Le débat des chefs est toujours un moment excitant de la campagne électorale. Le débat permet d'aider à faire un choix pour le 1er octobre en faisant un gros bilan des projets et promesse des partis. C'est là que les partis s'affrontent directement et c'est l'occasion pour les chefs de s'envoyer des petites craques qui font mal.

À lire aussi: On te démêle les promesses des principaux partis politiques au Québec

Le grand débat des chefs porte sur plusieurs thèmes et le premier, la santé a permis aux candidats de basher les coupures dans la santé du gouvernement Couillard. La Coalition avenir Québec (CAQ), s'est permis de dire que le bilan santé des Libéraux était honteux et qu'eux engageraient plus de personnel et rénoveraient les centres de santé. Legault, le chef de la CAQ en aussi profité pour plugger son projet de « maison des ainés ».

Le Parti Québécois (PQ) a également souligné que les coupures des Libéraux avaient même conduit à des cas de maltraitance. Ça fessait pas mal pour Couillard. Manon Massé, chef de Québec Solidaire (QS), ajoute que son parti ira chercher l'argent pour la santé dans le salaire trop élevé des médecins et fait remarquer à Couillard que si les conditions du personnel soignant étaient meilleures qu'il n'y aurait peut-être pas de problème de pénurie de main-d'oeuvre. 

Pour les questions d'éducation, ça a brassé pas mal aussi. Une citoyenne a demandé aux 4 dirigeants ce qu'ils comptaient faire pour améliorer la condition des enseignants et des écoles au Québec.

Lisée, du PQ, s'est tout de suite empressé de dire que son parti faisait de l'éducation une priorité pour la nation. Couillard n'a pas manqué l'occasion pour rappeler à Lisée que son parti avait mis plein de profs à la retraite quand il était au pouvoir et que les pires coupes en éducation ont été faites par le PQ. Couillard lance même une petite craque à Legault en rappelant qu'il était aussi péquiste avant, outch.

Legault a visiblement pas apprécié la remarque puisqu'il se met en colère et ajoute: « je ne vous pardonnerai jamais Couillard d'avoir coupé les plus vulnérables » en parlant des coupes libérales dans les services d'apprentissage pour enfants en difficulté.

Le journaliste Patrice Roy qui animait le débat a posé la question: « vous démissionneriez si vous ne respectiez pas quelle promesse? »

Le PQ dit que le plus important pour son parti c'est de protéger les services, donc d'éviter les coupures.

La CAQ continue en parlant de l'instauration de la maternelle à 4 ans et rajoute une autre couche d'émotion en disant que lui il ne laisserait jamais tomber les plus vulnérables comme l'a fait Couillard ».

QS parle d'une meilleure répartition de la richesse.

Le Parti Libéral du Québec (PLQ) rappelle à ses adversaires qu'il est le gouvernement qui a le plus tenu ses promesses.

Pour les questions d'économie, l'enjeu du salaire minimum a fait pas mal de flammèches.

Couillard a commencé en disant que le salaire minimum au Québec est celui qui a progressé le plus rapidement de toutes les provinces sous son parti.

À ce moment-là, Massé en a profité pour dire que son parti allait instaurer le salaire minimum à 15$ de l'heure et a ajouté toutes les promesses de Québec solidaire en économie comme la gratuité scolaire jusqu'au doctorat. La chef de QS a envoyé une grosse craque aux trois autres en disant qu'ils n'ont pas « de vision du Québec, qu'ils ne rêvent pas » en parlant du fait que les autres partis ne comptent pas rendre plus accessibles les services. Tous les chefs ont souri, peut-être rêveurs? On pense pas... 

La CAQ dit vouloir augmenter le nombre d'emplois payants plutôt que de hausser le salaire minimum à 15$ de l'heure. Le PLQ rétorque en avançant que les mesures de la CAQ vont chasser les Premières Nations du Nord. Le PQ se fait plus tranquille et se dit en faveur du salaire minimum à 15$.

Une citoyenne a demandé aux 4 partis ce qu'ils comptaient faire à propos de l'environnement dont la situation devient de plus en alarmante.
Le PQ compte miser sur le transport en commun et souhaite stopper l'exploitation d'hydrocarbure.

Le PLQ a vite répondu à Lisée que sous la gouvernance de son parti, l'île d'Anticostie avait failli être détruite et qu'elle représentait une richesse naturelle.

La CAQ s'est empressée de rajouter que le PQ et le PLQ avaient tous deux approuvé une cimentière qui est loin loin d'être verte.

QS a préféré faire remarquer à tout le monde que leur parti allait agir maintenant pour l'environnement et que le temps presse déjà.

Sur le dernier point, l'immigration et l'identité, la m*rde a pas mal pognée entre les partis. Entre autres, le test des valeurs de la CAQ s'est fait pas mal critiquer.

Massé pense que l'intégration des immigrants passe avant tout par la francisation et par l'emploi.

La CAQ a remis de l'avant son fameux test des valeurs en disant que plusieurs pays d'Europe faisaient la même chose et que ça marchait très bien. Selon son programme, les immigrants auraient 3 ans pour apprendre le français. Il en a profité pour dire qu'il était tanné que Couillard donne des leçons en faisant passer les Québécois pour des racistes.

Couillard rétorque en mettant de l'avant que Legault change souvent d'avis pour son taux d'immigration par année et ajoute que les 3 ans pour apprendre le français fait peur.

La CAQ répond encore que c'est comme ça que ça marche en Europe et que ça fonctionne très bien là bas. Legault rappel aussi que le gouvernement de Trudeau, « des Libéraux donc indirectement vous M. Couillard avait expulsé 4000 immigrants qui était des illégaux ». Couillard répond que Legault sème la confusion et remet l'accent sur le fait qu'il trouve les 3 ans pour apprendre le français injuste.

Legault a redit à Couillard qu'il était tanné qu'il donne des leçons aux Québécois et qu'il exigeait qu'un de ses députés ayant dit que la CAQ était parti raciste s'excuse.

Couillard a rappelé que les députés caquistes avaient aussi fait des erreurs faisant sans doute référence au député de Jonquière qui est accusé de plagiat à son doctorat. Ça brasse.

Patrice Roy fait remarquer que c'est la première fois que les élections ne tournent pas dans un débat de souverainistes vs fédéralistes. Les partis rappellent donc leur position pour les souverainistes: PQ et QS fédéralistes: PLQ et CAQ.
 

Brise la glace et pars la discussion
Paramètres de compte
Notifications
Favoris
Me déconnecter