Il y a déjà deux mois, on vous présentait un nouveau visage qui prenait de plus en plus de place sur les réseaux: Jessica Gaudet. La demoiselle aux 30 000 abonnés sur Instagram s'est d'abord fait connaître comme ambassadrice d'Hoaka à cause de ses magnifiques courbes et surtout de sa belle assurance. Depuis, en plus d'être modèle pour la compagnie de maillot de bain d'Élisabeth Rioux, Jessica est devenue une des « beach babes » du Beachclub. 

À lire aussi: 12 choses que tu veux savoir sur la beach babe et ambassadrice montréalaise d'Hoaka Jessica Gaudet

@alittlecanadiansworldembedded via  

Jessica Gaudet est bien connue de son auditoire pour une chose: elle n'a pas la silhouette « parfaite » selon les nombreux critères (inatteignables) dictés par l'industrie de la mode, mais elle n'en a rien à faire. Elle est confiante, curvy, et tout simplement magnifique et inspirante.

Récemment, Élisabeth Rioux a pris l'initiative de partir un projet inspirant: sa série Break the Filter. Son but: contrer les tabous, les stéréotypes et aider tous ses fans à s'accepter comme ils sont, parfaits dans l'imperfection.

Voici Maude, Jonathan, Jessica, Sarah, Camille et Kiko

@hoaka_swimwearembedded via  

On est maintenant rendus au 4e et avant-dernier épisode, et celui-ci ne pourrait être plus d'actualité, surtout avec la controverse autour de Netflix et Insatiable cette semaine.  Dans celui-ci, Jessica passe un message inspirant: 

« Pour certaines personnes, je ne semble pas en santé en général. La raison pourquoi je ressemble à ça aujourd'hui, c'est parce que je souffrais d'anorexie avant. J'ai commencé à prendre des médicaments qui me faisaient manger tout le temps. Donc j'ai passé de manger presque rien à manger tout le temps. Je ressemble à quelqu'un qui mange mal tout le temps, mais je sais que c'est vraiment pas le cas. »

Elle continue: « J'ai des courbes et je les adore. Des fois, les gens me disent que parce que je suis ronde je ne devrais pas publier de photos, ou autrement que les grosses personnes ne devraient pas exister dans ce monde. Je m'en fou, je sais ce que je vaux. (...) Ma vie n'était pas comblée, même quand j'étais mince. Il y a plein d'autres choses dans la vie qui amènent le bonheur. C'est pas parce que t'es ronde que tu ne peux pas publier de photo en bikini, parce que moi je le fais et je m'en fou. »

@hoaka_swimwearembedded via  

Sarah, aussi ambassadrice Hoaka et présente dans la vidéo, est là pour présenter l'envers de la médaille: la vie quand tu es mince. Selon elle, c'est complètement faux de croire que parce qu'une fille est mince elle n'a pas de problèmes dans la vie ou ça la rend plus en confiance qu'une fille plus corpulente.

Ce qu'elle dénonce, c'est le double standard: 

« C'est encore tabou dans la société de dire à une personne qui combat l'obésité: « il me semble que tu as pris du poids, tu parais plus grosse ou as-tu des problèmes alimentaires? » Tu ne dis pas ça, ça ne se dit pas c'est pas correct. Mais les gens se permettent tout de même de dire aux jeunes filles qui sont minces: «t'as perdu du poids, es-tu en santé? » »

Elle raconte, avec raison, que personne ne devrait critiquer ou commenter la silhouette d'un autre. La silhouette ne définit pas une personne, comment elle se sent, et c'est faux de s'y fier pour « juger » si elle est en santé.

Une série de courtes vidéos qui font vraiment du bien. Voici la quatrième: