En juin dernier, on apprenait qu'un nouveau film « Bring It On » allait sortir et j'étais au ciel pour une simple raison: les producteurs annonçaient que le nouveau film serait produit avec des vraies cheerleaders. ENFIN, un film qui traiterait de cheerleading et qui cesserait d'alimenter les stéréotypes bien connus autour du cheerleading: superficialité, langues sales, popularité et trémoussage de foufounes. 

Bien que le cheerleading soit né d'encouragements de foule et de pom-poms, le sport a beaucoup évolué avec les années. Même si les jeunes femmes en petites tenues sur les lignes des équipes de football et basket professionnel sont à tord appelées cheerleaders (on va se le dire, c'est de la danse), le cheerleading est devenu un sport à part entière. En combinant la gymnastique, les sauts, les pyramides humaines et la danse, le sport requiert une très grande formation et une excellente forme physique. En 2017, les cheerleaders sont des athlètes qui pratiquent un sport de compétition qui comporte de nombreux règlements, et surtout, des niveaux. 

Le nouveau Bring It On: Cheer Smack, d'une durée de 1h35 débute: c'est à la 43e seconde du film que je réalise que je vais être déçue.

Ma réaction à la scène d'ouverture, un basket kick triple twist exécuté de la sorte:  

Tout cheerleader comprend à quel point l'exécution d'un mouvement est importante. Cette exécution nous projette en 2007. Mais bon, je me promets de donner une chance au film, et je l'écoute au complet. 

Mon premier constat: le niveau de cheerleading est très bas 

Le film présente l'équipe comme trois fois championne mondiale, et on nous a promis des vrais athlètes. À ma grande surprise déception, la routine d'ouverture du film est un mélange de danse (beaucoup de danse) et d'éléments majoritairement équivalent au niveau 3. Au cheerleading, les seuls niveaux pratiqués au championnat mondial sont le 5 et le 6, soit les plus hauts niveaux. 

L'élément déclencheur du film: une autre équipe « super impressionnante » qui pratique du niveau 2-3 et qui vient défier les champions du monde. 

J'ai beaucoup de misère à comprendre pourquoi en 2017, alors que le niveau de cheerleading est si haut, on ait droit à ça: 

Quand on pourrait facilement montrer ça:

via @vekrrr

Quelques bonnes équipes, comme les Viqueens de Norvège ont participé au film (pendant 2 minutes). 

Team USA est arrivée en première position au championnat du monde ICU en 2017, dans la division mixte et la division féminine. Le bassin d'athlètes aux États-Unis est immense, et rendre justice au sport n'aurait pas été un gros défi. 

En plus de massacrer le niveau, on massacre aussi la culture du sport, en le mélangeant à la danse en présentant des dance battles et des costumes et maquillages de danseurs. 

Le film vs. la réalité. 

Mon deuxième constat: les stéréotypes 

Alors que j'avais vraiment hâte de voir un film sans stéréotypes, je suis vraiment restée sur ma faim: c'est définitivement le film de cheerleading le plus stéréotypé que j'ai vu.

L'actrice principale est en top bedaine pendant tout le film, et surtout, en talons hauts pendant toutes les scènes où elle ne cheer pas. Une de ses athlètes pratique avec des anneaux dans les oreilles et les filles se trimbalent à moitié déshabillées (ou en uniforme) dans la rue pendant tout le film. Pour ce qui est de contrer le stéréotype de guidoune, on passera! 

La popularité et la prétention sont aussi à l'honneur dans le film, alors que les cheerleaders sont toutes axées sur leurs nombrils et leurs nombres d'abonnées sur les réseaux sociaux. Non, les cheerleaders ne parlent pas en hashtags dans la vraie vie. 

Ma conclusion 

Ce qui me désole de ce film, c'est que je ne crois pas qu'aucun autre sport aurait été traité de la sorte. Si ça avait, par exemple, été un film de gymnastique compétitive (qui ressemble beaucoup au cheerleading), je ne crois pas que les athlètes auraient été présentés comme des bimbos en talons et tops bedaines. 

Le cheerleading de niveau mondial est un sport qui demande un minimum de 4 entraînements par semaine, et surtout, des personnes en forme avec une éthique de travail rigoureuse. 

Bring It On: Worldwide #Cheersmack, tu nous as fait faire 10 pas en arrière. 

Brise la glace et pars la discussion
Paramètres de compte
Notifications
Favoris
Me déconnecter