On se rappelle tous des Pussycat Dolls: les six jeunes femmes au style provocant qui se sont particulièrement fait connaître pour des hits comme Don’t Cha ou Buttons.

Alors qu'on les écoutait chanter « I'm telling you loosen up my buttons, baby », on se limitait à juger les paroles un peu trop intenses pour être chantées par les ados fans du groupe sans être alarmé par ce genre de paroles très présentes au milieu des années 2000.

via GIPHY

Même si le groupe est maintenant dissous et tombé dans l'oubli depuis plusieurs années, l'affaire Weinstein, qui fait des ravages à Hollywood ces derniers jours et met la lumière sur plusieurs abus, a fait surgir un cri du coeur de la part d'une des anciennes membres des Pussycat Dolls, Kayla Jones. 

Sur Twitter, la jeune femme qui a fait partie du groupe de 2003 à 2005 a révélé quelque chose d'alarmant: « Ma vérité. Je n’étais pas dans un girl group. J’étais dans un réseau de prostitution. Oh, et ça adonnait qu'on chantait et qu'on était célèbres. Ceux qui nous possédaient faisaient l’argent.

Évidemment, ce gazouillis ultra alarmant est loin d'être passé inaperçu. On s'est mis à questionner la jeune femme, qui a passé aux aveux: « À quel point c'était rendu? Les gens me demandent. Au point où j'ai quitté mon rêve, mes collègues et un contrat de 13 millions de dollars. On savait qu'on allait être les #1. »

Selon sa série de Tweets, faire partie de la bande signifiait avoir un bel esprit d'équipe: coucher avec qui on leur dit de coucher et se faire droguer : « Pourquoi ne les a-t-on pas dénoncés ? Parce qu’on a toutes été abusées ! En ce qui me concerne, on m’avait mise en garde, si je parlais, je finirais morte, ou sans carrière. Je connais autant d’hommes que de femmes qui ont été abusées dans le show-business par les élites de Hollywood. »

Évidemment, la fondatrice du groupe, Robin, nie totalement ce que Kayla a partagé sur les réseaux sociaux. Selon ce qu'il a dit au média The Independent, ce sont des mensonges ridicules et dégoutants. Elle ajoute même qu'elle (Kayla) cherche « son 15 minutes d'attention » et affirme que son avocat va la contacter. 

Le groupe avait d'abord été fondé pour être une troupe de burlesque en 1995, avant de signer un contrat de disques en 2003. 

On présume qu'on va avoir des nouvelles de ces confessions qui ne devraient pas être prises à la légère. Kayla Jones, pour sa part, a publié sur son compte Twitter qu'elle a gardé un journal avec les dates de tous les incidents. 

Nicole Scherzinger, qui était à la tête du groupe, n'a pas encore commenté. 


La source. 

Brise la glace et pars la discussion
Paramètres de compte
Notifications
Favoris
Me déconnecter