Recherche sur Narcity
Une ambulance d'Urgences-Santé.

Une ambulance d'Urgences-Santé.

Alors qu'on est en pleine saison des festivals partout au Québec, il y a des festivités et des événements d'organisés à travers la province et les Québécois.es savent en profiter. Ce n'est pas un secret, c'est une période festive et qui peut être propice à la consommation de drogue. Depuis les dernières années, les autorités sanitaires et services d'urgence tentent de sensibiliser la population aux intoxications et ont partagé de l'information sur une loi plutôt méconnue au pays, mais qui pourrait sauver des vies : La Loi sur les bons samaritains secourant les victimes de surdoses.

Selon l'Institut national de santé publique du Québec, d'avril 2021 à mars 2022, il y a eu dans la province « 547 décès reliés à une intoxication suspectée aux opioïdes ou autres drogues ».

Selon le gouvernement du Canada, le nombre croissant des décès causés par les opioïdes représente une crise de santé publique nationale. C'est pourquoi, en 2017, la Loi sur les bons samaritains secourant les victimes de surdose a été instaurée. « Elle contribuera à inciter les Canadiens à sauver des vies dans les cas de surdosage », écrit le site du gouvernement canadien.

Cette loi offre une protection judiciaire aux citoyen.nes qui réclament de l'aide en cas de surdosage.

« La Loi du bon Samaritain vous garantit que si vous appelez le 9-1-1 pour une personne en surdose et que vous avez consommé ou que vous avez de la drogue sur vous, on ne pourra pas vous arrêter »,avait expliqué Urgences-Santé en août 2019.

Voici ce que la Loi spécifie précisément :

- Elle s’applique à quiconque demande de l’aide d’urgence dans le cas d’un surdosage, y compris la personne en situation de surdosage.

- Elle protège la personne qui demande de l’aide, peu importe si elle reste ou si elle quitte la scène de surdosage avant l’arrivée de l’aide.

- La Loi protège également quiconque demeure sur les lieux lorsque l’aide arrive.

D'ailleurs, il est recommandé de rester sur place lorsqu'une personne est en surdose devant soi. « Les témoins devraient appeler l’aide d’urgence, être prêts à agir en transportant sur soi de la naloxone à utiliser si vous soupçonnez un surdosage d’opioïde, donner les premiers soins, y compris la respiration de sauvetage (CPR), si nécessaire, jusqu’à l’arrivée des services d’urgence et rester calmes et rassurer la personne en lui confirmant l’arrivée des secours », selon ce que mentionne le gouvernement.

La naxolone est un médicament qui permet de renverser rapidement et temporairement certains effets d'une surdose d'opioïdes. Elle est disponible gratuitement et sans ordonnance dans les pharmacies au Québec. Certaines en ont en inventaire, tandis que d'autres doivent les commander, ce qui peut prendre de 24 à 48 heures.

À noter que la Loi ne s'applique pas sur certaines infractions plus graves comme des mandats non exécutés, la production et le trafic de substances et tous les autres crimes non précisés par celle-ci.

À noter que l'écriture inclusive est utilisée pour la rédaction de nos articles. Pour en apprendre plus sur le sujet, tu peux consulter la page de l'OQLF.

Recommandé pour toi

Loading...