Depuis le lancement du mot-clic #moiaussi #metoo, initié par l'actrice Alyssa Milano en octobre dernier, un réel mouvement de dénonciation d'actes à caractère sexuel a vu le jour. 

Via Twitter

Les victimes ce sont senties reliées à la cause, écoutées et prises en considération. Parce qu'enfermées dans leur silence, chaque prise de parole était plus difficile. Mais lorsqu'on en fait une réalité et qu'on arrive à surmonter le tabou, c'est beaucoup plus facile de partager son expérience et de porter plainte. 

En trois mois, le sujet à fait énormément parler et couler beaucoup d'encre. Afin de démêler le tout et te permettre de comprendre où on en est, voici un bref résumé des événements : 

1. Enormément de visages connus ont été accusés 

Au Québec, on pense entre autres à Éric Salvail, Gilbert Rozon, Michel Brulé et Gilles Parent pour n'en nommer que quelques-uns. 

@salvailericembedded via


2. Un nouveau projet de loi est déposé 

Alors que nous savions qu'une personne sur 4 était victime de violence sexuelle depuis septembre 2016, ce mouvement semble avoir fait bouger les choses puisque 17 jours plus tard, le projet de loi 151 a été déposé. Au programme: des initiatives, de nouvelles mesures de sécurité, des formations obligatoires de prévention, un processus de plainte revu et de meilleurs services d'accueils, de soutiens et d'accompagnements.

Via Sandra Cohen-Rose and Colin Rose


3. Les courageuses a été crée 

Ce groupe rassemble plus d'une vingtaine des victimes de Gilbert Rozon. Elles demandent une action collective le 27 novembre et un dédommagement de plus de 10 millions de dollars au créateur de Juste pour Rire (rira bien qui rira le dernier). Malgré qu'on ne sache pas si elles font partie du regroupement, Julie Snyder, Pénélope McQuade, Lyne Charlebois et Patricia Tulasne sont des présumées victimes de Rozon. 

@tvareseauembedded via


4. Une manifestation a lieu à Toronto afin de soutenir les victimes

Le 2 décembre, plus d'une centaine de personnes se sont réunies lors d'une marche de soutien. Lors de l'événement, une douzaine de personnes on prit parole afin de partager leur propre histoire de violence ou de harcèlement sexuel. 

Via Twitter


5. Le magazine Time nomme les investigatrices du mouvement personnalité de l'année 2017 

Afin de souligner l'importance du mot clic #moiaussi #metoo, le Time souligne le courage de plusieurs femmes d'avoir brisé le silence le 6 décembre 2017. Le noms de Alyssa Milano, Taylor Swift, Ashley Judd, Tarana Burke, Selma Blair et plusieurs autres y figurent.

@hannahgleddieembedded via


6. Les artistes soutiennent la cause lors du Golden Globes 2018

Alors que le 75ème gala se tenait le 7 janvier passé, le mot d'ordre était de s'habiller en noir afin de protester contre les violences sexuelles et manifester un soutien aux victimes. 

@goldenglobesembedded via


7. Une lettre pour le droit d'importuner est rédigée

Le magazine Le Monde a publié mardi le 9 janvier une lettre ouverte dans laquelle une centaine de femmes prônent le "droit d'importuner". Selon elles, les mouvements #balancetonporc et #moiaussi auraient engendré des "campagnes de délations" et auraient pris des dérivés inquiétants. D'ailleurs, selon Brigitte Bardot, « les actrices qui dénoncent le harcèlement sont des "allumeuses" ». 

Via radiocanada


8. Un débat a lieu à Tout le monde en parle 

Suite à la parution de cette lettre, Guy A. Lepage reçoit le 14 janvier deux paires de femmes ayant des opinions divergentes au sujet du mouvement. Parmi les invités, Aurélie Lanctôt et Léa Clermont-Dion sont présentes et défendent leur point en faveur de la vague #moiaussi. D'un autre côté, la sexologue Sylvie Lavallée soutient que  « nous sommes tous des êtres sexués, à la fois sujets et objets, et il arrive parfois que nous soyons des "objets de désir et de convoitise", ce qui est normal. »

Via


9. Le mouvement #etmaintenant est lancé 

Lors de l'émission TLMEP, les deux militantes du mouvement en on profité pour lancer le mouvement #etmaintenant afin de poursuivre la lutte aux actes sexuels. Leur intention est également de rallier plus d'hommes à la cause et de les inciter à dénoncer davantage. Il est possible de lire ce texte en ligne et d’en devenir cosignataire.

@leaclermontdionembedded via


10. Aux États-Unis, rien ne va plus

Cette semaine, James Franco a fait couler beaucoup d'encre en répondant aux allégations à son sujet (les détails sont ici) Harvey Weinstein s'est quant à lui fait frapper au visage (la vidéo ici). Woody Allen s'est également retrouvé dans l'eau chaude (les derniers développements ici) et finalement, l'acteur Aziz Ansari a dû prendre la parole publiquement pour expliquer ses agissements, après avoir été accusé d'agression lors d'une date. 

Brise la glace et pars la discussion
Paramètres de compte
Notifications
Favoris
Me déconnecter