Les toutes premières succursales de la Société québécoise de cannabis sont ouvertes depuis à peine une heure, et on sent déjà la frénésie avec les files d'attente depuis 3h du matin devant la plupart des magasins.


À lire aussi sur la légalisation du cannabis: 

Le site web de la SQDC est en ligne depuis 7h30 ce matin, et c'est déjà plusieurs produits qui sont en rupture de stock. Plusieurs internautes se sont plaints de quelques problèmes sur le site pour passer des commandes. J'ai donc décidé de passer une commande pour voir comment ça se passe. 

Premier point, on sent que le site est jeune. J'ai tapé dans Google « SQDC en ligne  » et j'ai eu quand même du mal à trouver la page web pour les achats en ligne. Google n'a pas encore eu le temps de laisser ses robots-traqueurs référencer le site de la SQDC.

La première chose qu'on remarque en arrivant sur le site web, c'est que c'est lent, très lent même. Comme la page doit connaitre un nombre élevé de trafic comme on peut le supposer grâce aux produits déjà en rupture de stock, les serveurs sont surchargés.

À lire aussi: Tout ce que tu veux savoir sur les produits qui seront vendus à la Société québécoise de cannabis

Une fois que la page a pris leur 10 secondes pour s'afficher, on peut commencer à faire notre choix! Pour l'expérience, je me suis dit que j'allais y aller avec l'huile et les pilules de cannabis.

Ça part pas mal vite! Je venais à peine de mettre les pilules dans mon panier que déjà le produit est en rupture de stock.

Via site web SQDC

Quand je veux passer ma commande, on me demande mon âge, naturellement. Je pense qu'à 27 ans ça passe, mais pour les besoins de l'expérience je vais voir ce qui se passe si je mets que j'ai 16 ans.

Visiblement, ça va se vider très rapidement puisque mon cannabis en atomiseur est tombé en rupture de stock même pendant que je finalisais la commande.

Via site SQDC

Bon, là j'ai choisi un autre produit et je suis retourné à la même étape. Pour passer à l'étape suivante « méthode de livraison » la page a pris 20 secondes avant de se charger, c'est vraiment très lent.

Je me demandais si l'adresse courriel allait être verrouillée si on mettait un âge trop bas en l'associant à une adresse, mais ça ne semble pas être le cas.

Pour le moment, il n'y a qu'un seul choix possible pour la méthode de livraison, c'est donc un 20 secondes de chargement de page qui ne sert finalement pas à grand-chose pour l'instant. On remarque au passage que la livraison va occasionner des frais de 5$.

Via SQDC site web

Après un bon 15 secondes d'attente, j'arrive finalement à la page pour rentrer mes informations de carte de crédit et soumettre ma commande. Je décide de cliquer sur la section que tout le monde skip habituellement: les conditions de vente en ligne qu'il faut naturellement approuver en cochant avant de passer la commande.

On apprend qu'il sera possible de retourner les produits dans un délai de 14 jours par la poste seulement. Aucun produit ne pourra être retourné à une succursale de la SQDC. Si la SQDC juge que le produit est retourné dans des conditions « inappropriées » elle refusera le retour. 

On lit aussi que les délais de livraison vont s'étendre de 2 à 5 ouvrables, mais que pour les régions plus éloignées ce temps pourrait être plus long.

Pour s'assurer qu'aucun mineur n'ait accès au cannabis de la société d'État, lors de la réception de la marchandise le client doit montrer une preuve d'âge avec une pièce d'identité. Dans le cas où ce serait un mineur qui a essayé d'acheter le produit, la SQDC n'offre pas de remboursement et la poste repart avec le produit.

Dans le meilleur des mondes, l'adulte aura le paquet commandé, et l'intérieur pourrait ressembler à ça, par exemple: 

Via Narcity

À lire: Fraude en lien avec le site internet de la Société du cannabis du Québec (SQDC)

Les commentaires sont maintenant fermés.
Paramètres de compte
Notifications
Favoris
Me déconnecter

Enregistre cet appareil afin de recevoir des notifications