Avec plus de 3 millions d'interventions chaque année à travers le monde, l'augmentation mammaire reste la chirurgie esthétique qui trône en terme de popularité.  Augmentation mammaire, lifting ou même réduction, cette forme de chirurgie fait parler d'elle.

Que ce soit pour un motif  purement esthétique ou physionomique, ce choix fait par de nombreuses femmes de tous âges semble être pour certaines un exutoire malgré les nombreux stéréotypes qui y sont rattachés. Tout récemment, un nouveau sujet rattaché à cette chirurgie faisait surface; le « Breast implant illness ». Certaines de nos influenceuses favorites, Cath Bastien, Cassandra Bouchard, Cam Grande Brune en ont même fait mention ou affirment l'avoir vécu.  Mais qu'en dit la communauté scientifique et médicale d'ici et d'ailleurs?

À lire aussi: Cassandra Bouchard confie pourquoi elle regrette son augmentation mammaire

Le « Breast implant illness » 

Décrit par de nombreuses femmes ayant subi une augmentation mammaire récemment ou il y a déjà plusieurs années, le « Breast implant illness » est le nom désignant les symptômes qu'elles ressentent ou qui sont apparus depuis leur chirurgie esthétique; ganglions enflés, acné, enflures, éruptions cutanées, trouble de concentration, « brain fog », fatigue, perte de mémoire, engourdissements dans les bras et les jambes, troubles de vision, troubles d'estomacs, anxiété, fatigue et maux de tête.

Via Breast Implant Victim Advocacy

Variant d'une femme à l'autre, ces symptômes apparaissent pour la première fois suite à leur opération. En effet, toutes clament qu'elles n'avaient jamais été au prise avec de tels problèmes avant de passer sous le bistouri. 

Non reconnue par Santé Canada et la FDA (Food and Drug Administration), le « Breast implant illness » est donc présentement un phénomène peu étudié mais toutefois bien réel si l'on se fie aux 50+ groupes Facebook créés dans le but d'offrir du soutien aux femmes au prise avec l'un ou l'autre de ces symptômes. Toutefois, cette « maladie »  n'est pas prouvée par la science, d'où le grand débat sur son existence. 

Suite à un reportage de Global News, un attaché de presse de Santé Canada confirmait même à la journaliste qu'« Il n'y a aucune preuves ou statisques que les implants mammaires soient à l'origine de maladies telles que la fatigue, la faiblesse musculaire, les courbatures ou le brain fog.»

Sur une page informative dédiée aux implants mammaires, le gouvernement du Canada affirme également que « Certaines femmes croient que l'implant mammaire peut causer une maladie systémique, autoimmune ou du tissu conjonctif. Il n'y a, à ce jour, aucune preuve à cet effet. D'aucuns suggèrent que certains matériaux utilisés dans les implants mammaires (comme le platine dans les implants au gel de silicone) sont toxiques et peuvent se dissoudre à l'extérieur de l'implant. Il n'existe aucune preuve scientifique à cet effet et tous les matériaux utilisés dans les implants mammaires offerts au Canada ont fait l'objet de tests de toxicité.»

Qu'en disent les spécialistes?

Plusieurs symptômes s'apparentant à des problèmes dermatologiques ou psychologiques, la recherche d'informations et de confirmations sur la question semblait primordiale, mais fut tout aussi infructueuse. Il semble que, tout comme le Gouvernement du Canada, peu de spécialistes veulent se prononcer sur le sujet ou ont traité une patiente dans cette situation.

La dermatologue et médecin spécialiste, Dre Andrée Mathieu Serra, forte de son expérience et de sa reconnaissance par ses pairs dans le domaine du dermo-esthétique confirmait également qu'elle n'avait jamais été consultée à ce sujet. « (...) je n’ai pas eu de cas. Les patientes que je vois suite aux chirurgies mammaires consultent pour atténuer les cicatrices. » 

Une psychologue qui désire garder l'anonymat me mentionnait que ces femmes seraient peut-être au prise avec ce que les spécialistes qualifient de réactions psychosomatiques, c'est-à-dire des troubles physiques occasionnés ou aggravés par des facteurs psychiques. Autrement dit, les effets que l'esprit peut avoir sur le corps humain. Quoi qu'il en soit, un autre psychologue, Rémi Côté, mentionne qu'il existe bel et bien une psychologie de la chirurgie esthétique. (Dr Côté n'a malheureusement pas retourné l'appel de Narcity au moment décrire ces lignes).

Finalement, Dominique Girard, infirmière s'occupant du volet esthétique pour la clinique du Dr Girard de Montréal confirmait également qu'elle n'a jamais entendu parler d'un tel problème malgré qu'elle rencontre beaucoup de femmes ayant subit une chirurgie invasive ou non invasive qui se confient sur les problèmes rencontrés à la suite d'une intervention.

Mystère et boule de gomme

Le « Breast implant illness » semble donc ne pas vouloir révéler ses secrets les plus enfouis. En plus des spécialistes qui ne semblent pas avoir entendu parler de la question, le plus important groupe Facebook canadien sur le sujet a refusé que Narcity accède aux membres ainsi qu'aux informations divulguées sur ce groupe malgré notre désir d'informer un plus grand nombre de femmes au prise avec ces symptômes. Cath Bastien est toutefois un cas bien réel d'ici alors qu'elle a subi les symptômes rattachés à cette maladie.

À lire : La fitness babe Cath Bastien retire ses implants mammaires et publie une émouvante vidéo expliquant pourquoi

La fitness babe a même publiée une vidéo publiée sur YouTube expliquant pourquoi elle s'est fait retirer ses implants mammaires en énumérant ses symptômes reliés au « Breast implant illness », trouble auquel elle croit fermement. 

 

 

 

 

 

Les commentaires sont maintenant fermés.
Paramètres de compte
Notifications
Favoris
Me déconnecter

Enregistre cet appareil afin de recevoir des notifications