Connexion

Voici comment j’ai réussi à réaliser mon rêve

Je t’assure qu’il y a 2-3 leçons à tirer de cette histoire.
Voici comment j’ai réussi à réaliser mon rêve

Aujourd’hui, ma page a atteint 10 000 likes. Indéniablement, c’est un milestone que tout le monde souhaite franchir un jour en se lançant dans un nouveau projet. Dans mon cas, ce nouveau projet c’était de vivre de la photographie, je rêvais de devenir un jour photographe. Vous vous doutez bien qu’avec le titre de mon texte, que j’y suis parvenu, et vous avez raison. Mais, disons simplement que le chemin a été plutôt hasardeux et que je pars de loin, comme on dit. Donc, aujourd’hui, j’ai décidé de vous raconter mon histoire, question d’inspirer certaines personnes qui ne penseraient pas avoir les moyens de réaliser leurs rêves.

J’ai découvert la photographie il y a environ 5 ans. Je me souviens assez clairement du sentiment qui m’habitait en permanence dans ce temps-là. Littéralement, je me sentais comme d’la m*rde. Je stagnais à l'école, je ne savais pas ce que je voulais faire de ma vie, je sortais d’une relation amoureuse épuisante, bref la situation typique du jeune adulte en gros questionnement. Mais, au travers de mes doutes, j’avais une certitude: je me sentais bien avec un appareil photo dans les mains, et c'était naturel pour moi. À l'époque, je n'étais pas capable de m'avouer vouloir devenir photographe, pour la seule raison que je n'avais AUCUNE étude en photographie. C'était un rêve un peu honteux si je peux dire.

Mais, mon envie était trop forte, je ne pouvais pas l’ignorer indéfiniment, et surtout je ne pouvais pas m'imaginer devenir ce genre de personne vivant avec des regrets plus tard dans sa vie. J'avais des frissons de dédain juste à m’imaginer à 40 ans, assis dans mon salon, en train de raconter à mes enfants mon adolescence: « Saviez-vous que papa voulait être photographe quand il était jeune? » Pour me faire répondre : « Ok cool, et pourquoi tu ne l'as pas fait ? » Et ensuite, n’avoir aucune réponse à donner à leur question plutôt légitime.

Donc j'ai foncé, j'ai quitté l'école, j'ai quitté mon appartement (tout a été mis dans un entrepôt) et je suis parti en Europe pour apprendre la photographie, sur le terrain, en voyageant en sac à dos avec mon frère. J’ai choisi d’apprendre en faisant des essais et des erreurs (encore aujourd’hui je pense que c’est la meilleure façon de faire). Et quand j’y repense, je me dis que ce voyage est probablement le plus beau cadeau que je me sois jamais fait. Non seulement le voyage m’a façonné comme être humain, mais il a confirmé ce que je savais déjà au fond de moi. Je voulais VRAIMENT devenir photographe! Bref, j’avais fait le bon choix en suivant mes instincts.

Puis en revenant de voyage, tout était différent, je voyais les choses sous un autre angle. J’avais maintenant une passion, j'avais maintenant un rêve, mais surtout (et c’est le plus important) j’avais beaucoup de détermination. Je voulais réussir, je DEVAIS réussir.

C'est ainsi qu’à mon retour d’Europe, j'ai commencé à travailler pour Coca-Cola (oui oui je sais, peu glorieux, mais ça faisait partie de mon plan). Je devais me ramasser suffisamment d’argent pour m’acheter de l'équipement professionnel plutôt dispendieux. Et c’est ainsi que je suis resté là-bas pendant 1… an… et… demi… C’était tellement pénible de devoir mettre mon rêve sur pause après un voyage si inspirant, si motivant.

