Sign in
FR - Personnalités

Mon honnête expérience : j'ai testé l'épilation laser sans douleur d'Alanis Desilets

Épilation définitive + aucune douleur = un rêve?
Laser sans douleur grand montréal

Depuis quelques mois maintenant, une tendance explose sur les réseaux sociaux dans le domaine de la beauté au Québec : le laser LightSheer Duet, une épilation définitive sans douleur. Sans douleur? C'est ce que clament deux personnalités parmi tant d'autres qui l'ont essayé : Alanis Desilets et Ely Lemieux

La transparence des influenceurs au Québec, quand vient le temps de faire des collaborations, a souvent été contestée.  Pour avoir eu des expériences positives à plusieurs reprises avec des partenariats d'Alanis Desilets, j'ai tendance à lui faire confiance, et ça m'a donné le goût. 

« Première chose, ça fait 0 mal », expliquait Alanis en story Instagram. C'est tentant. 

La sélection de l'éditeur : Un des meilleurs amis de Charles d'OD prend sa défense et parle des commentaires haineux

L'épilation définitive, on y a tous pensé. Je dois avouer que les possibles conséquences à long terme m'inquiétaient à la base — ça reste une technologie assez « nouvelle » — mais les bénéfices, autant personnels qu'écologiques, m'intéressaient.

Dire adieu aux rasoirs et aux canettes de lotion à raser, c'est pratique et intéressant pour notre planète.

Mais la douleur, c'est un pas pire red flag pour ma part.

Voici pourquoi je me devais d'investiguer sur cette nouvelle technologie dont tout le monde parle.

Qu'est-ce que c'est, le laser LightSheer Duet?

Ce que Stéphanie D.Ménard, technicienne et esthéticienne certifiée qui se déplace un peu partout au Québec pour offrir ce soin, me raconte, c'est qu'en fait ton cerveau a bien de la difficulté à se concentrer sur deux stimuli au même moment.

Sa machine va donc venir en créer deux : une succion, et en deuxième, la brulure du laser, pour contourner la douleur :

« Le cerveau ne peut pas se concentrer sur deux douleurs en même temps, donc il reconnait l'inconfort de la succion, mais il ne reconnait pas la douleur du laser. C'est pour cela qu'il est sans douleur. Ta seule "douleur", c'est un pincement d'une succion sur ta peau, qui est plutôt un désagrément et non un mal. »

Comme le laser traditionnel, on parle de six à neuf traitements, espacés de six semaines. Il est possible de faire tout le corps, sauf la région des yeux.

Ses traitements garantissent d'éliminer 80 % des poils, car quelques-uns peuvent être trop faibles pour être vus par le laser. Stéphanie confie toutefois que dans la majorité des cas, c'est du 95 % de poils éliminés.

Mon honnête expérience 

Il m'est impossible de parler des résultats sur le long terme, comme je n'ai fait que deux séances jusqu'à maintenant. Malgré tout, je dois dire qu'en seulement deux visites, les résultats sont visibles et j'ai déjà planifié ma troisième.

D'abord, je dois dire que j'ai déjà essayé deux types de laser, le IPL (lumière pulsée), et le laser traditionnel. Je peux donc facilement comparer les trois types, ce que je trouve intéressant. Si le laser traditionnel avait été inconfortable, mais supportable sur mes aisselles, c'est maintenant au bikini intégral que je me suis attaqué avec le sans douleur.

Le professionnalisme de Stéphanie m'a rapidement mise confortable. Contrairement à l'autre expérience d'IPL que j'ai eue où je devais simplement me mettre nue du bas du corps sur une table, Stéphanie te donne une serviette pour cacher la région de ton bikini.

Lorsqu'elle va épiler, elle va plier la serviette pour ne voir que la zone qu'elle traite à ce moment-là. Ça rend le tout un peu moins vulnérable et inconfortable pour les personnes pudiques, chose que j'ai appréciée.

Est-ce que c'est vraiment sans douleur?

Complètement sans douleur, je dirais que non. Tu te fais quand même bruler les poils, il ne faut pas rêver.

Mais est-ce que c'est vraiment moins douloureux que le laser traditionnel ou le IPL? Totalement.

Les premières visites vont être relativement sans douleur, mais plus les poils à cibler sont rendus faibles, plus il faudra augmenter l'intensité, donc les dernières vont être plus inconfortables.

