Connexion

Élisabeth Rioux se confie sur une période horriblement triste de sa vie

Élisabeth Rioux se confie sur tout le mal que les réseaux sociaux peuvent causer.
Élisabeth Rioux se confie sur une période horriblement triste de sa vie

Élisabeth Rioux a récemment décidé de s'ouvrir à tous sur sa chaîne YouTube. Alors qu'elle recevait toujours les mêmes questions de ses abonnés et qu'elle les ignorait toujours, elle a décidé de se vider le coeur et de répondre à chacune d'elles une fois pour toutes.

Dans un autre article, on parle d'un sujet important qu'elle a aussi abordé, sa grossesse surprise, et son avortement qui s'en est suivi. Dans le but d'être transparente, mais aussi de sensibiliser les autres femmes parce qu'elle regrette, elle a donné une bonne partie des détails et de l'évolution mentale qui s'en est suivie.

À lire aussi: Élisabeth Rioux se confie sur sa grossesse surprise et son avortement

Puis, elle s'est ouverte sur un tout autre sujet qui méritait d'être traité à part: le manque de confiance et la pression que vivent les influenceurs comme elle. Élisabeth s'est souvent confiée sur sa santé mentale alors qu'elle a l'habitude d'être transparente et nous en parler quand ça va mal, mais il y a un épisode assez sombre de sa vie qu'on a manqué dont elle a parlé dans sa vidéo, un épisode où elle s'automutilait pour essayer d'évacuer tout le mal que les réseaux sociaux lui infligeaient.

À première vue, Élisabeth est riche, magnifique et a totalement réussi dans la vie: elle est en amour, a une belle carrière, et se fait construire une maison sur mesure. Toutefois, on oublie souvent que les possessions et le succès, c'est pas du tout ce qui quantifie le bonheur dans la vie. Alors que la jeune femme a commencé tôt à être aussi connue, elle a bénéficié d'une montée d'amour assez impressionnante, mais aussi d'une montée de haine proportionnelle. 

Dans sa vidéo, elle raconte que la fin de 2017 et l'année 2018 ont été vraiment difficiles sur son estime personnelle. Elle se souciait beaucoup de ce qu'on pensait d'elle, et explique comment les réseaux sociaux ont été durs sur elle. Ce qu'elle explique, c'est que quand tu commences, les gens sont contents pour toi et veulent t'encourager, mais quand tu réussis, c'est là que la haine et la jalousie embarquent, chose qu'elle ne comprenait pas à ce moment de sa vie. 

« It's really easy to hate about someone posing in a bikini, instead of someone posting photos of cute cats. »

Élisabeth voyait donc ses amis recevoir de l'amour sur les réseaux, et elle, une quantité impressionnante de haine et de jugements. C'est à ce moment de sa vie qu'elle a commencée à s'automutiler pour essayer d'oublier toute la douleur qu'elle ressentait. Ce qu'elle raconte, c'est que pendant qu'elle avait mal à sa coupure, elle ne pensait plus au mal que les autres lui faisaient ressentir avec leurs commentaires méchants. Elle explique qu'il y a une soirée où ça a dégénéré: après avoir participé à une émission de télé, les commentaires méchants sur internet ont explosé. Puis, pour chaque message haineux, elle s'est infligé une blessure: « Ok, they wanna hurt me? They are gonna hurt me really bad. »

Une situation qui aurait définitivement pu se terminer tragiquement et qui ne peut passer sous le radar. Heureusement, Élisabeth explique qu'elle a cessé de s'infliger ce mal, et n'accorde plus d'importance à ces commentaires, grâce à une grande aide psychologique de ses proches. 

Elle est très courageuse de s'ouvrir sur cette situation qui rappelle qu'on ne sait jamais ce que les autres traversent, et surtout qui rappelle l'impact qu'ont les commentaires violents sur les réseaux sociaux. Ce n'est pas la première personnalité publique à raconter qu'elle en lit la grande majorité. Les paroles, c'est une arme destructrice et j'espère sincèrement que les actions d'Élisabeth vont faire prendre conscience à tous à quel point elles peuvent être néfastes. 

On rappelle à toute personne souffrant du mal de vivre ou connaissant une personne en détresse, que plusieurs ressources existent, comme l'Association québécoise de prévention du suicide disponible 24/24 7 jours semaine au 1 866 APPELLE (277-3553)

Voici la vidéo en question:

Reste informé
Reçois quotidiennement les dernières nouvelles pour la ville Montréal dans ta boîte courriel.