé des missiles sur des bases militaires abritant des forces américaines et alliées dans l’Irak voisin.

C’est le média américain Newsweek qui a rapporté, un peu plus tôt aujourd’hui, qu’un ou plusieurs missiles iraniens auraient en fait abattu accidentellement le Boeing 737-800 d’Ukraine International.

L’armée iranienne aurait possiblement confondu l’avion de l’UIA pour un avion militaire américain, au moment où l’Iran était en état d’alerte maximal en anticipation d’une possible riposte à son attaque.

L’Iran aurait accepté que le Canada participe à l’enquête, en travaillant conjointement avec le gouvernement ukrainien. La demande de cette participation avait été émise par le ministre des Affaires étrangères, François-Philippe Champagne, dans le cadre d’une conversation téléphonique avec son homologue iranien. Le gouvernement iranien a d’ailleurs accepté de remettre les boîtes noires du Boeing à l’Ukraine. 

« Cette nouvelle vient confirmer la nécessité d’une enquête approfondie dans cette affaire, a ajouté le premier ministre. J’ai des questions. Les Canadiens ont des questions. »

Sur les réseaux sociaux, le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, a tenu à remercier le premier ministre canadien pour sa collaboration.

De son côté, le président américain Donald Trump ne croit pas non plus qu’un problème mécanique soit à l’origine de l’écrasement du vol PS752.

« J’ai des doutes, a-t-il affirmé en point de presse. J’ai le sentiment que quelque chose de terrible s’est passé. [...] Quelqu’un, dans l’autre camp, pourrait avoir commis une erreur », a-t-il ajouté.

Le Canada et l’Iran n’ont plus de relations diplomatiques depuis 2012.