Ce qui m'a le plus surpris de cette technologie, ce n'est pas le fait de ne pas souffrir, mais la durée. Ce laser couvre une grande surface et permet un soin de deux à trois minutes pour le bikini intégral.

Trois minutes et c'est déjà terminé. Ça, ça m'impressionne.

Ce que tu dois savoir 

Il y a plusieurs choses à prendre en compte avant d'opter pour ce type d'épilation définitive. Pour commencer, il y a un questionnaire médical d'une dizaine de pages (en ligne) à remplir pour que la technicienne s'assure que tu n'es pas à risque.

Tu dois aussi prendre un moment pour penser à ton choix. C'est un soin définitif. Assure-toi donc de savoir que c'est vraiment ce que tu veux, et que tu le fais pour toi.

Avant et après la séance, on doit éviter le soleil ou le bronzage, c'est donc à prendre en considération si tu veux te faire les jambes pour l'été, par exemple.

Chose que j'ai trouvé vraiment intéressante, c'est de savoir qu'on est plus sensibles à ce type de douleur lors des menstruations. C'est à noter pour avoir une séance des plus agréables.

La valeur d'un traitement est de 50 $ pour les aisselles, 140 $ pour le bikini intégral et 175 $ pour une demi-jambe.

Pour plus de prix, forfaits ou renseignements sur les lieux qui l'offrent au Québec, tu peux te rendre sur le site Internet de Stéphanie D.Ménard.

Les opinions exprimées dans cet article sont celles de l’auteur et ne reflètent pas nécessairement la position de Narcity Media sur le sujet.

Elle n'est pas nécessairement l'athlète la plus connue du Québec, mais ça ne l'empêche pas de briller aux Jeux paralympiques Tokyo 2020. La Québécoise Aurélie Rivard a remporté cinq médailles en cinq épreuves depuis le début de l'évènement international et elle n'a pas fini d'impressionner la galerie, alors qu'elle pourrait revenir au pays décorée d'un sixième titre.

Les Jeux de Tokyo sont sur le point de prendre fin, ce dimanche 5 septembre. Il y a pas mal d'athlètes canadien.nes qui ont profité de leur passage dans la capitale nippone pour mettre la main sur plusieurs médailles. Aurélie Rivard ne fait pas exception à la règle, puisqu'elle terminera son séjour à Tokyo au 200 mètres quatre nages individuel en paranatation prévu ce vendredi 3 septembre.

Continuer à lire Show less

À l'instar de la Colombie-Britannique, du Manitoba et du Québec, l'Ontario a décidé d'emboîter le pas quant à l'instauration d'un passeport vaccinal pour ses citoyens et citoyennes. Avec leur nouvelle preuve de vaccination, les Ontarien.nes pourront avoir accès à plusieurs lieux et activités non essentielles.

Le gouvernement de Doug Ford a présenté ce mercredi 1er septembre les grandes lignes de ce nouveau certificat vaccinal temporaire qui entrera en vigueur le 22 septembre prochain, lors d'une conférence de presse. Il a rappelé son souhait d'un passeport pancanadien plutôt que par province.

Continuer à lire Show less

La Sureté du Québec (SQ) du Bas-Saint-Laurent est aux aguets, alors qu'une alerte AMBER a été déclenchée tard, mardi le 31 août, pour retrouver un petit bambin de trois ans, vraisemblablement enlevé par son père.

Selon les informations de l'alerte, Jake Côté aurait été enlevé mardi vers 13 h 45 à Sainte-Paule, en périphérie de Matane, par son père David Côté, 36 ans. Ils auraient été vus tous les deux pour une dernière fois dans la rue Banville aux alentours de 17 h 15.

Continuer à lire Show less

Les « jeunes » sont-iels vraiment désintéressé.es par la politique? Pas nécessairement. Que ce soit pour parler de crise du logement, d'environnement ou d'emploi, les 18-34 ans sont là pour faire entendre leur voix et leurs votes ont un impact sur les élections fédérales, selon la députée libérale sortante Mélanie Joly.

Qui ne se souvient pas de la première fois qu'iels ont fait un « X » à côté de son ou de sa candidat.e préféré.e parce qu'iel répondait à ses besoins en tant que citoyen.ne? Le droit de vote, ça le dit, c'est un droit acquis et aller l'exercer, « c'est vraiment important », souligne-t-elle à Narcity entre deux séances de porte-à-porte.

Continuer à lire Show less