9 phrases que les rousses sont tannées d'entendre

Le stéréotype de la rousse cochonne = pu capable -_-
9 phrases que les rousses sont tannées d'entendre

J'parle aux rousses, aux vraies rousses! Celles qui ont une peau claire, les cheveux de couleur feu et davantage de taches de rousseur à chaque fois qu'elles s'exposent au soleil.

J’en ai perdu une coupe hen? Normal, puisqu’il n’y a que 2 % de la population qui sont des personnes rousses. Il faut que les deux parents soient porteurs du gène MC1R. Mais c'pas ici que j'va vous blablater sur la biochimie et la génétique des roux.

Enfin, si tu es une rouquine tu as surement dû faire face à l'une des questions qu'on se fait constamment poser :

1. « C'est-tu ta vraie couleur naturelle? »

J'sais pas... qu'est-en penses?

2. « Fac'que t'es une vraie rousse? »

Comment faut-il que j't'le fasse comprendre autrement?

3. « T'as du sang irlandais? »

C'est réducteur ton affaire...comme si tous les Grecs s'appelaient Georges et les Arabes Mohammed?!?

4. « J'ai encore jamais couché avec une rousse »

C'est l'fun que tu m'en parles...

5. « Tu sais ce qu'on dit à propos des rousses? »

-_-

6. « Y paraît que les rousses sont cochonnes au lit »

Y parait aussi que les noirs ont des grosses mailloches....et puis?

7. « Fac’que…t'es cochonne? »

J'sais pas...j'ai-tu l'air cochonne?

8. « En as-tu partout partout des freakles? »

En as-tu tout le temps tout le temps des questions stupides de même?

9. « D'habitude je tripe pas sur les rousses, mais toi par exemple...»

Pour être un compliment, t'aurais pu mieux t'y prendre, j'dis ça comme ça...

Au Québec, on a une cuisine et des mets traditionnels bien à nous. Quand on était jeune, y'a certains trucs qu'on avait l'habitude de manger. Je ne parle pas des sandwichs beurre de peanut-confiture-banane, mais plutôt de desserts et collations typiquement québécois comme les bonbons aux patates et les pets de soeur.

Durant le temps des fêtes, c'est de la tourtière et du jambon au sirop d'érable qu'on mange. En été, on a nos guédilles de homards et nos queues de castor. Durant le temps des sucres, y'a la tire d'érable, et les fèves au lard.

Continuer à lire Show less

Je sais que je parle toujours de Montréal et d'à quel point notre ville est merveilleuse. Mais faut pas oublier que Montréal fait partie du Québec, et que le Québec fait partie du Canada (en tout cas, aux dernières nouvelles). Récemment, j'suis tombée sur un article de mes collègues à Toronto qui m'ont fait découvrir une carte du Canada pas comme les autres.

Oublie la carte du Canada qu'on t'a fait voir pour la première fois dans tes cours de géo au primaire. Cette carte-là, c'est la meilleure que j'aie vu à date.

Continuer à lire Show less

Que tu sois blonde, brune, rouquine ou noir, naturel, teint ou méché, il n'y a aucune différence. Si tu es moindrement naïve ou a moins de bon sens que la moyenne, tu fais partie du stéréotype parfait de la vraie blonde.

Parce que ce n'est pas une question de couleur de cheveux, mais, plus souvent qu'autrement, de logique. Une chose est sûre, c'est que vous faites de bonnes histoires à raconter.

Continuer à lire Show less

14 réalités que vivent des étudiants en communication

7. Se faire dire « C'est quoi ton plan B? »

On stéréotype souvent à partir du domaine d'étude des gens. On stéréotype souvent à partir de l'apparence des gens, à vrai dire. Une blonde c'est comme ci, une rousse c'est comme ça. On se fit tellement à ce que l'on voit et on pense comprendre selon l'apparence d'une personne qu'on oublie parfois qu'un stéréotype n'est pas une réalité.

Quand on est encore aux études, on généralise et donne souvent comme excuse "Ouais, mais tsé, elle est en science humaine" ou "Oublie pas qu'elle est en musique". On dit toutes ces choses des autres programmes sans même se rendre compte qu'on parle sans connaissance de cause. Et sérieusement, si les étudiants en art s'en font dire des affaires, les étudiants en communication non plus, on passe pas à côté.

Continuer à lire Show less