Sign in
FR - Nouvelles

Un homme de Sherbrooke a séquestré une femme durant des semaines chez lui

Voie de fait, séquestration, menace de mort, empoisonnement...

Un drame est arrivé dans la nuit de mercredi à jeudi dernier, alors que la Service de police de la Ville de Sherbrooke ont reçu l'appel d'une personne en détresse. Un homme dans la fin vingtaine, Jacques Lefebvre, aurait séquestré durant des semaines une femme à son domicile.

L’homme de 28 ans est accusé d’avoir violenté, séquestré et privé de nourriture une femme de 36 ans durant des semaines. Il lui aurait même rasé la tête et l'aurait attaché avec des attache-câbles, communément surnommés tie wraps. 

Gardée prisonnière dans leur logement durant des semaines, les rares fois où la victime sortait de l'immeuble, elle était toujours en compagnie de l’accusé, rapporte TVA Nouvelles.

Lefebvre est d’ailleurs passé devant le juge, au palais de justice de Sherbrooke, ce jeudi, pour être formellement accusé. Une évaluation psychiatrique a aussi été demandée afin de déterminer si l'homme est apte à subir un procès.  

La femme en question, elle, aurait tenté d’empoisonner son agresseur pour se sauver, selon Radio-Canada. C’est elle-même qui a contacté le service de police vers 5 h 30 mercredi matin. L'homme et la femme ont alors été transportés à l'hôpital. C'est à ce moment que la victime de 36 ans a vidé son sac. 

Des voisins ont aussi affirmé au Journal que les policiers avaient dû intervenir dans la nuit de dimanche à lundi dans l’immeuble même où logeait Lefebvre pour une affaire d’altercation entre deux hommes, ce que la police a aussi confirmé.

Jacques Lefebvre n'en est pas à son premier délit ou son premier crime. En neuf ans, l'accusé a accumulé plus de 23 dossiers de cour dans les régions de Beauharnois, en Montérégie, de Joliette, dans Lanaudière, et de Sherbrooke, en Estrie.

On y dénombre, entre autres, des accusations de harcèlement, d’agression armée sur un agent de la paix, de vol, de voies de fait et de possession de substances. Il a plaidé coupable à chacune d’entre elles.  

L’accusé sera de retour en cour le 24 octobre pour la suite des procédures au palais de justice de Sherbrooke.