Mobile sign in image
Sign in
FR - Vedettes

Noémie Dufresne a fait plus de 170 000 $ en moins d'un mois sur OnlyFans et elle se confie

« J’étais dépassée et je me demandais comment gérer tout ça. »

Le lundi 8 mars, soit trois semaines après la création de son compte OnlyFans, Noémie Dufresne a déjà largement dépassé son objectif de revenus mensuels, qui était de 50 000 $, et elle se confie sur les défis qu'elle a rencontrés dans une entrevue avec Narcity. 

Alors qu'OnlyFans gagne en popularité chez les personnalités québécoises, elle n'est pas la seule influenceuse à s'être inscrite sur la plateforme de contenu exclusif. Il y a aussi, entre autres, Jennifer d'OD, Polina d'OD et Lysandre Nadeau qui ont créé un profil dans les derniers mois.

La sélection de l'éditeur : Une manière d’agir de Maëva lors des galas de Star Académie divise le public

La créatrice de contenu et maman confirme à Narcity qu’elle a maintenant 5 200 fans sur la plateforme. Au moment de publier ces lignes, les abonnés peuvent débourser 20 $ US par mois, 48 $ US pour trois mois, 84 $ US pour six mois ou 120 $ US pour un an afin d’avoir accès à son contenu.

Quel est ton revenu depuis que tu as commencé?

« Au niveau de mon revenu, je suis rendue à 172 000 $ canadien par mois, donc 136 000 $ US […] dans mes poches. C’est impressionnant, je m’attendais pas à ça du tout. »

Qu'est-ce que ton entourage en pense?

« Ça se passe super bien, justement mon entourage m’aide présentement à gérer un peu tout ça parce que ce sont quand même des gros montants d’argent d’un coup.

« C’est sûr que mon entourage est là pour me conseiller, m’aider parce que ça m’était jamais arrivé cette situation-là. Il y a pas de jugement dans ma famille, alors à ce niveau-là ça se passe vraiment bien. »

Qu'est-ce que tu trouves le plus difficile jusqu’à présent?

« Je dirais vraiment que c’est la gestion parce que ça demande énormément de temps. Je m’attendais pas à ça, c’est vraiment une full-time job.

« Donc j’ai dû m’entourer, que ce soit pour trouver les emplacements pour les shootings, trouver des idées interactives, des idées créatives pour le contenu exclusif.

« Au début je dirais que j’étais dépassée et je me demandais comment gérer tout ça. Là, ça va de mieux en mieux honnêtement. »

Comment gères-tu les critiques négatives et le mom shaming?

« Le mom shaming n’est pas présent sur ma plateforme OnlyFans, ceux qui me suivent sont quand même vraiment satisfaits. Il y en aura tout le temps quelques-uns qui le sont moins parce qu’ils t’en demandent beaucoup, mais la plupart je dirais qu’ils sont vraiment satisfaits sur OnlyFans.

« Sur Instagram, moi personnellement, je n’ai pas eu beaucoup de critiques négatives, mais je le sais que j’en ai vu quelques-unes au niveau des articles plus sur Facebook. Globalement, il y a beaucoup plus d’avis positifs.

« Le point qui me faisait le plus peur avec la création de mon OnlyFans, c’est comment les gens allaient réagir. »

Comptes-tu en faire ta principale source de revenus?

« Pour l’instant, c’est ma source de revenus dominante, alors j’essaie de la gérer à pleine capacité et j’essaie de créer le meilleur contenu possible, mais c’est sûr que je ne vais pas délaisser mon Instagram parce que j’ai beaucoup de collaborations là-dessus.

« Pour l’instant, je focusse vraiment sur essayer d’upgrader mon contenu, créer vraiment des choses les plus créatives possibles que mes fans ne retrouveront pas sur mon Instagram.

« Je me concentre sur la réponse de messages en privé et les gens aiment ça parce que c’est une proximité qu’ils ne retrouvent pas sur mon Instagram.

« Aussi, je m’étais dit que, tant qu’à faire autant d’argent, ça me tenait vraiment à coeur de faire un don à une fondation. Donc, prochainement je vais faire un don de 5 000 $ au Regroupement des maisons pour les femmes victimes de violence conjugale. »

Qu'arrive-t-il avec ton entreprise Les Savons Viva?

« C’est sûr que je vais la garder. Mon but ce serait justement que j’aimerais ça prochainement afficher mes savons dans des salons d’esthétique.

« Je suis déjà en cours là-dessus, j’ai écrit à beaucoup de salons d’esthétique. »

Depuis le 27 septembre, la créatrice de contenu Hélène Boudreau est partie faire le tour du monde pour un an et son premier arrêt était le Mexique. Elle partage souvent des photos de son voyage et informe ses abonné.es de chacun de ses déplacements. Toutefois, elle a décidé de désactiver les commentaires de ses stories Instagram, et elle explique les raisons derrière ce choix.

Dans une série de stories publiées le 26 octobre, la « fille de l'UQAM » a révélé à son public que ce sont les messages qu'elle reçoit quotidiennement qui l'ont poussée à bout.

Continuer à lire Show less

C'est tout un projet qui débarque dans les Laurentides en 2022. Le nouveau Sentier des cimes à Saint-Faustin-Lac-Carré est en pleine construction et plusieurs ont déjà hâte d'y mettre les pieds.

Si c'est un concept unique au Canada et même en Amérique du Nord, d'autres sentiers de ce genre et s'élevant au-dessus des arbres ont déjà vu le jour en Europe. On peut donc avoir un aperçu de ce qui nous attend.

Continuer à lire Show less

Bamboo Underwear a doublé son chiffre d'affaires malgré le départ d'Élisabeth Rioux

La compagnie se lance dans le loungewear et les maillots très bientôt.

Après avoir connu un boom de popularité au cours des dernières années, les entrepreneurs derrière la marque de sous-vêtements québécoise Bamboo Underwear se sont présentés à l'émission Dans l'oeil du dragon, et on peut dire qu'ils ont su attirer l'attention. 

Dans l'épisode diffusé ce 19 avril, les quatre actionnaires de la compagnie soit Mathieu Landry-Girouard, Jules Marcoux, Philippe Ouellet-Thivierge et Hugo Garneau-Boisvert ont réussi à faire l'une des plus grosses ententes vues à l'émission. 

Continuer à lire Show less

Une nouvelle taxe instaurée au Canada en 2022

Une mesure qui risque de déplaire à bien des gens!

Le budget 2021 du gouvernement fédéral canadien, sorti le 19 avril, propose d'instaurer une nouvelle taxe sur les produits de luxe. Celle-ci fera en sorte que les Canadiens payeront plus cher certains achats.

À partir du 1er janvier 2022, Ottawa va imposer une taxe sur les voitures de luxe et les avions privés neufs qui ont un prix supérieur à 100 000 $. 

Continuer à lire Show less