Connexion
6 réalités sur les étudiants d'écoles privées à Montréal

Les écoles privées, ce sont des établissements qui sont liés à une panoplie de préjugés et réalités diverses. Que ce soit dans les films ou pas, on est témoins de ces choses-là relativement souvent. Moi, j'étudie actuellement dans un CÉGEP privé, et je peux vous confirmer que c'est chose du quotidien.

J'sais pas pour vous, mais je déteste porter une étiquette. Malheureusement, beaucoup de gens généralisent les caractéristiques des étudiants qui fréquentent une école privée. Oui, certaines sont fondées, mais il y en aussi quelques-unes qui sont fausses. J'vous écris donc ici pour éclaircir quelques points, qu'est-ce qui est réel et qu'est-ce qui ne l'est pas.

Clique ici pour 6 stéréotypes des écoles privées à Montréal >

1. La bonne carrière assurée

C'est clair que ça parait bien avoir le nom d'une école privée sur ton CV, mais c'est un facteur parmi tant d'autres. Comme dans toutes les autres écoles, faut que tu fasses des efforts pour te rendre à ton but. Y'a tellement d'étudiants qui prennent ça pour acquis et qui ne font absolument rien pour se démarquer. Dommage, parce qu'on va se le dire, ces écoles-là, elles t'ouvrent quand même pas mal de portes pour te mettre sur la bonne voie.

2.  I'm so fancy

Les filles qui s'habillent un peu trop bien pour l'école, c'est une réalité. Je sais pas trop qui elles veulent impressionner, mais c'est assez intense. Normalement, elles se regroupent dans deux catégories: celles qui pourraient aller clubber avec cet ensemble ou celles qui ont l'air de femmes d'affaires. Mais bon, j'imagine que c'est mieux que d'être habillée tout croche, right?

3. La back-coiffe et la mallette

Croyez-le ou non, ce type de gars est présent dans les écoles privées. J'ai absolument rien contre ça, mais j'ai juste une question à leur poser: pourquoi? Dude, t'as toute ta vie pour être inconfortable dans ta chemise, avoir des cheveux durs comme du foin, et trimballer ta malette partout avec toi. Profite du temps qu'il te reste en jeans, non?

4. Non, tu peux pas avoir mes notes

L'esprit compétitif, il est là. C'est peut-être pas tout le monde qui adopte cette attitude, mais j'ai déjà été témoin de ce genre de compétition en fin de session. T'sé, quand tout le monde panique avec les projets à remettre et les examens finaux? Ben y'en a quelques-uns qui pensent juste à leur Cote R, donc t'aider pour que ta moyenne se rapproche de la leur, c'est un non.

Crédit photo - Emily_Moya

5. Tu touches pas à ma clique

Les cliques, elles sont présentes dans n'importe quelle école. Par contre, au privé, c'est VRAIMENT intense. Petit exemple: dans mon école, y'a une grande salle où tout le monde chill pendant les pauses. Si tu débarques dans cette école et que tu connais personne, tu vas vraiment être mal à l'aise en mettant les pieds dans cet endroit. Tout le monde te regarde pendant que t'essayes de trouver quelqu'un que tu connais. C'est vraiment awkward, même après 1 an d'études là-bas.

6. On est tous riches

C'est tellement faux. Stéréotype vraiment commun dans les écoles privées. Oui, les parents ont les moyens d'envoyer leur kid dans une très bonne école, mais ça veut pas dire qu'ils sont tous ben statch sur des lingots d'or. Oui, certains jeunes vivent dans des familles vraiment aisées, mais y'a aussi certains jeunes qui ont des bourses, et certains parents se ruinent pour l'éducation de leurs enfants.

Reste informé
Reçois quotidiennement les dernières nouvelles pour la ville Montréal dans ta boîte courriel.

Bien que la recherche d'emploi ne soit pas toujours évidente, tu tombes pile au bon moment si tu souhaites actuellement parcourir de nouvelles options de carrière puisque Amazon cherche à pourvoir plus de 100 postes à temps plein au Québec et tu peux postuler dès maintenant.

Peu importe si tu as un champ d'expertise ou non, il y a des opportunités à plusieurs endroits et dans différents domaines, autant pour l'entreprise que les centres de distribution ou encore le service à la clientèle.

Continuer à lire Show less

Dans le cadre d'une entrevue avec le magazine 7 jours, Marilou Bourdon de Trois fois par jour s'est confiée sur sa carrière de chanteuse et le traumatisme qu'elle a vécu à ses débuts.

Alors qu'elle a consacré ses dernières années à la cuisine, son rôle de mère ainsi que la télévision avec son émission Trois fois par jour & vous qui a débuté le 6 septembre 2021, Marilou raconte qu'elle a recommencé tranquillement la musique.

Continuer à lire Show less

Les étudiants du Québec auront plus d'argent en prêts et bourses jusqu'en 2023

T'auras pas à manger des céréales pour arrondir les fins de mois!

Puisque les difficultés économiques engendrées par la COVID-19 se font toujours ressentir et que les logements abordables sont toujours aussi rares, le ministère de l'Enseignement supérieur vient d'annoncer la reconduction de la bonification de l'Aide financière pour les étudiant.es au Québec.

Comme c'était le cas à la rentrée 2020, l'aide financière habituelle sera bonifiée d'une « dépense admise extraordinaire » encore cette année et jusqu'en 2022-2023. Les étudiant.es qui résident chez leurs parents pourront donc déclarer un montant supplémentaire de 96 $ par mois tandis que les étudiant.es en appartement pourront déclarer un montant additionnel de 205 $ par mois.

Continuer à lire Show less

Québec te paye 650 $/semaine si tu retournes aux études dans l'un ...

Le gouvernement du Québec a dévoilé en mai dernier les grandes lignes d'un nouveau programme soutenant la formation de 2 500 personnes dans le domaine des technologies de l'information et des communications. La liste des formations payées 650 $ par semaine est sortie et il y en a pour tous les goûts.

Depuis le 1er juillet dernier, il est possible pour les personnes qui ont dû s'en remettre au chômage en raison de la pandémie et aux gens qui n'ont pas été aux études à temps plein dans les douze derniers mois de s'inscrire à l'une des formations du Programme pour la requalification et l'accompagnement en technologie de l'information et des communications (PRATIC).

Continuer à lire Show less