«Blasé (adjectif). Affaibli, désabusé, émoussé, froid, lassé, soûlé. / (nom) personne qui pense avoir épuisé l'expérience humaine et qui est dégoûtée de tout.» Des fois, j'ai l'impression de vivre sur le radar. Un peu d'être témoin de la vie plutôt que d'y participer. Je crois que c'est quelque chose qui arrive à tout le monde. Surtout quand le temps se refroidit et que le soleil se montre moins souvent. Dernièrement, j'ai vécu quelque chose d'encore plus terrifiant. Je me suis sentie blasée. Il n'y avait plus rien qui m'impressionnait. J'avais véritablement le sentiment d'avoir tout vu, tout vécu. Ce qui est absolument ridicule considérant que j'ai rarement quitté le Canada et que je n'ai que 20 ans.

En fait, je crois que c'est d'avoir atteint plusieurs de mes objectifs qui m'a fait sentir comme ça. Plus jeune, je rêvais de fouler les tapis rouges, d'avoir des célébrités dans mon entourage, de signer des autographes, d'avoir de l'argent... aujourd'hui, j'ai eu/fait tout ça. À beaucoup plus petite envergure que bien du monde, mais je l'ai eu/fait quand même. Alors, maintenant quoi? Faire plus de tapis rouges, rencontrer plus de célébrités, signer plus d'autographes, avoir plus d'argent? Non. Ce n'est pas ça que je veux. D'y toucher, de le vivre un petit peu, c'est assez pour moi. Même que d'en avoir plus, ça me terrifie. Ça me terrifie parce que je ne veux pas être lassée. Je ne veux pas me sentir au-dessus de tout ça.

On dit que les gens prennent la grosse tête, moi je pense qu'ils deviennent blasés. Je ne pense pas qu'ils ont l'impression d'être meilleurs que le monde entier, je pense qu'ils deviennent simplement lassés par ce qui leur arrive. Bien sûr, il y a toujours des exceptions. Je crois quand même que c'est ce qui arrive à la majorité d'entre eux. C'est fâchant de voir quelqu'un vivre quelque chose d'exceptionnel sans sembler reconnaissant de ce qui lui arrive. Parce qu'on sait combien meurent d'envie d'être à sa place. Les gens qui s'attirent la sympathie du grand public sont ceux qui sont toujours émerveillés. Certains continuent de prétendre qu'ils le sont, même si ce n'est plus le cas. D'autres se font détester, parce qu'ils ont commencé à trouver banale leur propre existence et qu'ils ne sont pas capables de le cacher.

J'ai toujours dit qu'il est important de laisser les choses passer, parce que tout est passager. C'est ce que j'ai décidé de faire avec ce sentiment-là. Je ne veux pas qu'il m’appartienne, je ne veux pas qu'il fasse partie de moi. Je veux continuer d'être exaltée par ce que je fais. Alors j'ai décidé de m'orienter vers des choses qui vont me sortir de ma zone de confort parce que c'est de ça que j'ai envie. Tout est une question de perspective. Il faut simplement voir ce qui est vraiment enrichissant dans une expérience.

Ce ne sont pas les tapis rouges que j'aime, mais bien les gens que j'y rencontre. Ce ne sont pas les célébrités que j'aime, ce sont les humains derrière le statut. Ce ne sont pas les papiers que j'aime signer, ce sont les gens qui tiennent les papiers. Ce n'est pas l'argent que j'aime, mais ce qu'elle peut me permettre d'accomplir. Ce qui est excitant, ce sont les lieux, les gens et les aventures. Puis c'est de ça qu’on ne se lasse pas. Des premières rencontres, des premières visites, des premières expériences.

Des premières fois.