Et tout ça nous amène à mars 2014, un moment que je considère encore aujourd’hui très spécial dans ma vie. C’est le moment où j’ai décidé que j’étais tanné d'envier le succès des autres assis derrière mon écran d'ordi, et que j'étais prêt à réaliser mon rêve. C’est le moment où j’ai décidé que je ne voulais plus travailler une journée de plus pour quelqu’un d’autre que moi-même. C’est le moment où j'étais enfin prêt à exécuter mon plan que j'avais préparé pendant 2 ans et demi. C'est le moment où j’ai décidé d’affronter mes craintes d’échouer, et de sortir de ma zone de confort. C’est le moment où…

Je suis devenu photographe.

Bien entendu, l’histoire ne s’arrête pas là. Si ça se trouve, ce n’était, en fait, que le début d’un struggle/hustle qui allait durer deux ans et demi (de mars 2014 à aujourd’hui). Mais, la chose que je veux que vous reteniez de cette histoire c’est que je ne suis pas différent de vous, et que ce n’était pas quelque chose à laquelle j’étais pré-destiné. C’est quelque chose que j’ai bâti, de mes propres mains, de mon temps, de mon énergie, comme tout le monde fait et comme tout le monde peut faire. Ainsi, la réussite n’est pas réservée qu’aux gens “chanceux” ou “mardeux” dans la vie, la réussite appartient simplement à ceux qui souhaitent RÉELLEMENT l’obtenir.

Merci. Et bonne chance à vous.

P.S. : Si ça intéresse assez de gens, je vais peut-être faire un article sur la suite de cette histoire... C'est-à-dire, ce qui s'est passé de mars 2014à aujourd'hui, AKA les deux dernières années et demie de ma vie, AKA je savais vraiment pas dans quoi je m'embarquais en devenant travailleur autonome, AKA comment j'ai fait pour passer de 0 à 10,000 likes...

Reste informé
Reçois quotidiennement les dernières nouvelles pour la ville Montréal dans ta boîte courriel.

Maintenant que des assouplissements entreront en vigueur prochainement dans les aéroports du pays, l'heure est à la planification de voyage pour plusieurs Québécois.es avides d'aventure. Air Canada vient d'annoncer la reprise de ses vols vers les États-Unis et 13 destinations seront desservies à partir de Montréal.

Dans le cadre de la réouverture des frontières canadiennes, l'entreprise aérienne a confirmé ce lundi 19 juillet avoir amélioré son horaire d'été pour les vols Canada/États-Unis à partir de la métropole, qui comprend 13 aéroports répartis dans 11 villes pour un total de 132 vols par semaine.

Continuer à lire Show less

L'heure est aux assouplissements, alors que le gouvernement du Canada vient d'annoncer la réouverture de ses frontières avec le reste du monde. Or, toustes les voyageur.euses qui transiteront par un aéroport, dont à Montréal, verront quelques changements en leur faveur.

Cet ordre d'annonces attendues par les touristes d'ici et d'ailleurs a été présenté ce lundi 19 juillet par, entre autres, la ministre de la Santé fédérale, Patty Hajdu, lors d'une conférence de presse.

Continuer à lire Show less

Plusieurs Québécois.es comptent voyager à l'étranger, maintenant qu'iels sont complètement inoculé.es contre le nouveau coronavirus. En revanche, si tu as déjà eu la COVID-19 et souhaites partir à l'aventure, tu pourras recevoir ta deuxième dose, comme tous et toutes.

Le Comité sur l'immunisation du Québec (CIQ) recommande maintenant une deuxième dose pour les personnes « avec un antécédent de COVID-19 qui planifient un voyage et qui doivent répondre à l'exigence d'une double vaccination », confirme le ministère de la Santé, par voie de communiqué.

Continuer à lire Show less

Cela fait plus d'un an que j'ai quitté mon pays natal pour immigrer au Canada avec un permis de travail ouvert et cette arrivée dans la Belle Province était pleine de surprises. Voici donc onze choses auxquelles je ne m'étais pas préparée en tant que française au Québec.

Quand j'ai quitté la France pour le Québec, on m'avait parlé du froid intense, de la poutine et du sirop d'érable, mais ces clichés étaient bien loin du choc culturel que j'allais vivre ici.

Continuer à lire Show less