L'armée canadienne est malheureusement imprégnée d'une culture toxique et hostile aux femmes et propice aux agressions et harcèlements sexuels, selon un rapport publié pour les Forces armées canadiennes. Ce climat malsain a été plusieurs fois dénoncé et des mesures ont été prises. Aujourd'hui, il semble y avoir un début de changement puisque les victimes et les témoins d'agressions sexuelles dénoncent beaucoup plus de crimes.

C'est à la suite de ce rapport que les autorités de l'armée canadienne avaient décidé, en 2015, de lancer l'opération Honneur qui avait pour clause la tolérance zéro pour tout agression ou harcèlement sexuel au sein de l'armée. L'objectif est bien évidemment de mettre fin à cette culture toxique.

@forcescanadaembedded via  


Un sondage de Statistique Canada de l'année 2016 révélait qu'il y avait une culture toxique dans l'armée canadienne. Seulement 41% des victimes d'agression sexuelle osaient porter plainte et 35% des victimes estimaient que de dénoncer leur agresseur pourrait nuire à leur position dans l'armée comme rapportée dans le Devoir.

Pour la période du 1er avril 2017 au 31 mars 2018, les cas rapportés ont plus que doublé en comparaison à l'année précédente pour 47 cas contre 111 cette année. En revanche, c'est plutôt un signe que les mesures prises commencent à fonctionner puisque selon la responsable de l'équipe stratégique d'intervention pour inconduite sexuelle, ces chiffres signifient que les victimes dénoncent davantage, rapporte La Presse

Bien que le fait que les victimes osent désormais dénoncer leur agresseur soit une bonne nouvelle, le problème persiste au sein des Forces armées canadiennes. Le travail de sensibilisation et de répression devra continuer pour que cette culture malsaine soit défaite.
 
 

Les commentaires sont maintenant fermés.
Paramètres de compte
Notifications
Favoris
Me déconnecter

Enregistre cet appareil afin de recevoir des notifications