Tout ce que tu veux savoir sur le cheerleading aux Jeux olympiques cet hiver

Un bel avancement pour cette discipline!

Depuis plusieurs années, le cheerleading est au coeur de gros débats: on a de la misère à considérer cette « discipline » comme un sport, en grosse partie à cause du nom qui porte en confusion. En fait, il y a deux types de cheerleading: le compétitif, qui est, un sport à part entière, et les pompom girls, celles qu'on voit généralement danser et encourager au football et au basketball professionnel. 

Le premier a tout pour être considéré comme un sport: c'est un mélange d'acrobaties et de pyramides humaines, de gymnastique au sol, de sauts et de danse. Depuis plusieurs années, ce sport commence à se faire connaître pour ce qu'il est vraiment: une discipline très exigeante et dangereuse. 

En 2016, on célébrait parce que l'Union internationale de cheerleading avait obtenu ne reconnaissance provisoire du Comité international olympique, et, par conséquent, 25 000$ de financement par année. 

Le mois prochain, ce sport encore peu connu et stéréotypé du grand public gagnera enfin en crédibilité, puisqu'il y aura des démonstrations aux activités entourant les Jeux de Pyeongchang, en Corée du Sud, qui auront lieu du 9 au 25 février 2018.  L'initiative s'appelle « Global Cheerleading Supporters », et elle sert à donner de la visibilité à ce sport en plein essor. 

Pour cette introduction, c'est le Canada, les États-Unis, la Norvège, la Russie, l'Allemagne, la Suisse, et les Pays-Bas qui ont été sélectionnés. La sélection des pays participants s'est fait en fonction des endroits qui performent le mieux aux JO d'hiver. Heureusement pour le cheerleading, les meilleures équipes au monde sont aux États-Unis et au Canada. Du côté de l'Europe, c'est définitivement la Norvège qui sera l'équipe la plus impressionnante.

Les équipes resteront à Pyeongchang pendant deux semaines: elles feront diverses apparitions, par exemple aux cérémonies de remises, et on planifie possiblement la participation à la cérémonie de fermeture. 

Pour le Canada, tout le processus s'est fait grâce à l'association coréenne de cheerleading qui a demandé d'inviter l'équipe qui avait le mieux performé au Championnat du monde au cours des dernières années. C'est Flyers All Starz, un club montréalais, avec le plus de podiums au Championnat du Monde de Cheerleading au Canada (9) . Ils ont sélectionné une équipe Open All Girls niveau 6: une équipe composée uniquement de filles de 17 ans et plus. 

@karma_oag6embedded via

Dans le monde du cheerleading, c'est assez particulier de voir des équipes civiles représenter des pays, alors que nous avons des équipes officielles (Team Canada). Toutefois, côté logistique, c'était la meilleure décision à prendre. Le cheerleading est un sport d'équipe qui demande beaucoup de pratique. Pour faire partie de Team Canada et s'envoler au championnat du monde, il faut auditionner par vidéo. Les entraîneurs regroupent ensuite les athlètes d'un peu partout à travers le pays pour faire des camps d'entraînements et s'envoler pour le lieu de la compétition, Orlando la Floride. Le championnat du monde est en avril, l'équipe peut donc difficilement être prête en février.

Par contre, il y a un autre moyen de participer au championnat du monde: en se qualifiant comme équipe civile (All Stars). En gros, le championnat du monde est donc divisé en deux sections: les pays un contre l'autres, et les villes qualifiées. 

L'équipe qui représentera le Canada est donc une équipe civile. L'avantage: des athlètes qui s'entraînent ensemble depuis juillet, et seront donc facilement prêts pour février.

Les jeunes femmes ne font toutefois pas partie de la délégation canadienne. C'est l'Association de cheerleading de la Corée qui finance donc le voyage, et elle n'auront pas de commandite vestimentaire de La Baie. Elles auront donc des dépenses reliées à leur habillement qui varieront autour de 250$ par athlète. 

Malgré la décision d'envoyer Flyers All Starz, qui est stratégique et facile, c'est une décision qui n'a pas fait la majorité dans le monde du cheerleading alors que l'Association coréenne de cheerleading n'est pas passée par Cheer Canada pour sélectionner l'équipe.  Les membres de Team Canada ont donc vécu une grosse déception qu'ils n'ont pas caché.


In honor of #UCANationals coming up this weekend!😻

Une publication partagée par Megan Glisson (@meganjewellglisson) le

Du côté de nos voisins américains, nous ne sommes pas surpris de voir qu'USA cheer a sélectionné l'Université du Kentucky représenter les États-Unis. L'équipe, dont une grande partie des membres fait également partie de Team USA, est reconnue pour sa rigueur, performance, et surtout ses nombreux titres de champions nationals. L'équipe est majoritairement faite d'hommes, et ils compétitionnent normalement dans une division mixte dans le niveau 6: le niveau le plus élevé en cheerleading. On pourrait voir l'équipe revêtir l'uniforme de Team USA, les champions du monde.


@lausanneangelscheerleadersembedded via

Du côté de la Suisse, la CCVS (l'association de cheerleading en Suisse) a sélectionné une équipe senior ( leur équipe est 15 ans et plus ) qui représentera le pays. Senior Eclipse, une équipe mixte de Lausanne Angels, pratique un niveau plus débutant en s'entrainant seulement 4 heures par semaine. 


Les équipes ne sont pas connues pour les autres pays participants, mais on espère voir Viqueens, une des meilleurs équipes de la Norvège.

L'objectif de cette présence, évidemment, est la visibilité, mais aussi de faire un pas de plus vers la « reconnaissance complète » afin que le cheerleading soit un jour reconnu comme un sport olympique.

Un avant-goût de cette discipline que vous découvrirez le mois prochain: 

Poursuis ta lecture

Partager sur Facebook

On te recommande

Izabelle Bee Carbure à la caféine, attend toujours sa lettre de Poudlard et a toujours un agenda plus chargé que le nombre d'heures dans une journée.