Après avoir annoncé l'état d'urgence local à Montréal, la mairesse Valérie Plante et la directrice de Santé publique de Montréal, Mylène Drouin, se sont entretenues à nouveau avec les médias ce dimanche 29 mars. On y a appris, entre autres, que certains quartiers de la métropole sont particulièrement impliqués dans la bataille contre la COVID-19 avec plus de 50 cas confirmés chacun. 

« Ce qui est important de constater, c'est qu'en effet, plusieurs territoires montréalais, beaucoup centraux, sont plus touchés par la problématique, » a mentionné Dre Drouin lors du point de presse.

En date de ce samedi 28 mars, les arrondissements de Côte Saint-Luc, Côte-des-Neiges—Notre-Dame-de-Grâce, Rosemont—La Petite-Patrie, le Plateau-Mont-Royal, Ville-Marie et LaSalle sont ceux les plus concernés. 

D'autres quartiers présentent aussi une progression de cas notable, soit Ahuntsic, Montréal-Nord, Rivière-des-Prairies, Villeray et Pointe-aux-Trembles.

La conclusion à tirer de ces données est plutôt simple : « la transmission communautaire est soutenue et s'étend à l'ensemble de l'île de Montréal ».

[facebook https://www.facebook.com/santemontreal/videos/421308445386080/?__xts__[0]=68.ARDUojx0L2e-xrVj4rF767If3KcLwHl38CzHthmkSu2Q5qxF6gq5jFp_dfFjmuHxondVXIvLjaPAqBSNew8_TCZpjx31QhJmgE7eLntPhACNGNwJt1C6tbmjetmiv2fYKQ6U4Wf-UrwRdSaubHD_J0bKP6tvoU7pwYyueowLiqdUt0_w1SwAGvB4eYf7Qe9zWMon0VFC4cKzvzjWzjKC2bIpyUh7fnLssVNzqWmCyQd3DyCPsTcq2OPqvw_Gk1zGkfGVbDZyFe1RNSDJV2ERNG3mzlFUmX0uxPE942hKVIYwZZXM4UeCE2CZ2AghYPhD_OGKv9M9n28wK26G66NInHE3D8YTUyq24-s&__tn__=-R expand=1]

En date de ce samedi, 21 h 00, 1 361 cas ont été confirmés dans la métropole.

De ces derniers, 146 ont été répertoriés dans les 24 heures précédent l'annonce. 

M. Sylvain Caron, directeur du SPVM, a aussi participé à la conférence de presse.

Alors qu'il avait déjà été annoncé, vendredi dernier, que l'intervention des forces policières dans certains lieux publics pourrait être intensifiée, il a confirmé que dans le cas de non-collaboration, les policiers pourront donner des constats d'infraction. 

Le chef du SPVM a aussi tenu à inviter les Montréalais à ne pas hésiter à collaborer avec les autorités et « dénoncer des situations anormales » où il y a une « perception de non-respect du décret gouvernemental. »

« Tous les appels des citoyens sont répondus par nos policiers », a-t-il indiqué, alors que le SPVM recevrait entre 100 et 200 appels par jour en lien avec la situation, selon ses dires.