Le débat des chefs est toujours un grand moment de la campagne électorale. Après un premier débat des chefs mercredi dernier, les candidats ont accepté de refaire l'exercice en anglais, cette fois ce soir. Une décision qui divise grandement le Québec.

À lire aussi: Toute la bisbille au débat des chefs hier soir pour les élections provinciales

Plusieurs groupes de défense de la langue française comme Impératif français Mouvement Québec français déplorent cette décision. Selon eux, la part d'anglophone au Québec s'étend à environ 8% de la population québécoise et donc ne constituerait pas un groupe suffisamment grand pour être représenté comme rapporté dans le Devoir.

Cette mesure contribuerait en fait à faire reculer le français et à nuire à la francisation des anglophones selon les mouvements. Qui plus est, le Québec est une province francophone et une province bilingue comme le Nouveau-Brunswick n'a pas eu droit à un débat des chefs en français comme il est rapporté dans le Journal de Montréal.

Le Parti Québécois qui fait de la défense du français un de ses principaux arguments de campagne a été le premier parti à accepter le débat en anglais. Les autres chefs ont aussi été en faveur. C'est la première fois en 30 ans qu'un tel événement se produit au Québec.

Au Québec, cette décision divise. Certains y voient une bonne iniative d'intégration des anglophones dans le débat alors que d'autres y voient un recul de la protection de la langue française.

Via commentaire JDM

Via commentaire JDM

Via commentaire FB

 

Le débat des chefs en anglais sera présenté ce soir sur la chaine CBC.

Brise la glace et pars la discussion
Paramètres de compte
Notifications
Favoris
Me déconnecter