Connexion

10 Québécois se sont saoulés et tatoués et leurs photos sont hilarantes

« Je te parie ton numéro de téléphone que j'ai ton nom de tatoué sur la fesse... »
10 Québécois se sont saoulés et tatoués et leurs photos sont hilarantes

Derrière chaque brosse, une drôle d’histoire un peu regrettable s’ajoute à la liste. Alors que certaines personnes se réveillent avec des messages de son ex furieuse, ou même aux côtés d’une personne inconnue, certaines autres se réveillent avec des séquelles pas mal permanentes.

À lire aussi : 9 tattoos qui confirment que t’étais cool dans les années 90

T’as compris de quoi il est question : les drunk tattoos. Derrière beaucoup trop de tatouages se cache l’alcool, et le résultat est parfois hilarant, parfois pitoyable.

On t’a sorti une liste des histoires de brosse derrière les pires tatouages. Peut-être pour te divertir, ou peut-être pour te prévenir. À toi de voir...

Emerick, l’homme au meilleur pick-up line.

« On a vu passer une machine à tattoo pas chère et on n’avait rien d’intéressant à faire. Après une caisse de 24 on s’est donné un défi : celui qui pisse le moins loin se fait tatouer, et celui qui pisse le plus loin choisit le tatouage. Vous savez maintenant que je n’ai pas le jet le plus puissant. »

C’est quand même un pas pire pick-up line dans un bar : « Je te parie un verre que j’ai ton nom tatoué sur la fesse. »

Tammie, la téméraire.

« On s’est fait mettre dehors des studios Universal, donc on a fini downtown Orlando. On a rencontré des gens et on s’est réveillés chez eux le lendemain matin encore un peu arrosés. C’est là que les gars nous ont déposés au tattoo shop et qu’on s’est fait faire ces extraterrestres. »

David, l’homme qui aura toujours une fleur pour toi

« Mon ami et moi on était trop pacté et il venait d’acheter une machine. J’ai eu la bonne idée d’y dire de l’essayer sur moi. Shit happens... »

Jean-Sébastien et Guillaume, les vrais bros.

« On s’en allait voir les Alouettes en métro. On est sortis à Berri UQAM pour souper avant. On s’est ramassé à virer aux 3 Brasseurs. On n’est pas allé à la game, on a traversé au St-Sulpice et vers 22 h ça a fini au tattoo shop. Résultat : on est bros pour toujours. »

Maxime, l’artiste.

« On revenait du bar. On était chauds. On est allés chez mon amie tatoueuse et tout le monde s’est fait tatouer. C’est mon 3e tattoo de pénis, je n’apprends pas de mes erreurs... »

Tee, la fille qui a définitivement voté pour Trudeau.

« Mon amie et moi on venait de signer notre bail. On est allées célébrer à un bar proche où il y avait une bonne promo sur les drinks. Juste à côté du bar, il y avait un tattoo shop avec des prix étudiants. Je ne me rappelle pas y être allée, mais je me suis réveillée avec un plastique sur la fesse. Quand je me suis levée pour voir ce que c’était, j’ai réalisé l’ampleur des dégâts... »

Félicia, la voyageuse

« Je voyageais pendant 9 mois en Asie et lorsque j’étais au Vietnam, j’ai rencontré 2 Québécois, Alex et Sam, avec qui j’ai voyagé pendant 2 semaines. Nous nous sommes séparés pendant un mois et nous nous sommes rejoints en Thaïlande. Après avoir gagné le tournoi officiel de beer pong de l’auberge, nous avons gagné le gros lot équivalent à 110$ canadien. On a donc décidé d’aller célébrer dans les bars. À ce moment-là, on était déjà extra déchiré après avoir bu pendant 3 heures. On passe devant un bamboo tattoo shop et Alex dit « Je veux me faire tattouer les lignes de Koh Phi Phi du film « The Beach » avec Leonardo Di Caprio who’s in? » Je me suis dit, OK, moi ça me tente, j’ai bu alors ce ne me fera pas mal. Fait à noter: je n’ai jamais vu le film « The Beach » et je ne suis pas encore allé à Koh Phi Phi, bref un tattoo aucunement significatif pour moi. Mais on s’en fou, je rentre dans le shop, le Thaïlandais le plus chill sur la terre sort son encre et sa tige de bambou, et commence à me tatouer. Après un 15 minutes plutôt relax, j’ai 3 lignes de plus de tatouées sur le pied. Tattoo que j’ai fait avec un gars rencontré au Vietnam, qui est maintenant mon ami à Montréal. »

Yan, ce qui se passe à Vegas, ne reste peut-être pas tant à Vegas.

