Connexion

À celle qui se trouve trop ordinaire pour être en relation....

J'suis peut-être simplement tombé sur les mauvais gars, mais tsé...
À celle qui se trouve trop ordinaire pour être en relation....

Ce qui est difficile de nos jours, lorsqu'on parle de dating, c'est qu'on dirait que c'est TELLEMENT difficile se démarquer de toutes les autres prétendantes pour qu'un gars veuille être en relation sérieuse avec nous et non seulement rester au statement de fréquentation.

- À lire également: 10 fois où Chuck Bass m'a redonné confiance en l'amour

Ce qui est plate c'est que lorsque j'entends un gars dire qu'il aimerait rencontrer une fille qui le surprend, une fille qui le fait rire, une fille qui a de la répartie et qu'on remarque dans les soirées, ben j'le sais que ça ne marchera pas avec moi. J'sais qu'on n’est pas fait pour être ensemble pis que l'idée de la fille dont extraordinaire qu'il s'imagine rencontrer et qui réussira à lui faire quitter son célibat, ça ne sera pas moi. Même si je le sais qu'on pourrait avoir ben du potentiel, lui pis moi.

J'suis pas en train de me rabaisser, techniquement. J'vous jure que je les connais mes qualités. Je le sais que j'suis quand même agréable à être avec, que j'suis passionnée, que j'suis souriante pis que c'est pas pour rien que j'ai autant d'amis. J'suis chanceuse d'être bien entourée comme ça, mais c'est pas pour rien : j'suis une fille avec des belles qualités.

via @alivialatime

On dirait qu'il faut que toutes nos qualités se laissent voir dans les 5 premières minutes qu'on rencontre quelqu'un, pour être intéressante. Il faut qu'on soit LA fille idéale sur le champ, alors que y'en a beaucoup (comme moi) qui gagne seulement à être connu à long terme.

Parce que j'entends souvent parler les gars qui sont tannés des « criss de folles » ou des filles qui sont simplement pas une bonne blonde, mais qui vont vouloir retrouver le même genre de filles, parce que justement, c'est leur genre de filles. Pis pendant ce temps-là, y'a toutes les filles qui sont simples pis pas extravagantes qui sont là, à se dire qui faudrait peut-être qu'elles changent d'orientation pour que ça marche.

Combien de fois j'ai pu dire « maudits de gars de marde » ou que des amies ont pu me le dire...

via @alivialatimer

C'est peut-être aussi que j'suis tombée sur les mauvais gars pour moi. C'est peut-être juste que j'ai dit non aux bons gars pour moi. C'est peut-être juste que j'ai raison de dire aussi que je n'ai pas le temps d'être en relation sérieuse. C'est peut-être juste que j'ai pas rencontré celui qu'il me faut encore... C'est peut-être juste que la fille dans la mi-vingtaine que je suis doit être patiente...

Bref, si tu te trouves trop ordinaire pour être en relation, dis-toi que c'est pas vrai tout ça. Les relations de nos jours sont encore plus compliquées qu'on ne peut le penser, j'pense. On se complique la vie et cherche des poux où y'en a pas, souvent. Dis-toi pas que c'est toi le problème. C'est tout l'reste. Pis le reste, ça va s'arranger.

P.S. Je sais que sans doute ben des gars peuvent me dire qu'ils vivent la même chose, mais avec les filles. Cet article reflète seulement mon expérience de vie personnelle et celles de quelques-unes de mes amies. Voilà.

Reste informé
Reçois quotidiennement les dernières nouvelles pour la ville Montréal dans ta boîte courriel.

Si tu ne t'es jamais intéressé à ton signe astrologique, c'est le moment idéal. Puisque la ville de Montréal est en confinement prolongé pour les deux prochaines semaines, quelques conseils — offerts par les planètes et les étoiles, rien de moins — ne sont pas de trop.  

Narcity s'est donc entretenu avec l'astrologue Eliza Robertson pour avoir un aperçu du futur de chaque signe astrologique pour le reste du mois de novembre. 

La sélection de l'éditeur : François Legault n'exclut pas la possibilité de fermer les écoles au Québec

Continuer à lire Show less

Comment j'ai su que mon copain m'aimait vraiment

C'est connu, les actions parlent plus fort que les mots.

On a beau dire ou ne pas dire « je t'aime », c'est dans le non verbal que ça se passe vraiment.

La première fois que j'ai su que mon copain m'aimait vraiment, c'était un beau matin d'été. La lumière du jour perçait les rideaux de la fenêtre de sa chambre dans une vision presque féérique. Je me suis réveillée la joue posée sur son torse. On avait passé la nuit enlacés l'un dans l'autre. De quoi de super romantique. Ce qui l'était moins, c'est la flaque de salive que j'avais laissée dans le creux de sa clavicule... 

Continuer à lire Show less

Au début, c'était vraiment parfait. J'avais vraiment rien à dire. Je me plaignais jamais.

C'est ce qu'on appelle la lune de miel dans une relation. C'est le moment où tout va super bien. On voit vraiment juste le bon côté de la relation. Je disais à tout le monde que j'étais en amour par-dessus la tête et je le croyais vraiment.

Continuer à lire Show less

Hier, des milliers de personnes ont participé au défilé de Fierté Montréal 2017. Un événement où la diversité, l'ouverture d'esprit de notre pays et aussi l'avancement des droits de la personne LGBTQ étaient célébrés. 

À Montréal, on a la chance de pouvoir se vanter d'être de plus en plus ouverts, mais notre premier ministre Justin Trudeau était tout de même là pour nous rappeler une chose : 

Continuer à lire Show less