« On était 5 gars chauds à 5h du matin et on est passé en avant d'un tattoo shop a Las Vegas. Soudainement un des gars dit : « on se fait-tu un tattoo de groupe? » Tous les gars sont d'accord. C'est alors qu'on envoie les 3 filles qui nous accompagnaient pour voir le tatoueur pour avoir un prix plus bas. Par la suite, les 5 gars on est entré dans son tattoo shop en disant à ce prix-là nous on en veut 5 sur la fesse. Une heure et 5 rasoirs plus tard, on avait des dés sur la fesse droite. »

Geneviève, la fille compétitive.

« J'étais saoule, et un tatouage valait 1 000 points dans une sorte de chasse aux trésors à l'université. Résultat: j'ai le chiffre de mon équipe tatoué sur le bord de la fesse. Assez gênant à expliquer quand tu es très légèrement vêtue devant un homme, on jase là...»

Arielle, l'amoureuse.

« Je me suis fait tatouer PROPRIÉTÉ DE (**nom de mon chum**) au-dessus des fesses à 19 ans. On était ensemble depuis 6 mois, j’étais totalement amoureuse, et il me niaisait depuis un mois en me disant que si je me faisais tatouer ça il me marierait. Il me faisait des blagues, assurément. Il ne pensait pas que j’étais folle comme ça. Un jour où j’avais fait beaucoup de pourboires, je suis tipsy sur ma terrasse pis je pense à ça. Là je décide de le faire sur un coup de tête. Je bois une autre bière pour me donner du courage, et puis voilà je me suis fait tatouer ÇA pour le reste de ma vie. Je n’étais pas saoule morte, mais je crois bien que ça m’a influencée. Le tatoueur a essayé de m’en dissuader, mais ma décision était prise. Mon chum a failli faire une crise cardiaque en voyant ça, il est sorti avec son ami, sous le choc, puis il est revenu 2 h plus tard (il venait probablement de se rendre compte qu’il manquait quelque chose dans ma cervelle). On est encore en couple heureusement, mais si on se sépare, je pourrai avoir un échappatoire en disant que je suis la propriété de mon fils, c’est son nom de famille! Au moins, c’est dans mon dos, je n’ai pas à regarder ma bêtise tous les jours dans le miroir. »

Et toi qui pensais que ton signe infinity était une erreur....

Reste informé
Reçois quotidiennement les dernières nouvelles pour la ville Montréal dans ta boîte courriel.

Lorsqu'il est question de relations amoureuses, certaines personnes ont des histoires de rupture assez farfelues. Que ce soit se faire ghoster ou laisser quelqu'un a cause de ses mains moites, toutes les raisons sont « bonnes » pour mettre fin à un couple qui ne fait plus l'affaire.

Voici huit Québécoises et Québécois qui nous ont raconté leur histoire de rupture la plus absurde pour ton divertissement personnel.

Continuer à lire Show less

Selon les rumeurs, l'amour rendrait aveugle. Or, un couple de lève-tôt qui se promenait à Montréal n'aurait pas vu la vitrine d'un commerce à Montréal lorsqu'est survenue une envie folle de s'échanger leur langue. Le duo l'aurait défoncée en se « frenchant » et le tout a été capté par vidéo. Les images sont rapidement devenues virales dans la province.

Il semblerait que les propriétaires du Savvy Barbershop ont eu une surprise des plus fracassantes le 19 juillet au matin, alors que la vitrine de la porte d'entrée du commerce aurait été brisée.

Continuer à lire Show less

Occupation double, que tu aimes ou pas, c'est probablement un des sujets que tu vois le plus passer sur ton feed facebook.

Même si tu n'aimes pas vraiment ça, je suis sûre que tu prends un malin plaisir à regarder l'émission et juger une couple de situations pendant les épisodes.

Continuer à lire Show less

Comment j'ai su que mon copain m'aimait vraiment

C'est connu, les actions parlent plus fort que les mots.

On a beau dire ou ne pas dire « je t'aime », c'est dans le non verbal que ça se passe vraiment.

La première fois que j'ai su que mon copain m'aimait vraiment, c'était un beau matin d'été. La lumière du jour perçait les rideaux de la fenêtre de sa chambre dans une vision presque féérique. Je me suis réveillée la joue posée sur son torse. On avait passé la nuit enlacés l'un dans l'autre. De quoi de super romantique. Ce qui l'était moins, c'est la flaque de salive que j'avais laissée dans le creux de sa clavicule... 

Continuer à lire Show less